AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Jeu 30 Juil - 16:58

[désolé pour le titre pourri _o/ ]

Finalement vivre dans ce monde d'humain endormi avait été plus que profitable. Être le seul éveillé me permettait d'avoir la ville à moi tout seul, enfin presque. Plus de ces voitures passant à vive allure et ne s'arrêtant pas pour un tas de coton sur leur route, plus de ses humains aux pieds toujours plus bizarres qui veulent vous écraser tandis qu'ils sont en train de lire les petits potins de leur journal médiocre ou qu'ils écoutent une musique sans sens en se dandinant comme des marionnettes entre les mains d'un enfant de bas âge. Bref même si le silence régnait en maître sur cette ville aux humains plus tarés les uns que les autres, je m'amusais bien à profiter de cette situation. Une inspiration m'était venue, de je ne sais où, me poussant à barbouiller le visage des endormis sur le coin de la rue. Des cercles, des formes étranges tels que des polygones associés à des cercles imparfait. Des fausses moustaches, une fausse barbe, quelques étoiles sur les plus chauves. Des petits messages dans un style provocateur qui ferait que la victime ne ferait pas long feu une fois réveillé. Un monde où le poisson d'avril semblait régner en maitre. Bref, pour moi c'était l'éclate. Mais bon, tout ça avait une fin et ces gribouillis me lassèrent vite.

Alors même que mes planches de dessins avaient disparus je ne sais où, j'avais trouver un meilleur passe temps, je me laissais succomber face à ces délices humains, ces gâteaux au chocolat plus grand que moi, leur fontaine de miel, leur pâtisseries totalement beurrés mais au goût exquis. Malheureusement je ne pouvais rien manger, j'avais ni réellement faim ni la capacité à engloutir quelque chose, le seul résultat aurait été de salir ce qui constituait mon bec jaunâtre. Mais ce n'était pas ça qui m'arrêterait, oh que non. Rentrant dans ces boulangeries, je sautai dans les gâteau en appréciant chaque matière non organique qui aurait pu me nourrir. Bon il était vrai que j'étais un peu sale, mais qu'importe, je pouvais très bien prendre une douche non ? Mais pourquoi prendre une douche quand on pouvait prendre un bain ? Oui bon, je n'aimais l'eau autant que ça même si j'étais un pingouin, enfin bon tant que j'avais pieds, tout se passerait bien non ?

Comme vous vous en doutiez, j'avais pris un bon bain, dans un de leur évier, bah oui, au moins je n'avais pas eu peur de perdre pieds, bref il était temps pour moi de sécher. J'allais pas rester mouillé toute la journée après tout, avec ce magnifique soleil, je ne pouvais que m'amuser à marcher sous ce soleil et parfaire mon jeu de jambe dans cette marche sans précédente, oui bon j'abuse un peu. Enfin, le résultat était que finalement, je continuais de marcher dans les rues. J'étais seul et j'aimais presque cela, la solitude rimait avec la béatitude, ce n'était pas pour rien. Il ne manquait plus qu'une douce musique ou une musique d'ambiance qui irait bien avec ce moment. Enfin bon, ce n'était pas le plus important, pour tout dire, le moment le plus important fut quand finalement je vis une silhouette non loin de moi. Je m'en approchai vivement avant de l'interpeller :



Hayo ! Vous êtes pas au dodo vous ?

Je m'en approchais encore un peu en gardant toutefois une certaine distance et une intention toute particulière sur agissements car après tout elle n'était probablement pas humaine pour ne pas dormir, mais je devais le vérifier par moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Jeu 30 Juil - 20:33

« La solitude est partagée par tellement de gens, que ce serait extrêmement égoïste d'éprouver sa solitude tout seul. »


Nous étions des millions, voir des milliers, a être seul. Trop seul pour voir les autres autour, et bien qu’entouré, souvent, trop souvent, simplement esseulé. C’était ainsi que vivait les gens, c’était ainsi que ces mêmes gens souhaitaient exister. Et il n’y avait aucun mal a ça, car bien qu’en étant solitaire, il pouvait nous arriver d’être tout de même accompagné. Et ceux parce que nous étions des millions, voir des milliers, a partagé ce même isolement choisi.

Mes yeux se posèrent tout autour de moi, cherchant alors du regard quelque chose qui pourrait éventuellement me distraire. Les jours passaient, s’écoulaient à une vitesse folle, rapprochant tout aussi rapidement la date qui devait nous amener à combattre des gens forts et dangereux. Ma crainte était presque palpable, une crainte étrange qui m’amenait à penser que je pouvais perdre des proches. J’avais demandé a Akira de se battre, avec moi, et sur l’instant, je me disais que le mettre en péril avait été une idée ridicule, je me détestai d’être aussi bête, stupide, dépourvu de toute forme d’intelligence qui faisait que je réfléchissais après avoir agis. « Stupide, stupide, stupide Lena ! ». Me frappant le front avant de secouer la tête vivement pour retirer toutes ses pensées négatives qui entravaient mon bonheur, je ramenai mes jambes a mon buste, passant mes bras autour de ces dernières pour y poser ma tête.
« Le chaton a le cafard ».
En effet oui, et c’était peu dire. J’angoissai particulièrement des jours à venir. Les choses se précipitaient, je n’étais plus aussi sûre de moi à présent que le jour J se rapprochait. Surtout que les événements avaient été vivement bousculés avec l’entrée du rouquin au Hueco Mundo. Maudis Rouquin, si je lui mettais la main dessus à celui-ci, il passerait un sale quart d’heure. Bon, ses intentions étaient bonnes, il voulait sauver son amie, mais bon sang, pourquoi agir stupidement en sachant que de toute façon, cette amie en question intéressait l’autre assoiffé de pouvoir et que de ce fait, il ne lui ferait pas de mal ? J’étais a présent certaine que ce Shinigami Daikô en question était de la même trempe que moi : à ne pas réfléchir avant d’agir.

Mes jambes se balançant au dessus du vide d’un immeuble ou je me trouvais, je regardais l’horizon avec un visage vide de sens, d’expressions, de sensations. Il n’y avait a présent plus rien que pouvait me perturber tant mon anxiété était palpable autour de moi. Je ne m’affolai pas encore, j’appréhendai juste l’effroyable avenir qui nous attendait, tous. J’avais l’étrange impression d’amener mes amis a l’abattoir, moi par la même occasion, et soudain, les belles paroles que j’avais dites et penser étaient vide de toute logique. Je devais me le rappeler, me le répéter. C’était ainsi que ça devait fonctionner, ainsi que les choses devaient être. Trop longtemps, nous étions, nous, les Vizards, restaient ici, a attendre que quelque chose se passe. Nous avions là l’occasion de botter le derrière d’une personne que nous devions combattre, sans que je ne comprenne pourquoi.
Mais rien que le fait qu’il en veuille a cette ville, a mes amis qui étaient dans cette même ville, me suffisait amplement a me dire : Non, ça suffit, il n’ira pas plus loin. Pour Aika, pour Akira, pour mon frère. Parce qu’elle était ici depuis bien longtemps, qu’elle avait besoin de continuer a y être, que son univers ne devait pas être bouleversé. Parce que mon frère avait aussi besoin d’être protéger, que j’étais sa sœur, que je devais faire mon possible pour qu’il soit fier de moi. Parce qu’Akira était mon coéquipier et que c’était aussi une manière que j’avais pour lui prouver que je tenais a lui.
Sacrifier ma vie pour les autres était une mort que j’aimais. Je n’avais pas spécialement envie de mourir, j’étais a peu près sûre de m’en sortir, mais si le pire devait arrivé, alors c’était une belle mort.

Secouant de nouveau la tête, je me laissai glisser le long du mur, tombant alors de la ou j’étais assise pour m’élancer dans le vide profond en dessous de moi. Je l’avais fait des millions de fois, des milliers même, et j’éprouvai toujours le même plaisir à sentir l’adrénaline s’écouler dans mes veines a une vitesse affolante. L’air fouettant mon visage, soulevant mes cheveux en les faisant onduler simplement, je fermai les yeux pour savourer un moment de liberté que moi seule pouvait comprendre. Et puis, c’est à vingt mètres du sol que j’effectuai un Shunpô qui m’élança plus loin pour éviter de m’écraser à terre. Mes cheveux s’emmêlèrent, ma peau me brulait tant le froid la griffait, mais je n’en avais que faire.
Je passerai ma nuit à réfléchir, semblait-il. Heureusement que j’avais laissé un mot a Akira pour qu’il ne vienne pas a ma recherche. Il m’en aurait voulu d’avoir encore à bouger de chez lui, de son antre, pour avoir à me trouver. J’avais fait un effort, lui ayant préparé un bon petit plat, un gentil mot et de quoi se distraire ce soir. Je m’étais même occupée du chien pour qu’il n’ait pas à le faire. Si avec ça je n’étais pas la coéquipière la plus fantastique de l’univers. Je faisais encore plus d’effort pour qu’il soit heureux, pour qu’il se sente bien, à son aise, chez lui. Je faisais tout pour qu’enfin, il ne se dise pas que je n’étais qu’un poids, bonne à faire cramer sa cuisine et rien d’autre.

Les rues venaient d’être déserté, le soleil se couchait rependant une lumière encore vive et très colorée, nuancée, une aquarelle magnifique semblait-il. Mes yeux se posèrent sur celle-ci, tournant à l’intersection d’une rue pour m’y engager. Mes pas me menaient à peu près n’ importe où, parce qu’au final, ce n’était pas mes pas qui me guidaient, mais le vide profond qui me tenait. Je me sentais vide, là. Un soupir m’échappait tandis que je continuai ma marche plutôt lente.

- Hayo ! Vous n’êtes pas au dodo vous ?
- Neh ?

Je me retournai rapidement, regardant tout autour de moi ce que cela pouvait être. Mais il n’y avait visiblement personne à ma hauteur. Je regardai en haut, aux fenêtres des immeubles, mais personne de nouveau. Puis en bas, tombant alors sur une sorte de pingouin qui avançait vers moi tout en gardant ses distances. Ce méfiait il ?

- Toi non plus, t’es pas au dodo, j’te signale

Je lui fis un sourire en m’accroupissant pour mieux le regarder. J’étais certainement en train d’halluciner. Je n’allai visiblement pas bien du tout. Je délirai, déraillai. Peut être m’étais-je frapper la tête trop fort un peu plus tôt et cela avait causé une sorte de délire paranoïaque ou les pingouins parlaient… Bien que ce pingouin ressemblait plus à une peluche a mieux regarder. De mieux en mieux. Y’a déjà pas beaucoup de pingouin par le coin, une peluche, c’était plus logique. Je tendis la main pour le toucher du bout des doigts. Je m’attendais alors à le traverser, parce qu’il me semblait que je devenais folle. Mais je lui touchai le front, frôlant alors quelque chose de doux. La peluche bascula en arrière lorsque je la touchai et j’en fus encore plus étonné.

- Un pingouin qui… parle ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Jeu 30 Juil - 21:01

Le soleil entama sa descente avant de disparaitre à l'horizon, j'avais depuis toujours apprécié ce moment souvent appelé "entre chien et loup" par ces stupides bipèdes humanoïdes. La panoplie de couleur s'élargissait et offrait un véritable spectacle visuel. Peu d'humains savaient apprécier ce moment, quant aux shinigamis, je n'en parlais pas, lassé par leur années de vie, ils ne prenaient même plus le temps d'observer ce qui les entourait. Enfin peu importait, ce n'était pas le moment de les critiquer, après tout, je n'étais plus seul. J'avais rencontrer une humaine à première vue, une humaine d'une taille moyenne. Un visage fin, aux traits doux qui semblaient affiché la plus grande angoisse de sa triste vie. Pourquoi triste ? Parce que son visage me donnait cette impression. La vie n'avait probablement pas été toujours facile avec elle. Peut-être avais-je tort, peut-être pas. Il n'était pas le moment de le lui demander, après tout, on venait de se rencontrer et je ne savais même pas comment elle réagirait.

Sa seule réponse à mon interpellation avait été une marque d'étonnement. Elle avait regardé autour d'elle avant de regarder en haut puis en bas. Elle m'avait finalement vu. Ses yeux, vifs et expressifs n'avaient pas trainer pour me montrer toute cette stupeur. Apparemment l'effet que j'apportais à ces stupides humains ne changeaient jamais. Toujours aussi étonné de me voir. Elle avait finit par répliquer que je ne dormais pas non plus. J'avais l'air de dormir ? Loin de là. Et puis je ne dormais jamais, enfin presque mais passons. Elle s'était accroupi pour regarde de plus près, insinuait-elle que j'étais petit ? Je la regardais avec cet air que j'avais toujours adopté, un air de défis qui me tournait au ridicule, après tout qui aurait peur d'une peluche de trente centimètres maximum ? Elle avait finit par me toucher le front avec son doigt, quoi elle voulait me toucher ? Elle croyait que j'étais pas là ? Pauvre folle ! Répliquant immédiatement je fis un petit bond en arrière, la montra du doigt et haussa le temps en lui criant presque dessus :


Non mais ça va pas ?! Ça fait vachement mal ! Et je suis pas qu'un pingouin !

En réalité je n'avais pas eu mal, son doigt, froid et hésitant ne m'avait que frôler. Je n'étais pas une chochotte et comparé à la poussière des mois durant, ce toucher était plus une caresse et une source de tendresse. Enfin ma nature impulsive et méfiante m'avait fait réagir ainsi. La regardant alors d'un air de défis je me retournai, croisai mes ailes et fit mine de bouder. Je ne savais pas vraiment pourquoi je faisais ça ni même si cela allait la faire réagir d'une quelconque manière. Je fermai mes yeux et souffla fortement pour accentuer ma comédie. Après l'espace d'une seconde à peine j'avais jeté un coup d'œil rapide pour voir sa réaction. Soupirant alors je finis par reprendre :

Sache jeune humaine dégénérée que je suis un Mod Soul et pas qu'un vulgaire pingouin. Enfin heureusement que tu ne m'a pas traiter de manchot sinon ça aurait bardé pour toi.

Je fis légèrement demi-tour, étant maintenant de profil. Je la regardai alors et me demandai comment allait-elle réagir. Mais ce que je me demandais surtout, c'était pourquoi et comment avait-elle pu ne pas être endormi et ne pas avoir disparu comme le reste de ces humains. Peut-être me donnerait-elle une réponse, ou peut-être pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Jeu 30 Juil - 23:39

- Non mais ça va pas ?! Ça fait vachement mal ! Et je suis pas qu'un pingouin !

Je le regardai, fixement, droit dans les yeux avec toute la surprise qui pouvait m’emplir. C’était pas tant le fait de voir un pingouin parler devant moi comme si cela était normal, c’était surtout le fait de me faire engueuler par un pingouin, douze fois plus petit que moi, moins fort sûrement, qui me disait qu’il était pas qu’un pingouin. J’hésitai vraiment entre rire ou pleurer actuellement, mais encore un peu maîtresse de moi-même, je me contentai de le fixer simplement. Il me tourna le dos, boudeur, et j’en profitai alors pour le toucher a nouveau, reprenant un contact doux avec lui, du bout des doigts.
Le poil de cette peluche était étonnement duveteux, je savais que ce contact le mettrait en rogne, mais je n’en avais rien a fiche, ce n’était pas lui qui me ferait du mal, même s’il avait l’air tout aussi hargneux et grincheux, il ne me faisait pas très peur du haut de ses trente centimètres, à tout casser. Bon, certes il avait l’air farouche, mais il ne restait d’une peluche en forme de pingouin et ce n’était pas de lui dont j’aurais peur.
J’avais affronté pire, disons le. Que ce soit en Hollows, ou même en Arrankars. J’avais combattu des gens revêches, mauvais perdants, j’en passe et des meilleurs. Donc une peluche ne me ferait pas grand-chose, a part peut être me décoiffer en me bondissant dessus, au pire peut être, mais je ne m’attendais pas a grand-chose d’autre de sa part. Et peut être même me crierait-il dessus en me traitant de crétine, en m’assurant qu’il ne fallait pas le toucher, parce que ça lui faisait mal. Non, ça ne lui faisait pas de mal, il se jouait de moi.

- Tu n’es pas qu’un pingouin ? Et tu es quoi alors ? Un manchot ?

Moi ? Moqueuse ? Si peu. Juste que cette rencontre venait de faire fuir toutes les pensées noires que j’avais eut un peu plus tôt, et très vite, Aizen, Shinji, Akira et les autres ne signifiaient plus rien comparé a la petite créature me regardant du profil a présent avec une fierté démesuré et amusante. Je ne pus m’empêcher de sourire, pour le provoquer un peu plus et le pousser dans ses retranchements, parce que ça me faisait rire.

- Sache jeune humaine dégénérée que je suis un Mod Soul et pas qu'un vulgaire pingouin. Enfin heureusement que tu ne m'a pas traité de manchot sinon ça aurait bardé pour toi.

J’éclatai de rire en lui passant ma main sur le sommet de sa tête. C’est fou l’humour qu’il pouvait avoir. Barder pour moi ? J’aimerai bien voir ça, tiens !

- Qu’est-ce qu’il dit le petit là ? Je suis une jeune humaine dégénérée ? Tu te mets en danger, là, tu sais ?

Le regardant toujours avec le même sourire, mes yeux s’emplirent d’une lueur malicieuse qui me correspondait bien. Tel un chat, je m’apprêtai a jouer avec mon nouveau pantin, comme une enfant aussi. C’était très puérile comme comportement, mais je n’en avais rien a fiche. J’attrapai du bout des doigts l’une de ses ailes, l’observant alors d’un angle différant. Adorable petite créature, tu attirais ma curiosité.
J’étais partie pour une sacrée nuit et je m’en doutais un peu, rien qu’en aillant posé mes yeux sur lui. C’était obligé, je ne pouvais pas le lâcher ainsi, il chercherait a se venger de ma réplique cinglante de plus tôt, nous étions destinés à nous provoquer mutuellement.

- Quel est ton nom ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Dim 2 Aoû - 11:21

Je sentis encore une ou fois ou deux ses doigts toucher mon corps de peluche, n'avait-elle donc jamais vu une peluche ? Quoi ? Juste parce que je bougeais j'étais étrange ? Il n'y avait rien d'étrange dans cela puisque j'étais un Mod Soul, certes personne le savait, mais de là à rester bouche-bée des minutes entières devant un pingouin bougeant et parlant, c'était complètement débile. Enfin bref, elle avait encore passé son temps à me regarder et j'avais pu voir clairement ces changements d'idées dans ses yeux. Ce qui me fit le plus peur fut lorsqu'il lueur de sadisme apparu dans ses yeux, elle m'avait même menacer, enfin, elle m'avait clairement exprimer le fait qu'elle n'aimait pas se faire prendre pour une humaine dégénérée. Alors elle était quoi ? Une humaine écervelée ? Naïve ? Bêta ? Allez savoir, après tout ces stupides humains pouvaient être tout et n'importe quoi selon les moments et leur envies.

Voila qu'elle me prit par le bout de mon aile en me soulevant comme une vulgaire peluche sans vie qui n'attendait que ça, se faire martyriser par une enfant heureuse de faire souffrir ses pauvres jouets. Ah vous, vous n'avez jamais senti d'être suspendu dans les airs avec comme seul maintien votre bras. Tout votre corps vous pèse et vous avez l'impression qu'il va se décrocher et laisser le corps redescendre. Pour vous fébriles bipèdes humanoïdes, c'est qu'une sensation puisque votre corps est fait de chair, d'os et de tout un complexe qui empêche un décrochement musculaire, mais pour moi c'est tout autre chose. Moi je suis fais de coton, de rembourrage et de matière non organique fragile alors laissez moi une dizaine de minutes comme ça et adieu mon bras, mais vous n'y prenez pas compte bande de d'humains atrophié d'un cerveau.

Lorsque finalement elle me demanda mon nom, je la regardai d'un air pleins de vigueur et une lueur de fierté. Me balançant rapidement dans le vide pour prendre de l'élan, je fis une petite galipette et me libéra de l'emprise de ses doigts, certes doux mais sanguinaires et démoniaque. Me retrouvant alors sur sa main encore immobile face à mon geste, je la regardai droit dans les yeux et finit par prendre l'une des poses qui me mettaient en valeur avant de lui dire sur un ton solennel :


Moi, ma ptite, c'est Hitori, Hitori tout court, rien devant, rien derrière, et ça reste Hitori pour les intimes, mais on s'en fout vu que y'en a pas.

Laissant un petit rire de victoire sortir malgré cette absence d'une quelconque victoire, je la plantai mon regard dans le sien avant de prendre mon élan et de lui sauter au visage en tendant ma patte palmée pour lui donner un coup de pieds monumentale au niveau du nez. Le seul effet fut un léger couinement venant de mon pieds enfin de ce qu'il y ressemblait. Retombant alors sur le sol, devant ses genoux et entre ses bras trois fois plus grands que moi, je la regardai encore en espérant voir un résultat convaincant. Hélas ce fut pas le cas. Faisant alors de gros yeux, je repris rapidement une attitude désolée et me grattai l'arrière de la tête en riant nerveusement avant de lui demander :

Euh et toi, c'est quoi ton nom ?

J'étais légèrement mal, peut-être même très mal, mais qu'importe car je m'en sortirais, je lui survivrais et je vivrais de nouvelle aventure. Cette rencontre n'était qu'un moment de ma vie et elle n'annonçait rien ou presque rien. Enfin pour le moment, avant de penser grand, il fallait que je survive à mon coup de pieds qui ne lui avait apparemment rien fait ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Dim 2 Aoû - 16:15

- Moi, ma p’tite, c'est Hitori, Hitori tout court, rien devant, rien derrière, et ça reste Hitori pour les intimes, mais on s'en fout vu que y'en a pas.

Il dégageait une arrogance et une fierté surprenante pour une petite peluche comme lui. Ça me faisait rire, vraiment. Je ne pensais pas qu’un être aussi minuscule pouvait avoir un égo aussi énorme, faisant trente fois sa taille, au minimum. Si jamais un jour il lui venait a l’idée de l’avaler, alors pour sûr qu’il s’étoufferait avec tant celui-ci prenait de la place. Je ne pouvais m’empêcher de le détailler et j’avais vraiment l’impression que ma curiosité déplacée le gênait. Rien d’étonnant, ce n’était jamais amusant et agréable de se faire observer sous toutes les coutures. Et en parlant de coutures… Lui, il en avait. Enfin, personnellement, ça ne me gênait absolument pas d’observer la petite créature. C’était pour moi quelque chose d’intéressant et il y avait peu de chance que je lâche l’affaire.
C’était bien ce que je trouvais fascinant chez lui. Je ne savais pas que les mod souls pouvaient tenir dans des petites peluches en coton. Mais c’était d’autant plus intéressant. Je me doutais par contre que leurs forces étaient moindres, tout comme les capacités particulières qui devaient être sévèrement affecté, dût à leurs présences dans un corps aussi mou. La Soul Society avait crée des choses bien étrange, en somme. Mais jamais, Ô grand jamais je n’aurais eut l’idée, moi, de mettre cette pilule dans un corps comme celui-ci. Ce qui était tout bénef’ pour tout le monde : le mod soul vivait et il n’y avait pas besoin d’utiliser un corps humain pour ça.

Enfin, cette fierté sans égale me faisait sourire. Même moi, avec mon corps humain mais frêle, je n’étais pas autant grande gueule, bien que face à lui, je n’avais rien à craindre. D’ailleurs, ce que j’étais en train d’avancer se prouva peu après, lorsqu’il bondit alors souplement, le pied en avant, tentant de l’écraser sur mon nez avec force et hargne, comme s’il espérait que son coup me face quelque chose.
Il retomba tout aussi souplement sur le sol, après un « couik » sonore dût au contact prolongé que nous venions d’avoir, qui ne m’affecta pas du tout, quand bien même il avait mis toute sa force dans ce coup de… « Pied ». Ou ce qui ressemblait le plus a un pied, parce que venant d’une peluche… Je ne savais pas trop comment appeler ça. Il me regardait avec toute l’arrogance dont il pouvait faire preuve, persuadé de m’avoir causé une quelconque marque.
Le pauvre fut bien surpris en se rendant compte que son coup ressemblait plus a une caresse pour moi et qu’il était maintenant dans son internet de chercher rapidement un autre sujet de conversation. Ça ne m’avait même pas énervé. Le pire dans tout ça, c’est que je restais calme malgré tout, un sourire gravé aux lèvres

- Impressionnant, vraiment, me moquais-je en riant de plus belle.

Il se sentit vite mal, et je pouvais le comprendre. Il me demanda mon nom et je ne tardai pas a lui répondre :

- Lenalee Kokoro. Je vois… ainsi tu es Mod Soul.

Je l’attrapai par la taille, le posant ensuite aux creux de mes mains pour le tenir ainsi, sans trop le toucher et juste pour le rapprocher de moi en me remettant debout. Et puis, sans plus attendre, je me mis en route vers un endroit inconnu et certainement mieux qu’ici. Je le tenais comme s’il s’agissait d’une chose précieuse et de valeur. C’était un être humain après tout, il était en fait, plus proche de l’être humain que de la peluche pour moi. Je tenais donc à le traiter comme il se devait de l’être.

- ça fait longtemps que tu es sur terre ? Et tu arrives a passer inaperçu comme ça ?

Je marquai une pause et repris presque immédiatement.

- Au faite, Hitori, je suis un Vizard. Si tu sais ce que c’est. Je suis enchantée de t’avoir rencontré. ^^

Un sourire ornait mes lèvres tandis que j’avançai toujours calmement vers une destination qui nous était inconnu. Je ne comptais pas me faire ennemie avec la petite peluche, elle me fascinait trop pour ça, a vrai dire… et elle me faisait tant rire, alors que tout n’allait pas si bien autour de moi…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Dim 2 Aoû - 17:22

J'espérais, oui j'espérais, ne pas me faire mettre ne pièce ou me retrouver dans une poubelle avec le pieds plus haut que la tête. Elle me regardait, je la regardais, nous nous regardions. Elle s'était moqué de moi par un de ces adjectif normalement mélioratif. J'étais à présent persuadé qu'elle ne me ferait rien, pourquoi ? Parce que je sentais que si elle aurait voulu le faire, elle l'aurait fait depuis longtemps. Enfin c'était tant mieux pour moi, je n'allais pas me plaindre de ne pas subir la conséquences de mes actes, après tout je n'étais pas l'un de ces amoureux de la violence et de la douleur personnelle communément appelé sadomaso. Notre pistoletade continua un moment alors qu'elle finit par me dire son nom. Lenalee Kokoro, un bien joli nom pour une jeune fille aussi souriante. Étrangement elle avait rajoutée que j'étais un Mod Soul, pourquoi ce complément ? C'était étrange mais bon, je n'espérais pas le comprendre ou l'expliquer.

Finalement, voila le moment où elle osa un peu plus et me pris dans ses mains, ma première réaction, méfiante et impulsive fut de pousser quelques sons synonymes à des grognements et à me débattre. Mais j'avais rapidement arrêté voyant qu'elle ne serrerait pas et qu'elle ne me ferait pas de mal. J'arrêtai aussi lorsque je la sentis se relever et me faire prendre de l'altitude. j'avais pas l'habitude de ce genre de hauteur, après tout, quand on fait trente centimètres de haut ou presque, on avait l'habitude de rester au niveau du sol et de voir les jambes poilues de ces humains ou leur chaussettes blanches à petits pois noirs. Elle commença finalement à marcher en me tenant en faisant attention, un geste de douceur, finalement elle n'était pas si écervelée.

Ce fut finalement au bout de quelques minutes qu'elle me posa deux questions pour enfin m'apporter une précision. Elle m'avait demandé combien de temps je vivais ici et comment je faisais pour passer inaperçu. C'était pas une question bête, au contraire c'était même intéressant, enfin ça allait rabaisser ces humains dégénérés dont elle ne faisait pas partie. Un vizard ? J'en avais vaguement entendu parler, enfin presque pas mais bon, je faisais avec ce que j'avais. Je la regardais alors en souriant légèrement. J'avais une impression bizarre, j'avais l'impression d'être ... Nostalgique. Horrible sentiment qu'était cela. Je regardai un moment dans le vide avant de la regarder en formant un sourire et lui répondre :


Plusieurs dizaines de d'années, je sais pas vraiment. Quant à passer inaperçu, les humains ne regardent que leur pieds pour refaire leur lacets ou ramasser un de leur objet, enfin quand ils s'en rendent compte. Et puis nombreux sont les objets pouvant me cacher temporairement.

Repensant à cet apport d'information qu'elle m'avait fait, je repris finalement :

Un vizard ? Je connais très peu. Un ancien shinigami non ? Tu étais de quelle division ?

Je m'y connaissais peu en vizard mais les shinigamis restaient une matière dans laquelle je n'avais pas trop de problème. Enfin si cela n'avait pas autant changer que le monde avait changé, après tout, il ne fallait presque rien pour que le monde change. Finissant par la trouver un peu coincé avec les mains devant, je lui demandai :


Dis, pourquoi je vais pas sur l'une de tes épaules, tu auras moins de crampe au bras comme ça.

Un premier geste de compassion ? Qui oserait dire que ça ne me ressemblait pas ? J'étais le plus attentif au soin qu'avait besoin la gente féminine, alors bon, qui pouvait oser dire le contraire mais bon, certains étaient probablement jaloux, enfin, je dis ça mais je ne les connais pas, pas plus qu'eux me connaisse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Lun 3 Aoû - 17:14

Il m'arrivait d'être parfois du genre a chercher les conflits. Juste pour le plaisir d'avoir a mettre en morceau quelqu'un, que j'aimais ou pas, ça n'était pas mon problème. Mais j'aimais provoquer quand j'étais sûre et certaine de remporter la victoire, ce qui n'était malheureusement pas toujours le cas. Ce qui faisait que même si parfois j'avais envie de mettre en pièce quelqu'un, je devais m'abstenir, au risque d'être moi-même mise sur le carreau suite a des provocations puériles alors que ce n'était pas mon but premier.
Dans ce cas là, je savais que même en provoquant la personne, en lui cherchant des ennuis comme je l'avais fait un peu plus tôt en le traitant de manchot, j'étais certaine de ne pas risquer grand-chose. Et on me le confirma un peu plus tard lorsqu'il me porta un coup qui aurait dut, logiquement, m'envoyer valser nettement plus loin. J'étais sûre aussi que s'il avait été dans un corps d'humain, alors j'aurais eut de sérieux problèmes. Ou tout du moins, une méchante marque rouge en forme de pied au plein milieu du visage, ce qui résumait bien le méchant problème.
Mais chanceuse comme j'étais, ce n'était qu'une peluche adorable qui me faisait rire et quand bien même il pouvait être fort, son enveloppe ne lui offrait pas la possibilité de me mettre a terre et de s'en prendre a moi. Ô Joie! Je lui fis un sourire en le prenant dans mes mains, le plaçant a la même hauteur que moi pour pouvoir le voir de plus près et avancer avec lui. J'avais d'autres choses a faire.

Naturellement, il tenta de se débattre, poussant quelques grognements pour ponctuer son mécontentement, mais je n'y fis pas attention, continuant dans ma lancée sans me soucier de ce qu'il pouvait dire a ce propos. Naturellement, s'il m'avait dit qu'il voulait s'en aller, alors je l'aurais laissé faire, mais j'étais a peu près sûre sur ces grognements étaient juste là parce qu'il était de nature méfiante et doutait encore de moi.
Qu'à cela ne tienne, j'étais une personne en qui on pouvait avoir confiance, en particulier lorsque mon intérêt était ainsi piqué. Je tentai alors de faire la conversation, parce que j'étais une jeune fille curieuse et que j'avais envie d'en apprendre plus sur ce petit garnement. Des mods souls, ça ne courrait pas les rues malheureusement. Surtout lorsqu'ils avaient été définit comme du matériels défectueux. Alors, ça m'intéressait.
Il avait alors l'air perdu, comme si ma question l'avait troublé. De la nostalgie? Sûrement. Mais ce sourire me rassurait un petit peu, parce que cela voulait dire que ce que je lui avais demandé ne lui avait pas retiré son moral et son air farouche. Il me répondit alors que cela faisait plusieurs dizaines d'années, plus ou moins. Il ajouta que les humains regardaient rarement en bas et qu'il pouvait ainsi très bien se cacher car il était petit et passer plutôt bien inaperçu.

- Hum... disons que c'est compliqué, dis-je en le fixant droit dans les yeux. Ancien Shinigami, en effet. Tu en connais pas mal sur eux, sûrement? Si tu as une question, n'hésite pas. J'étais dans la cinquième division, sous les ordres d'Hirako-sama. Le bon temps, ajoutai-je avec un sourire.

Et un rire m'échappai. Ouais, le bon temps quoi. Ou du moins, ce qui me semblait être le bon temps, parce que c'est là que j'avais vécu les meilleures années de ma vie, sous les ordres du blondinet, même sous ceux d'Aizen. Et puis, j'avais mes amis, mes compagnons, ma famille là bas, peut être même qu'avec le temps, j'aurais pu me lier d'amitié avec Akira, comme aujourd'hui.
On ne pouvait pas changer les choses. Par curiosité, j'aurais bien voulu savoir ce qui me serait arrivé si je n'avais pas eut mon Hollow intérieur. Ce n'était pas important, je n'y tenais pas plus que ça, ma vie sur terre était très sympathique, je m'y amusais bien, je rencontrais des gens et découvrais beaucoup de choses. Mais dans un sens... Peut être aurais-je voulu que ce paradis délicieux continue, ne serait-ce que quelques jours de plus...
Tout avait été bousculé, dans le fond de mon âme, tout comme autour de moi, après notre départ de la Seireitei.

- Dis, pourquoi je vais pas sur l'une de tes épaules, tu auras moins de crampe au bras comme ça.

Je posais mes yeux sur lui alors que je m'étais vivement perdue dans mes pensées. Je lui fis un sourire et le portai a mon épaule, ou je l'y installai simplement en continuant a avancer. Je le regardai du coin de l'œil, ajoutant alors :

- Tu comptes te rendre quelque part en particulier? Je n'ai pas de destination ce soir, ni l'envie de rentrer chez moi. C'est toi qui mène, tu es d'accord?

Au loin, le soleil se couchait, presque entièrement. Quelques rayons passaient encore par delà l'horizon, mais ne resterait pas longtemps. Le bleu se mêlait aux couleurs chaudes, s'étendant alors avec des dizaines et des dizaines d'étoiles par ci par là. La lune s'éclairait en douceur, de l'autre côté, grimpant mystérieusement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Sam 8 Aoû - 12:46

J'étais à présent sur son épaule, ô endroit douillet qui était bien plus confortable qu'une étreinte de deux mains, au plus doux que de rester entre le plancher et le pieds d'un quelconque humain me haïssant ou s'énervant contre moi. Depuis l'épaule, on avait accès à la vision que pouvait avoir la personne, généralement plus haut que le mètre 50, il était rare pour moi de pouvoir m'avancer en ayant une vue à cette hauteur même si en réalité ce n'était pas moi qui marchait selon mes envies, quoique. Si c'était moi qui menait, je pouvais la mener et la diriger, ingénieux. Ma petite marionnette que je menais, enfin, ne nous emballons pas, ce n'était qu'une invitation à mon imagination pour trouver un passe temps. Petite feignante incapable de réfléchir par elle-même. Les jeunes de nos jours ...

Malgré tout, la question du que faire n'était pas la prioritaire dans ma tête. Elle avait approuvé le fait d'être ancien shinigami. Dans la cinquième division sous la tutelle d'Hirako ... Hirako, se nom me disait quelque chose ... Quoi, j'en savais rien, il fallait que je m'en rappelle. Et oui, aussi étrange que cela paraissait, je n'étais pas né de la dernière pluie, même si je n'étais rester qu'une dizaine années sur Terre, j'étais à la Soul Society depuis déjà un moment, même si la plupart du temps je n'étais que dans un simple boite. Mais je finis par tilter, fier de moi je m'exclamai :


Ah oui ! Face de clown ! Oups désolé c'était ton supérieur, je risque gros si je continue.

Normal, si quelqu'un respectait une tierce personne, il était tout à fait normal qu'elle le défende si quelqu'un s'amuse à le nommer différemment, enfin, c'était dans le cas général. Je n'étais pas envieux de souffrance alors autant rectifier le tir. Enfin peu importe. Je connaissais que trop peu son capitaine, je l'avais vu qu'une fois en fait, et encore c'était avant mon séjour dans la petite boite. Mais bon, même si j'avais quelques bases sur les shinigamis, je n'étais pas un expert et me contentait de ce que je savais. Les seules choses que je savais étaient la composition du Sereitei et du Rukongai, bien qu'il restait trop vaste pour ma personne. Treize divisions chacune composée d'un capitaine, d'un lieutenant et d'une quinzaine de siège. Chacune spécialisée dans un domaine ou juste une représentation florale typique. Bref c'était un peu près tout.

Où allez ? Bonne question, je n'avais pas grand endroit où aller, enfin presque nulle part. J'aimais ben me balader la nuit alors j'aurais penser rester un moment mais la pauvre petite me semblait fatigué, fallait la ménager. La nuit tombait, à son âge, la moitié des jeunes filles dormaient déjà. Si elle n'aimait pas dormir, c'était compréhensible pour sa petite taille, après tout, on grandit en dormant. Mais n'allez pas dire qu'il en est de même pour moi. Enfin peu importait, le plus important était de savoir où aller. Dans l'instant je n'avais absolument aucune idée. Réfléchissant à haute voix je faisais mine de réfléchir :


Huuuuuum .... Et bien ...... Je pensais à .....

Je me grattais la tête espérant faire réagir le rembourrage même si c'était impossible. Je réfléchis alors quelques secondes avant de tilter. Fier de moi je ris un moment avant de lui partager mon idée :

Et bien on pourrait profiter de la nuit et du manque de lumière pour regarder les étoiles avant d'aller chez toi pour finir la nuit, enfin ... Ne t'y méprend pas hein.

J'aurais probablement mieux m'exprimer, sur le coup, ma proposition pouvait avoir de nombreux sens mais je préférais rectifier le tir et ne pas la laisser croire n'importe quoi. Reprenant immédiatement en riant presque bêtement je précisai ma pensée :

On pourra regarder un film, jouer au scrabble ou je sais pas enfin, voila quoi, finir au chaud et pas dormir dehors. Te fais pas d'idée hein.

J'insistais un peu mais bon, c'était probablement nécessaire, je ne voulais pas finir maltraité ou passer pour ce que je n'étais pas. Après tout, entre nous c'était impossible, enfin je me lancerais pas dans ces débats sans fin, après tout ça ne servait à rien. Restait plus qu'à savoir comment elle le prendrait et comment elle répondrait, j'espérais juste ne pas finir en train de voler suite à un coup de poing magistral ou perdre du rembourrage suite à une étreinte brutale. Bref restait plus qu'à voir ça.




[ désolé pas terrible x__x ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Lun 10 Aoû - 22:57

Shinji Hirako. Un homme que j'estimai énormément, même après tout ce temps passé. J'avais pour lui une affection particulière, différente de l'affection que je pouvais porter a Aika ou Akira, naturellement. Mais voilà, c'est un petit sentiment, de rien du tout, qui était quand même là pour ce que j'avais vécu auprès de lui, avec lui, dans ces lieux si différent a chaque fois. Pour ce qu'il m'avait appris en tant que Capitaine, pour ce qu'il avait réussit a faire rentrer dans l'épaisse couche qui recouvrait mon crâne et qui me rendait têtue.
Néanmoins, il avait réussi là ou d'autres avaient échoué. Il avait mon entière admiration et mon amitié par la même occasion. Oh, une amitié bien discrète simplement parce que je n'osais pas plus. Je ne savais même pas ce qu'il pouvait ressentir vis-à-vis de moi. S'il me considérait comme son troisième siège, toujours, ou comme une autre personne sur qui il pouvait compter en toute circonstance. Enfin, mon ex-capitaine était quelqu'un que j'avais toujours eut du mal a cerné. Je connaissais ses habitudes, ses goûts, mais jamais, Ô grand jamais, ses sentiments.
Ça m'angoissait un peu de ne pas savoir, de ne pas connaître.J'aimais avoir la main mise sur énormément de chose, en particulier, j'aimais mettre un nom sur les expressions et les lueurs qui je pouvais apercevoir dans les yeux des gens. Et dans ceux de Shinji, je n'y traduisais rien. Et ça m'énervait, m'agaçait. Oh, je n'en faisais pas tout un plat, naturellement, et je ne pouvais pas me plaindre de ça ouvertement. Ça serait stupide et je passerai vraiment pour une pauvre fille, a coup sûr.


« Ah oui ! Face de clown ! Oups désolé c'était ton supérieur, je risque gros si je continue. »


Je riais, aux éclats. Regardant au loin en souriant toujours, l'œil rieur, je me tournai vers lui en lui faisant un signe de main, histoire de le rassurer.


« Oh, non, ne t'inquiètes pas. C'était mon supérieur, ça ne l'est plus. Tu peux en dire ce que tu veux, ce n'est plus mon problème! »


Et c'était bien le cas, hein. Je n'allai pas le réduire en chair a saucisses parce qu'il avait dit ça. Ça ne me regardait plus, et même lorsqu'il était mon supérieur, je n'étais pas du genre a éloigner Hiyori lorsqu'elle le massacrait a coups de pieds, de poings et de têtes. Clairement, c'était son problème pas le mien. Je lui demandai alors ou est-ce qu'il voulait aller, s'il avait un endroit en particulier a visiter, ou un truc du genre, car personnellement, je n'avais nul part ou me rendre. J'étais sortie comme ça, pour m'aèrait, alors, clairement, mes pas me menaient ou ils le voulaient, je n'avais pas d'idée des lieux qu'ils me feraient découvrir, éventuellement.
Il fit mine de réfléchir, se grattant la tête comme si cela pouvait l'aider. C'était un tic que j'avais aussi lorsque je n'arrivai pas a me mettre en condition pour penser. Ça n'aidait absolument pas, je pouvais vous l'assurer. Il dit un truc qui me fit rire, me proposant de regarder la nuit étoilée avant de finir la nuit chez moi. Il y avait un énorme sous-entendu que les plus grands pervers pouvaient décelé facilement. Finir la nuit chez moi? Je ne voyais pas comment on pouvait avoir une quelconque relation lui et moi. A y réfléchir, des images obscènes me venaient en tête, je préférai secouer la tête pour ne plus y penser.
Manquait plus que ça.


« Allons directement chez moi! »


Je lui fis un sourire, faisant un Shunpô pour accélérer la cadence. Le paysage défilait a une allure folle, mais pour moi, ça me semblait normal. Hitori, quant a lui, ne devait pas avoir cette habitude. Me semblait il. Je n'en savais trop rien. Nous arrivâmes très vite devant ma porte d'entrée. Dans le jardin se trouvait la niche du chien et le chien en question qui me bondit dessus lorsqu'il me vit arriver. Un « Ouaf » sonore et je me retrouvais les quatre fers en l'air, au sol avec Hitori a côté, alors qu'il me léchait le visage. Je le repoussai, a bout de bras, souriant en me débarbouillant d'un revers de manche. L'animal commença a tourner autour de la peluche.


« Je dois te prévenir, on a un chien. Mon coéquipier n'a pas l'air d'être là, donc la voix est libre pour ce soir! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Mar 11 Aoû - 10:17

Il n'avait donc rien à craindre d'elle, vraiment rien. Malgré le surnom plus que débile mais hilarant que j'avais donner à son ancien supérieur, elle n'avait pas réagit, si ce n'était que de rire. Apparemment, le temps avait fait la différence. Tant mieux, au moins il était certain qu'elle n'était pas rongé par la nostalgie et le passé, enfin pas comme certains ou certaines qui n'en dorment plus la nuit. Alors que finalement je lui avais proposer une idée pour finir la soirée, en soi, se balader un peu pour profiter du ciel étoilé avant d'aller chez elle et y finir la nuit d'une quelconque manière. Sa réponse avait été d'aller directement chez elle. Pressée ? Si j'aurais été dans un corps humain j'aurais presque cru que oui, enfin ce n'était pas le cas et l'obscénité n'avait pas sa place dans mon esprit de vainqueur, ou presque.

Pour accélérer le pas, plutôt que de marcher d'un pas lent, irrégulier et monotone, elle utilisa le shunpo, un art basique chez les shinigamis de haut rang qui leur permettait une rapidité hors norme. Il ressemblait étrangement à mes téléportations, enfin mes téléportations dans ce corps, disparaitre pour réapparaitre à un endroit proche mais presque imprévisible. En fait, la différence était là, pour eux, il suffisait d'être tout aussi rapide ou même légèrement moins rapide pour être capable de suivre son chemin et de contre-attaquer en sachant où il irait. Comparé à moi qui n'était pas un chemin parcouru dans un temps minimum mais bel et bien une téléportation. Une chose compliquée pour vos petites têtes.

Vous, pauvres mortels, avez vous déjà parcouru une quelconque distance sur une aile d'un avion en plein vol ? Je doute que cela existe, mais pour comprendre la situation dans laquelle je me suis retrouvé, il fallait connaitre ses sensations, et encore ce n'était pas dit que le résultat était le même. Son shunpo, rapide et précis me laissait presque sur place. Bien que j'étais sur son épaule, en matière de physique, je restais au même point, autrement dit, si je ne m'agrippais pas, je resterais sur place et tomberais comme un poids mort qu'on aurait oublié en cours de route. J'étais loin d'être habitué à cette vitesse, d'autant plus dans ce corps frêle et fragile. J'avais beau me tenir à son épaule d'une quelconque manière, j'avais l'impression que j'allais en découdre, au sein littéral du terme. Il arriva même un moment où j'ai hésité à m'agripper à ses cheveux ou à me coller contre son cou, mais j'en ai pas eu l'occasion. À peine parti, à peine arrivé, vive la vitesse que ces mortels ne peuvent acquérir, même les plus grands coureurs.

Alors même qu'on s'était arrêté pour reprendre une allure normale, je me remis d'aplomb en essayant de me recoiffer, bien que je n'avais rien à recoiffer, quoique, le sens du coton était important pour une bonne affiliation à l'air environnant, enfin peu importe. Ne lui faisant remarque, je m'immobilisai lorsqu'elle me parlait d'un chien ... Un chien ... Immonde créature considérée comme amie de l'Homme. Immonde bestiole bavant à tout bout de champ et ne se privant pas pour vous déchirer à coup de croc planter dans votre pauvre petite chair et à vous remuer dans tout les sens tel un enfant secouant un kinder surprise pour essayer de savoir ce qu'il y a dedans, ce qui en soi est stupide mais bon. J'avais horreur des chiens, surtout des gros chiens, encore les petits, ça allait, quoiqu'eux, peuvent rentrer presque partout ... En fait, j'aimais aucun chien.

Et tant bien même que j'étais sur son épaule et que nous rentrions peu à peu pour nous diriger vers sa porte d'entrée, une de ces bestioles, appelé chien nous sauta dessus, enfin, lui sauta dessus avant de la nettoyer à coup de langue. Déséquilibrée elle se retrouva par terre et moi aussi. Gisant au sol tentant de pas me faire remarquer par cette immonde créature venu des enfers, descendant de Cerbère la brute de chez brute au trois tête. Cette vizard, si cela pouvait se décliner, bande de féministe, le repoussa finalement avant de me dire que son frère n'était pas chez eux. Ils auraient la maison à eux tout seul ? Hu hu, oh non, encore une idée tordue, fallait que j'arrête de m'imaginer des choses, enfin, façons de parler, sans penser à rien, je ressemblerais à un légume qui attend d'être servi. Mais alors que ce chien aux babines gluantes avait finit avec sa maitresse, voila qu'il me tournait autour. Bougeant légèrement pour pas attirer son attention, je le regardai, tournant autour de moi. J'avais l'impression d'être un pauvre nageur perdu en mer avec quelques dizaines de requin lui tournant autour, attendant le moindre faux pas. Quelle situation ... Prenant le courage qui m'animait avec mes deux mains ou ce qui y ressemblait, je me relevai et sauta sur l'épaule de Lenalee. Un saut majestueux qui me retira des griffes de ce démon à poil court. Souriant je finis par lui demander :


Rassure moi, il va pas rester avec nous ce soir ?

Regardant alors cet animal pouvant être daté de la préhistoire tellement sa mocheté était grande, je lui tirai presque la langue pour me moquer d'elle et lui faire comprendre qu'elle ne m'aura pas. Continuant alors je repris :

Non parce que j'ai pas envie de finir comme Patrick, paix à son âme. Rien que d'y penser ça me donne des frissons, beuuuh.

Ah Patrick ... Mon vieil ami, une peluche représentant un chien, un vieil ami peu bavard qui m'avait accompagné sur cette étagère. Hélas il finit par tomber se retrouvant sur le sol, inerte. Ironie du sort, un chien, le chien de cette famille arriva et le déchiqueta, jaloux de cette présence peu appréciée. Je n'avais rien pu faire hélas et c'était avec peine que je voyais l'œil du défunt roulé au sol avant de se perdre sous le lit du petit. Son rembourrage ressortait et je ne pouvais voir que ce triste spectacle depuis mon étagère avant d'entendre les gémissements du petit face à cette triste découverte ... Enfin trêve de vieux souvenir. Me réfugiant définitivement sur l'épaule de cette ex shinigami, je lui demandai :

On peut rentrer maintenant ? Il me fait légèrement peur ce clebsouille qui n'a qu'une envie, me gouter.

J'espérais seulement qu'elle dise oui et qu'il ne rentre pas. Dans le cas contraire ... La guerre serait inévitable, satané chien, tu ne m'aura pas !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Jeu 13 Aoû - 23:06

Parce que le véritable rêve, c’est de pouvoir rêver encore.

Je n’étais pas méchante délibérément. C’était ça qui faisait mon caractère. En fait, je ne l’étais que lorsqu’il était nécessaire que je lui sois, en combat par exemple ou la pitié n’était pas permise, ou avec les gens ou la gentillesse n’était pas de mise. Avec Hitori, j’étais en pleine confiance, en pleine possession de mes moyens. Bien sûr, j’étais ainsi très souvent, pour avoir l’air en confiance auprès des gens que je fréquentais, mais il m’arrivait souvent de ne pas piper mot pour éviter d’avoir a parler et ainsi a m’afficher, et surtout, a afficher mon manque d’assurance. Ou il m’arrivait l’inverse, comme par exemple, je me mettais a parler, parler, parler à ne plus m’arrêter, me mettant ainsi encore plus mal à l’aise que d’ordinaire.
C’était ainsi ma façon de fonctionner. Mais avec Hitori, ce n’était pas comme ça. C’était un juste milieu gagné simplement, de sa présence, c’était rassurant et plaisant a la fois, ça me faisait sourire, me rendait fière de moi. J’étais encore capable de me tenir correctement en compagnie de certain, ce qui me semblait perdu d’avance il y a quelque temps. Avec Akira, difficile de bien se tenir, il me mettait tellement… toute chose.
Parce que je l’aimais, sûrement. Et que l’aimais me rendait assurément bizarre. Enfin… je disais ça parce qu’avec la peluche, j’étais simplement moi-même, d’une tendresse débordante, quand bien même je ne le connaissais depuis quelques minutes, tout au plus. Il était ce genre de personne qui nous faisait sourire et en qui on voulait mettre son cœur, si on le pouvait, entre ses petits bras de coton.

Il était sûrement de ce genre bagarreur a pouvoir supporter des lourdes charges, quand bien même son corps duveteux ne pouvait lui permettre de tout porter. Du coin de l’œil, en accélérant le pas, je l’observai avec un regard doux et serein, presque paisible. J’étais véritablement heureuse de l’avoir rencontré, ce soir même, parce qu’il m’avait changé les idées, il avait piqué ma curiosité, mon envie de le connaître plus.
C’était si bon de ne plus être en proie a ces tourments et tracas. C’était encore plus ça, qui me mettait en joie. Lors que nous arrivâmes chez moi, Ruby, notre chien, me sauta dessus et me fit basculer pour me léchouiller vivement le visage, heureux de me voir ainsi. Je remarquai alors avec aisance qu’Akira ne se trouvait pas a la maison, je ne sentais d’ailleurs pas son Reaitsu a l’intérieur. La voix était libre pour nous deux, nous aurons ainsi le salon, ainsi que toutes les autres pièces pour nous seuls durant une bonne partie de la soirée, voir de la nuit.
Akira avait dût sortir s’entraîner, ce qui était assez courant chez lui. Il aimait bien être seul, surtout qu’il avait peur de blesser quelqu’un avec Mukuro. Mukuro. Une drôle d’invention celui-ci. Je n’avais pas vraiment compris Akira. N’avait il pas les capacités pour le repousser ? C’était quoi le profil a cohabiter avec cette créature alors qu’on pouvait être maître de son corps ? Même en y réfléchissant, non, je ne comprenais pas, je n’y voyais pas de profil particulier, si ce n’est de chercher les ennuis volontairement sur le coup.

Je me relevai, laissant mon ami a terre en regardant autour de moi, cherchant aussi dans mes poches mon trousseau de clef que j’empoignai peu après en gardant un œil sur mon compagnon canin qui tournait vigoureusement autour d’Hitori, le reniflant avec curiosité en se demandant d’où il pouvait bien sortir celui là. C’est vrai qu’une peluche qui bougeait, ça ne courrait pas les rues. Même pour les chiens.
Hitori n’avait pas l’air particulièrement rassuré en plus de ça. Logique, l’animal devait faire trois fois sa taille pour trente fois son poids. Personne n’aurait été rassuré en étant aussi petit. Mais Ruby n’était pas méchant et je lui avais interdit de mordiller autre chose que son os en caoutchouc. Il m’écoutait, ça me faisait plaisir. Pour une fois, je pouvais dire qu’entre chien et chat, on se comprenait parfaitement et on se tolérait.
Ce n’était pas si rare en fait, une entente entre ces deux espèces, même si les dictons disaient le contraire. C’est étrange. Enfin, rien ne sert de bavarder la dessus. Je me saisis du bras en mousse de mon compagnon pour le remettre sur mon épaule, avançant doucement vers ma porte d’entrée en lui faisant un sourire complice avant d’ajouter d’une voix sereine.

« Ne t’inquiètes pas. Il a sa niche dehors, il ne rentrera pas. Et il ne te mangera pas non plus. Il n’est pas méchant. »


J’enfonçai la clef dans la serrure pour la tourner et après quoi, pousser la porte pour pénétrer dans la maison. J’appuyai sur l’interrupteur, dévoilant alors un salon ou le feu crépitait encore dans son antre, le canapé n’avait pas bougé, ni la cuisine. Sur la table il y avait un mot de mon coéquipier que je saisis d’une main pour le lire.

Je rentre tard, ne t’inquiète pas pour moi.

Un sourire tendre plus tard et je posai Hitori sur le canapé le plus proche, passant dans la cuisine pour y sortir de quoi boire.

« Dis moi, tu as mangé ? J’aimerai en apprendre plus sur toi, alors, autour d’un bon petit plat, ça peut le faire, n’est-ce pas ? »


Le plus simplement du monde, je l’invitai chez moi, je lui offrais le couvert. Ce que je ne ferais pas pour passer une soirée ainsi. Nous avions aussi en projet de faire un scrabble. Jeu que je n’avais pas d’ailleurs, mais tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Ven 14 Aoû - 9:54

Ah ah ! Voit ma supériorité fichue serpillère à quatre patte ! Tu restera dehors, dans le froid et la solitude tandis que moi je resterais au chaud avec ta maitresse. Voit comme je te suis supérieur, incline toi devant moi, coucher ! J'ai dis coucher ! Oui enfin c'est pas comme si il allait m'écouter. Mais bon tant qu'il me mangeait pas, moi ça me suffisait. Et puis, du haut de l'épaule de Lenalee, je ne craignais rien, enfin presque, rien ne me disait que cette brute de chien ne vienne ressauter sur sa maitresse pour me désarçonner et me bouffer. Horrible idée que voila. Mais ça n'arriverait pas, oh non, ça ne devait et pouvait arrivé, après tout j'étais la perfection parfaite, je ne pouvais mourir entre les dents d'un quelconque chien me prenant pour l'un de ses nonosses en caoutchouc totalement débile. Mais bon, Lenalee m'assura qu'il ne me ferait pas de mal et qu'il n'était pas méchant, bien sur je la cru après tout, pourquoi je ne le ferais pas ? Mais bon, je restais méfiant et sur mes gardes, on n'endort pas le pingouin éveillé pour mieux le manger.

Rentrant finalement dans cette maison plus que luxueuse pour une peluche comme moi, je me retrouvai rapidement sur le canapé du salon. Apparemment personne n'était là, nous serions que deux pour une soirée, magnifique occasion que voila. Au moins je ne me priverais pas de bouger, parler, m'agiter et faire la fête. Rien ni personne ne pourrait m'en empêcher, que c'était bien ce genre de soirée, enfin, encore fallait-il ne pas s'ennuyer à mourir et se regarder dans le blanc des yeux en espérant avoir une illumination. Non, ça ne pouvait m'arriver, pas à moi, après tout, j'étais l'élu, le prêcheur de ce monde qui mènerait la race humaine au sommet de la chaine alimentaire, quoi ? j'abuse ? Peut-être un peu mais rien ne parvient à bien me définir, après tout je suis indéfinissable, je pense que c'est ça.

Trêve de bavardage, nouvel endroit nécessite nouvelle exploration. Où j'étais finalement ? Dans une maison normalement habité par deux ou trois personnes, probablement Lenalee et un membre ou deux de sa famille, peut-être un ou une amie, après tout, la cohabitation était de plus en plus à la mode, sale mode je vous l'accorde. Me levant du canapé pour aller à ses extrémités ou à son sommet, je regardai autour de moi. Des meubles, des couloirs, des lumières, des accessoires dernière génération et tout le tralala. Apparemment il ne manquait de rien, une famille de riche ? J'avais tirer le gros lot, enfin, j'espérais bien même si je n'étais pas du genre à voler, j'aimais passer une nuit dans un endroit somptueux pour accueillir ma petite personne.

L'entendant finalement me demander si j'avais déjà manger ou pas voulant en apprendre plus sur moi autour d'un petit repas nocturne. Je la regardai un instant en me taisant laissant ma surprise se faire voir. Je ne pouvais manger, j'étais une peluche. La seule chose que j'arriverais à faire en tenant de manger ou même de boire, ce serait de gâcher de la nourriture et me salir pour que ça reste là, sur mon pelage à tâcher ma si belle peau déjà trop rugueuse à mon goût. Soupirant alors, agissant ma palme droite comme si la réponse était une évidence, je lui dis :


Voyons, voyons, ça ne se voit donc pas ? Dans ce corps de peluche, je ne peux pas manger. Je ne ferais que gâcher ce que l'on me propose.

J'aurais penser cela évident mais tant pis, j'avais du le lui préciser, peut-être qu'elle ne connaissait rien aux Mod Soul. Il fallait donc que je lui donne une petite leçon. Mais payante bien sur, niark niark niark, que j'étais diaboliquement diabolique. Enfin passons, elle voulait en apprendre plus sur moi, pourquoi ? C'était une bonne question. Soupirant alors je réfléchis un moment, je n'étais du genre sentimental et heureux de mon passé pour le dévoiler à chaque passante qui me le demandait, après tout c'était une longue histoire mais qui ne contenait rien si ce n'est que de l'attente. Enfin, peut-être que cela lui plairait d'entendre la triste histoire de Patrick - paix à son âme - qui m'a tant accompagné sur cette étagère dans cette chambre ressemblant à l'antre du démon. Répondant alors finalement à sa question, je lui dis :

Mais oui ça peut se faire. Installons-nous, mange un bout et je te répondrais à tout. Oui répondrais, je ne suis pas sur d'avoir envie de parler tout seul une dizaine de minute pour te raconter ma vie alors que toi tu me regarderais en mangeant je ne sais quoi et à te demander si je ne parle pas trop. Oui donc non, je veux pas ça donc voila, tu me posera les questions et puis c'est tout.

Trois minutes et seize secondes, mouais, moi qui disait que je voulais pas parler une dizaine de minutes, un peu plus et je l'aurais fait. Enfin c'était comme ça et pas autrement. Elle me poserait des questions, ce qu'elle veut savoir sur ma vie, mon tour de taille ou mes plus grands fantasmes *atchoum* et je lui répondrais mais j'allais pas faire un monologue digne des plus grandes comédies de Molière alias Jean-Baptiste Poquelin. Sautant tel un membre d'un commando, je rejoins rapidement la table ou je m'y assis dans une manière ressemblant à celle de mes ancêtres les indiens, les pures souches, pas ces hybrides installés en Inde. Mais allez voir un pingouin assis en tailleur, c'était presque marrant à voir. Attendant alors qu'elle me demande quoique ce soit je l'a regardait en croisant mes palmes douces et agréables rien qu'à mon propre toucher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Lun 17 Aoû - 23:22

Je soupirai en m’avançant vers l’intérieur de la maison. Rien a faire, cette baraque me semblait tellement vide sans lui. Comme s’il faisait, a lui tout seul, l’entièreté des murs, du toit, des sols… Il en était l’âme, la faisait vivre de par sa présence et son aisance, et lorsqu’il n’était pas là, lorsqu’il était dehors, j’avais beau savoir qu’il reviendrait, je sentais cette espace comme vidée de sa vie, de ce qui la faisait.
Etait-ce ça ? Ça qui me fait tant rêver en lui ? Cette faculté qu’il avait a se rendre indispensable là ou il allait tout en restant aussi naturel, aussi simple, facile mais néanmoins torturé ? Son aura m’apaisait, son odeur me rendait chèvre, et son physique, autant ne pas en parler. Lorsque je le voyais, sortant de la douche, juste vêtu d’un pantalon en enfilant un t-shirt a la va-vite. Sa silhouette sculptée, dieu grecque taillé dans un éclair au chocolat…
Bon sang, ça me rendait dingue rien que d’y penser. Et dire que j’étais sensée me retenir autant que possible pour ne pas froisser nos relations durement créer, pour rester sa coéquipière tant qu’il ne voulait pas approfondir ce qui nous liait tout les deux. De quoi devenir sénile avant l’air en vous donnant envie de vous foutre en boule dans un coin, tentant vainement d’arrêter le saignement de nez qui vous prenez en imaginant les choses les plus obscènes existantes cette chair a vif que vous pouviez palper, toucher, embrasser… embraser.

C’était grisant, autant le dire. Et rien que d’y penser, ça m’enivrait. Je n’avais rien sur quoi me faire les crocs en attendant le jour J ou je pourrais le planter dans son épaule en étouffant un soupir de plaisir. Enfin, je m’égare. Tout ça pour dire que sans lui, je me sentais moi-même séparé d’une partie de mon âme, arraché plutôt dire, a ce que j’aimais le plus au monde.
Un soupir m’échappa alors que je posai Hitori sur le canapé, faisant le tour de la pièce en observant bien s’il n’avait pas laissé une partie de lui quelque part. a vrai dire, il était partout, mais j’avais toujours cette impression que lorsqu’il partait, il amenait tout avec lui, me laissant sans rien. Au final, j’étais juste désespérément seule face a moi-même. Nekomata toujours avec moi, heureusement, mais néanmoins, il n’était pas toujours aussi coulant que je voudrais qu’il soit.
Parfois un peu brute de décoffrage, souvent trop axé sur le combat, il avait ce désir sadique de faire couler l’hémoglobine sans même que je ne comprenne pourquoi. Et ça m’influencer. Tournant dans la pièce, une main derrière la nuque en fronçant les sourcils, j’avais l’air très pensive. Je ne tardai pas à passer près de la cuisine, me tournant vers Hitori pour lui demander de me raconter un peu toute sa vie. J’étais curieuse. Je lui demandai par la même occasion s’il voulait quelque chose a manger…

« Oh, oui en effet. En fait, je ne savais pas trop si tu pouvais manger ou pas. A vrai dire, ce n’est pas comme si j’avais souvent croisé des Mod Souls dans ma vie. Désolée. »


Bon, je m’excusai peut être un peu pour rien. Sortant des placards un paquet de biscuit au chocolat, je me postai sur le canapé, m’enfonçant dedans doucement en souriant. C’était idéal. Le feu crépitait toujours dans la cheminé, me reposant et m’apaisant, je posais mes yeux sur Hitori avec un sourire serein et doux en mangeant un des gâteaux que j’avais sortis de son emballage.

« Mais oui ça peut se faire. Installons-nous, mange un bout et je te répondrais à tout. Oui répondrais, je ne suis pas sur d'avoir envie de parler tout seul une dizaine de minute pour te raconter ma vie alors que toi tu me regarderais en mangeant je ne sais quoi et à te demander si je ne parle pas trop. Oui donc non, je veux pas ça donc voila, tu me posera les questions et puis c'est tout. »


Je lui fis un sourire, répondant a sa suite :

« Très bien, faisons comme ça. Je te pose des questions, tu y réponds. En échange, si tu as une question ou besoin de quelque chose, j’y réponds ou m’exécute, ça te va ? »


Un sourire de plus, je me tournai légèrement vers lui. J’avais des centaines de questions qui me venaient en tête, très facilement. D’où venait il ? qui l’avait crée ? s’il le savait, comment était il arrivé sur terre… ?

« Comment ça se fait que tu sois arrivé a Karakura ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Mar 18 Aoû - 11:36

Elle devait le faire exprès, moi qui avait rejoins la table d'un rapide mouvement pour éviter de parler de canapé à table, elle alla s'installer sur le canapé. C'était déprimant ... Peut-être que son cerveau avait laisser place à son estomac, ou peut-être n'était-elle qu'une goinfre écervelée. Enfin pas si écervelé, elle s'excusa face à sa petite erreur de tout à l'heure. Bon c'était une évidence mais bon, passons, c'est pas le plus important, surtout la bêtise humaine. Elle s'était donc pris un petit paquet de gâteau et alla s'installer sur le canapé en mangeant un premier gâteau. Chocolat ? Mes préférés ! Ou peut-être pas, niveau goût, cela faisait des années que je n'avais pas manger alors bon, chocolat, vanille, fraise, beurre ou sucre, un gâteau restait un gâteau. Cela faisait bien longtemps que mes papilles gustatives avaient arrêté de fonctionner et laissait le reste de mes sens en éveil. Enfin, comme toujours, passons.

Résultat des courses, je devais retourner sur le canapé, j'allais pas rester sur la table pour rien et la regarder engloutir des gâteaux sur son canapé. Enfin, peut-être était-il nécessaire d'écouter sa question avant d'entamer la mission de l'extrême. Pourquoi j'étais sur Terre ? Comment ça se faisait quitter le paradis pour rejoindre l'enfer ? C'est une bonne question. Faisant preuve de souplesse, je me releva sans les mains. Restant un moment début sur la table je réfléchis un moment. Pourquoi étais-je venu sur Terre ? Pour vivre, tout simplement. Enfin, peut-être ignorait-elle le génocide des Mod Souls. Soupirant alors je regagnai le canapé par de rapide mais simple mouvement avant de m'installer sur l'autre côté du canapé. Soupirant alors je croisai ce qui me servait de bras avant de répondre finalement :


La survie. Je présume que tu as entendu parler du génocide des Mod Souls, enfin ... Du désintéressement de ces pilules ratées et inutiles. Je suis allé sur Terre pour survivre, tout simplement.

Nostalgie quand tu nous tiens. À peine avais-je finis ma phrase qu'une vague de souvenir m'envahit. Mon arrivée sur Terre fut le premier, me revoyant dans ce sachet de bonbon où l'on essaya finalement de m'avaler. Cette mère protectrice qui avait reprit le corps de son enfant pour le garder rien que pour elle et m'enfermer involontairement dans ce corps maudit. Tout cela était bien triste. Enfin, il fallait s'y faire, depuis le temps, je m'y étais fait et la vie repartait. J'étais presque sentimental sur le coup, faudrait que j'arrête de regarder La petite maison dans la prairie, ça irait peut-être mieux. enfin finalement, le résultat était là, j'étais sur Terre et je vivais comme je le pouvais, parmi les rats des trottoirs, les oiseaux des toits et les bipèdes humanoïdes vivant un peu près partout. Monde de misère où l'enfance engendre la stupéfaction.

Trêve de philosophie, l'heure était à question pour un champion. Me tournant vers mon interlocutrice, je pris plus de confort dans ce canapé moelleux et demanda finalement :


Je présume que tu est sur Terre à cause de ta nature, comment ça s'est passé ?

Il fallait bien que je m'y intéresse un peu, après tout, ce n'était pas commun de rencontré un vizard comme Lenalee, et puis, il fallait bien faire la conversation, je ne m'imaginais pas la regarder manger toute la soirée, pauvre de sa ligne ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Sam 22 Aoû - 18:01

La survie. J'avais longtemps connu ça, en particulier au Rukongai. Survivre au lieu de vivre. C'était une chose distinctive que l'on ressentait au fin fond de nos entrailles, qui nous tenait et tenaillait, tel des serres ajustés qui nous pressaient les boyaux pour nous inciter à nous battre et débattre toujours dans le même but : ne pas mourir. Au fond, cette survie qui faisait notre vie là-bas n'avait jamais été très belle à voir. Coups bas, tromperies, tout ça dans l'objectif de ne pas avoir a périr dans des conditions on ne peut plus stupides. Je me souvenais de tous ces gens que j'avais dû entour-louper pour pouvoir m'en sortir sans égratignure, malgré mes sentiments, mes bonnes intentions, j'avais souvent été obligé au Rukongai de manipuler, de devenir une calculatrice pour pouvoir déceler le danger et l'éviter comme je pouvais, au mieux.
Ça nous laissait un goût amer dans la bouche, lorsque l'on fixait ces visages déconfis et trompés, vaincus bien malheureusement et lorsqu'on sort victorieux par les mensonges que l'on avait engendrés... âcre, amer, répugnant. Pour moi, ça n'avait duré que quelques années, une poignée de jour dans la vie d'une âme errante, avant de me faire tirer de là par cette personne charitable que j'avais élu comme « Obaa-san ». La survie, je la connaissais, je savais ce que c'était, à quoi ça pouvait me mener. Je l'avais effleuré, plusieurs fois, embrassé aussi.
Je la palpais toujours lorsque je combattais. Survivre face à un adversaire. Pourtant, ça n'éveillait pas en moi le même genre de sentiments que lorsque j'étais au Rukongai. Rien à voir en fait. C'était un goût plus piquant et rustre encore et bien plus savoureux que je ne pouvais l'imaginer. L'adrénaline se mélangeant a ça me mettait régulièrement dans des états que l'on ne pouvait imaginer. Un avant goût d'aventure, un arrière goût de sang, un somptueux mélange que les frêles créatures que nous étions, nous, Shinigamis ou Arrankars, raffolions sans nous en rendre compte. C'était pitoyable me dis-je.

Alors, qui mieux que moi pouvait comprendre ce qu'il avait enduré. Moi qui raffolait de ça, qui cherchait parfois trop souvent a me mettre dans ces situations catastrophiques en scruttant avec mon instinct un moyen de m'en sortir souplement, sans y laisser de plumes... ou de poils pour mon cas. Portant de nouveau un gâteau a mes lèvres, je me rendis compte en fait que je n'avais pas aussi faim que ça. Épuisée, inquiète de ce qui allait se passer surtout, j'eus un sourire triste lorsqu'il parla du génocine des Mod Souls.
J'en avais très vaguement entendu parler en fait. Pas grand chose, juste quelques mots par ci par là, mais je n'y avais pas prêté grande attention. Les Mod Souls n'ont jamais été des « personnes », si nous pouvions les appeler ainsi, que j'affectionnai particulièrement. En réalité, je n'en avais jamais fréquenté de ma vie, ce pourquoi Hitori piquait ma curiosité. Ça m'interessait un peu de savoir ce que j'avais manqué en fait. Pas grand chose sûrement, ils ne possédaient pas tous des capacités extraordinaire, mais enfin... sait-on jamais.
Sur terre, ça n'avait pas dû être facile non plus. Les humains n'étaient peut être pas très attentif pour la plus part, mais voir une peluche bouger, ce n'était pas commun. Imaginez simplement que l'un d'entre eux ait découvert cette vie de nomade qu'il menait... en somme, ça aurait bousculé énormément de chose, une peluche qui parle et qui bouge. Déjà que l'on disait que les dégats occasionnés par les hollows étaient des explosions de gaz, qu'aurait on dit pour une peluche qui parle?

« Je présume que tu es sur Terre à cause de ta nature, comment ça s'est passé ? »


Comment? Pas aussi bien que je l'aurais espéré. Ces adieux déchirants que j'avais dû faire, fuir comme ça, la nuit, sans dire rien a personne, ça m'avait rendu malade. Arrivée sur terre, seule, ne pas savoir comment faire pour vivre, ne rien connaître, tout apprendre en peu de temps pour éviter d'attirer l'attention... se cacher, surtout, et essayer de controler ce qui me rongeait... Ce fut un moment tout bonnement horrible pour moi...

« En effet... tu te doutes que des gens comme nous, les Vizards, n'étions pas les bienvenus a la Seireitei. Autant dire que le mieux a faire été de prendre la fuite. Je ne sais toujours pas pourquoi ça nous a affecter, ni comment. Enfin, autant dire que ça ne fut pas facile les premiers temps. Parce qu'en arrivant sur terre, je ne contrôlai pas mon Hollow intérieur et j'étais dans l'incapacitée de me battre ou me défendre parce qu'il interferait dans tout mes combats. Pendant un moment, elle venait même lorsque je rêvassai simplement... C'était horrible... »


Ouais, autant dire, simplement horrible. Mon regard se ferma sans que je ne m'en rende compte, mes yeux se baissèrent et je ramenai mes jambes contre ma poitrine, posant loin de moi le paquet de biscuits que j'avais pris. Repenser a tout ça, a ce que j'avais perdu en partant... et puis, a ce que j'avais gagné aussi.

« Et puis, Hirako Shinji m'a retrouvé un soir et m'a dit, pour résumer, qu'il pouvait m'aider. T'imagine bien que j'ai accepté, déjà parce que s'il pouvait vraiment m'aider, alors je pouvais enfin vivre normalement, et aussi parce que j'étais curieuse de savoir comment il allait faire. »


Lorsque j'y repensais, j'avais imaginé que mon ex-capitaine allait m'enfermer dans une machine, m'opérer ou me brancher a une prise pour faire partir la créature... Bah c'était pas du tout ça...

« J'ai du combattre mon Hollow intérieur avec un temps donné. Il ne m'avait pas très bien renseigné et je lui en ai voulu après parce qu'il m'avait assomé. C'est pas très gentil, dis-je en me frottant la nuque, là ou il m'avait frappé pour ça il y a plus d'un siècle, et j'ai dû subir un entrainement d'endurance de je sais plus quoi... Peu de temps après, je suis partie du hangar ou ils vivaient tous, et j'ai rencontré Akira, mon coéquipier... et nous nous sommes installés ici... »


Je marquai une pause, me rendant compte que depuis tout a l'heure, je parlai, beaucoup. Beaucoup trop.

« Oh... Je ne réponds peut être pas a ta question. Je parle, je ne sais même pas ce que je dis... enfin, c'est a moi! Tu as eut l'occasion de rencontrer d'autres Mod Souls ici? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Dim 23 Aoû - 11:27

Finalement, les vizard n'étaient pas si différent des Mod Soul, bien sur leur nature était énormément différente, les Mod Soul n'était qu'une âme modifiée pour servir aux shinigamis, les vizard, eux, étaient d'anciens shinigamis contaminés par un hollow ou que sais-je. Mais le point commun et ce qui faisait la ressemblance entre les deux races était la chasse menée par les shinigamis, êtres fiers et droit, ils ne permettaient pas d'avoir des êtes supérieurs à eux ou échappant à leur explication ou à leur compréhension. Les vizards semblaient être bien plus puissant qu'eux, quant aux Mod Soul, peu de personne pouvait réellement comprendre leur origines et leur pouvoir. Mais bon, le temps était passé et l'eau avait coulé sous les ponts, personne ne voulait savoir la raison, tous se contentaient de suivre les ordres comme de bon petit soldat à leur capitaine. Enfin, tout cela n'était qu'une preuve d'égocentrisme et de fierté à l'état pure. Il n'y avait pas d'autre mot ...

Si elle était arrivée sur Terre c'était à cause de son hollow, un hollow lui étant rentré dedans, pour dire ça de la façon la plus "normale" possible. Enfin c'était compliqué et l'origine de ce phénomène restait encore inconnu. À présent je comprenais mieux. Elle avait dut passer par un moment des plus horribles et tristes, aussi bien pour elle que pour ses amis. La voir s'exiler à cause d'une chose dont elle n'avait voulu devait être dur. Partir sans rien dire, laissant tout en arrière devait l'être tout autant. Derrière ce doux visage renfermait un lourd passé. Je le comprenais à présent, je comprenais pourquoi son sourire me paraissait si pur ... Erg mais deviendrais-je sentimental ? Je n'avais pas le temps pour ça, elle avait reprit en parlant de face de cannette, il l'avait aider à contrôler ce hollow et à devenir une véritable vizard. C'était plus ou moins flou mais ça m'avait permis de comprendre.

Elle s'était frotté la nuque en terminant finalement par voir qu'elle avait un peu trop parler, j'avais pas remarquer ça moi. Un passé est une longue épopée qui ne peut être raconté en une phrase ou deux, sa voix avait montré combien son passé avait été aussi bien douloureux que réconfortant, j'avais pu percevoir ces moments de contentement face à face de canette. Elle devait le savoir elle-même mais ce ptit gars comptait beaucoup pour elle. Ah les femmes ... Finalement elle s'était arrêté de parler avant de me demander si j'avais rencontrer d'autre mod soul. La question m'avait paru un peu surprenante, disons que l'intérêt de savoir cela m'échappait, enfin, peut-être avait-elle ses raisons de demander ça. Reprenant mes esprits je secouai la tête pour essayer de reprendre quelques esprits. Réfléchissant à sa question je finis par lui répondre :


Pas à ma connaissance, et puis, disons que je ne sais même pas comment je réagirais si j'en voyais un. J'aime avoir mon territoire à moi, un peu comme un terrain d'une grande maison. Enfin ...

Je soupirai un moment. Qu'aurais-je fait face un autre Mod Soul ? Je ne le savais pas moi-même. Peut-être lui sauterais-je dans les bras et nous deviendrions les meilleurs amis du monde ou au contraire on se sauterait dessus et nous taperons dessus. J'en savais strictement rien et d'ailleurs cette réflexion m'avait menée sur une étrange question : que se passerait-il si je rencontrais une mod soul ? La question était pas de savoir si ça se disait bien comme ça mais de savoir comment je réagirais. Bien sur si c'était une vraie peste je l'enverrais paitre mais si c'était une douce et gentille âme modifiée ? Raaaah je retombe dans le sentimental. Fallait peut-être que j'arrête la petite maison dans la prairie ...

Il fallait que je me reprenne ! Et j'avais une idée. Une idée farfelue qui me plaisait bien en fait. Je me frottais les ailes rien que d'y penser. J'avais un plan en tête, un magnifique plan qui allait bien me servir, mouhahahah.... Bon ok. Je m'approchais alors de Lenalee avant de reprendre mon air des plus enthousiaste et je lui dis d'une voix forte et distincte, enfin pas trop non plus :


Hey, si t'es libre demain, pourquoi ne pas aller au parc d'attraction tout les deux, ça pourrait être marrant non ?

Une rencontre de plus d'un soir ? Je devais me faire vieux ou simplement plus coopératif. Enfin qu'importait. j'avais déjà plusieurs idées pour ce fameux parc d'attraction, le train fantôme, certains allaient en baver, et les montagnes russes, quoi de plus extra quand on fait trente centimètre. Bien sur je pouvais y aller tout seul mais y aller avec elle serait plus simple, beaucoup plus simple. Enfin restait à savoir si oui ou non cela allait se faire, après tout peut-être qu'elle avait autre chose de prévu. Enfin, fallait attendre pour savoir, attendre comme toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Mar 25 Aoû - 19:07

« Les oiseaux chantent après la tempête. Pourquoi les gens ne seraient-ils pas eux aussi libres de se délecter des jours ensoleillé qui leur reste à vivre. Rose Kennedy »

En effet, être Vizard ou Mod Soul, en somme, ça revenait un peu au même. Nous étions en tout point différent, certes, mais nous avions un passé commun compliqué, exilés pour les mêmes raisons, a peu près : parce que nous n'étions pas les biens venus. Lui, parce qu'il n'était plus aussi interessant qu'au début, que les Shinigamis se suffisaient a eux même et qu'un Mod Soul en combat n'était qu'encombrant, même s'il possédait des facultés très spéciales. Pour les Vizards, c'est parce que leur nature, elle même, était repoussante. Un shinigami ne pouvait pas être mixé avec un Hollow, c'était visiblement anormal, innadmissible, et quand bien même ce n'était pas de leur faute, ils n'avaient pas a remettre les pieds dans ces lieux sacrés et surveillés.
Alors, dans le fond, Hitori était bien le mieux placé pour comprendre ce que j'avais pu ressentir, et je sentais que derrière ce coton et ce duvet épaix et doux se cachait un petit être aussi sensible que moi, qui devait en penser autant que moi a ce sujet. Le rejet était bien la pire des choses qui pouvaient exister, non? Du moins, c'était mon avis. Se retrouver seul n'était agréable pour personne, parce qu'avec soi-même, il n'y avait rien d'autre, rien du tout. Le vide, le néant de notre existence, l'intense sensation d'abandon.
Oui, pour ma part, la solitude me déplaisait pas, mais passait un temps ou on avait tous besoin de quelqu'un a ses côtés pour se soutenir, s'aider, s'aimer. Qu'il était aussi necessaire de se décharger un peu sur les épaules d'un autre, parce que le poids de nos valises avec le temps augmentaient, l'âge, les rencontres, les gens, tout ça s'ajouter au fur et a mesure des années, sur notre dos qui soutenait le tout, jusqu'au jour ou nous cedions, et qu'une personne quelconque nous tende la main pour nous décharger un peu, et nous aider a nous relever...

« Pas à ma connaissance, et puis, disons que je ne sais même pas comment je réagirais si j'en voyais un. J'aime avoir mon territoire à moi, un peu comme un terrain d'une grande maison.  Enfin ... »

J'eus un sourire amusé. Territoire, maison. Il vivait bien dehors, devait squatter quelques maisons de temps en temps, repartir le lendemain comme si de rien n'était, disparaître pour se retrouver ailleurs. Une vie de vagabond qui devait ne pas être déplaisante, même si un foyer fixe ne faisait de mal a personne, j'en étais la preuve humaine. Moi même, j'ai longtemps parcourrut les villes a la recherche d'un endroit ou loger quelques temps, mais c'est dans cette maison, avec mon coequipier que je me sentais bien.
Un sourire de plus et j'écoutai sa proposition. Demain, parc d'attraction, tout les deux. Je mis un temps a réfléchir. Un parc d'attraction? Je ne savais pas qu'il y en avait un a Karakura. Très vite, mes yeux s'illuminèrent subitement, petillant d'une malice infantile qui m'était propre tandis que mes lèvres s'étendirent de nouveau plaisir.

« Parc d'attraction?! Répétai-je »

Montagne russe, la grande roue, les autos tomponeuses... Tout ça réunit en un seul lieu, des lumières, des gens, des peluches, des stands de cadeaux et d'autres trucs du genre, colorés. Un lieu ou les enfants étaient heureux, ou l'adrénaline s'écoulait vivement à chaque manège. Fantastique, féerique, digne des petites histoires amusantes de gosses.

« Ouais trop! Ça serait complètement génial! Je suis pour, complètement pour! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   Jeu 27 Aoû - 17:35

Et voila, ma proposition avait été acceptée, me voila lancé dans une nouvelle aventure. Un rendez-vous en tête à tête ? C'était à prendre dans le premier sens et non celui que tout le monde donnait, après tout, demain nous serions seuls à seuls et nous nous amuserions tout les deux, sans individus indésirables qui nous casseraient les pieds et la tête. Enfin, il fallait se reposer, demain serait alors une grande journée chargée et pleine de surprise. Je m'y voyais déjà, le train fantôme, la grande roue, tant de chose si agréable. Je m'y voyais déjà, j'avais hâte, oui ça m'arrivait. Je me voyais déjà lui plonger le nez dans une de ses glaces qu'elle aurait acheté, faire les montagnes russes et hurler de joie pour éviter le creux se formant dans l'estomac, je nous voyais déjà dans le train fantôme, côte à côte, se laissant surprendre par ces petits pantins articulés censés nous faire peur. Enfin il fallait que j'arrête d'y penser, ça ne ferait que m'enlever l'eau de la bouche, enfin façon de parler.

Souriant face à son enthousiasme, j'étais assez content qu'elle accepte, après tout cela montrait que j'étais pas qu'une rencontre sans lendemain. C'était ça le plus grand paradoxe d'être une peluche. Il nous arrivait des choses extraordinaires qu'on aurait apprécier et profiter avec délectation ce qui nous arrivait mais que nous ne pouvions avoir car nous étions dans ce corps de peluche, frêle et fragile n'offrant que peu de possibilités. Enfin c'était un peu comme tout, ça avait des avantages et des inconvénients. On faisait avec ou on ne s'en sortait pas. Enfin fallait surtout arrêter de se lamenter et profiter de la vie, elle était belle comme elle l'était, et à vouloir plus on obtenait toujours moins, c'était les règles de la vie, enfin autant arrêter la philosophie, ça ne me va pas.

Laissant alors mon sourire la guider vers les bras de Morphée pour qu'elle puisse se reposer et être prête pour demain, je la laissais seule, ne voulant pas la gêner ou l'empêcher de dormir même si j'aurais bien aimer pouvoir être pris dans ses bras, dorloter et finir la nuit avec elle, dans son lit, quel bonheur cela aurait été. Mais bon fallait pas rêver, même si c'est beau de rêver à force ça fait mal. Enfin c'est pas le plus important, mais quel était-il alors ? Bonne question, question que je ne me poserais pas. Enfin restait à savoir ce que je pouvais faire à présent. Je n'étais pas d'humeur à dormir, enfin, je n'en avais pas la réelle nécessité donc je ne me voyais pas me forcer pour une chose non essentielle. Je la voyais se coucher me laissant seul avec moi-même.

Enfouit dans mes pensées, mon esprit se perdait dans d'innombrables choses auxquelles je n'aurais cru repenser un jour. Mon séjour à la Soul Society, ce qui avait pu s'y passer, ce que j'avais fait ou au contraire pas fait, mes retrouvailles sur Terre, ce qu'il s'était passé et ce qui s'en suivait. Je me sentais bizarre, depuis toujours je ne m'étais pas attaché trop longtemps à des personnes. À vrai dire je ne m'étais pas du tout attaché, enfin sauf récemment à une ou deux humaines mais cela me faisait de plus en plus bizarre. Devenais-je plus docile et affectif ? J'en avais bien l'impression. C'était pas si désagréable en fait, enfin ... Tout dépendait du moment. Ce fut après un moment de réflexion que j'allai voir une petite dernière fois Lenalee avant de sortir de la maison par une fenêtre rester ouverte, sortant en passant par le jardin je me fis discret pour ne pas réveiller le chien et me faire attaquer par ce poil ras. M'en allant doucement, je partis faire un tour nocturne, je reviendrais probablement au matin pour cette fameuse journée qui nous attendait ...





[Peu terrible mais fin du topic suite à la demande de Lenalee, d'où le fait que je l'envoie dodo xD ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux êtres pas communs se rencontrent [Pv Lenalee - BTLFA]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vos Maîtres-Mots
» FIN DE PARTIE de Samuel Beckett
» Deux cachets tres particuliers
» Avec deux mots identiques on fait deux choses différentes
» J'aime deux choses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach The War Of Soul :: • Monde des Humains - Karakura Town • :: Zone Sud-
Sauter vers: