AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nuit Ecarlate [Pv Lenalee Kokoro - BTLFA]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Nuit Ecarlate [Pv Lenalee Kokoro - BTLFA]   Jeu 9 Juil - 23:44


    La bataille avait fait rage, les résidus de pression spirituelle étaient encore palpable dans l’air et j’avais été témoins direct de ces affrontements. Je ne m’attendais vraiment pas à ce que les Arrancars bougent aussi vite après l’arrivée d’Aizen Sôsuke au Hueco Mundo, faisant de lui le chef ultime et incontestable des Hollow, mais aussi et surtout le dirigeant des Arrancars et de l’Espada, la force ultime de combat de ce monde de mort, ou la vie est minime et ou le sang coule en abondance sur le sable blanc. J’ai eu la chance de me rendre dans ce monde des plus horrible durant une de mes excursions pour chercher des informations sur le groupe de l’Espada, mais malheureusement, cela ce soldat par un lamentable échec et je suis revenu bredouille de mon petit voyage et terre ennemies. Rien que de penser que je suis un peu comme eux me rend presque malade, ces créatures qui ne cherchent qu’à se repaitre de l’âme des humains et du sang de leur victime Shinigami me dégoute jusqu’au plus profond de mon âme. Quelle horreur… Être mi-Shinigami, mi-Hollow… Quelle abomination que cet alliance entre deux races ennemis. D’après mon maître, certaines personnes deviennent comment moi, un Vizard par le fruit du hasard ou bien par une expérience, mais pas par la naissance, ce qui fait de moi un abomination encore plus horrible. Fort heureusement, personne ne sait qui je suis véritablement, personne ne sait que je suis un Vizard. Je ne suis qu’un simple passant pour la plupart des gens, rien qu’une personne normale avec un bandeau de pirate pour cacher mon œil jaune, montrant mon appartenance au monde des Hollow. Simplement installé sur le toit d’une maison d’un petit quartier, je me mis à penser à la dernière fois ou je l’avais vu… « lui ». Cette bataille qui s’était déroulée dans mon monde intérieur face à cette créature démoniaque me bouleverse toujours autant, il faut bien l’avouer. Fermant les yeux lentement, je me sentais partir vers ce moment tragique de ma vie.


-.-.- Flash Back -.-.-


    Lentement mes yeux se sont ouverts ou tout du moins mon œil gauche qui n’était pas sous un cache œil. Mon autre œil, celui du Hollow étant toujours fermé pour que personne ne puisse le voir… personne. Je venais d’être envoyé dans mon monde intérieur pour finalement contrôler mon Hollow intérieur, pour le soumettre à ma volonté, pour devenir le véritable, l’unique propriétaire de mon corps. Je devais donc battre ce monstre de haine et de sang qui ne désirait qu’une seule chose, prendre possession de mon corps pour faire le mal tout autour de lui, pour faire le plus de ravage possible sur son passage. Ce n’est pas un homme non, ce n’est qu’un Hollow dont la haine et la rage se sont tellement accumulés au fil des années que je peux le sentir au plus profond de moi-même, comme s’il me murmurait au creux de l’oreille qu’il est la, prêt à sortir à la moindre défaillance de ma par. Mais aujourd’hui, c’est l’heure de s’affronter pour savoir qui de nous deux contrôlera ce corps, qui de nous deux deviendra le Roi de ce monde. Ce monde… Ce n’est rien de plus qu’une étendue infinie de poteaux de différentes tailles qui sont tous à un mètre d’intervalle. Il n’y a pas de fond, c’est en quelque sorte un ciel inversé comme le dirait Tettsui, mon Zampakuto. C’est une sorte d’homme extrêmement musclé et très grand, tout l’inverse de moi donc. C’est une force de la nature qui a un sens de l’humour et de l’honneur qui est vraiment spéciale, mais à chacune de nos rencontres, j’ai toujours rigolés, même si les circonstances n’étaient pas favorables. Malheureusement, j’avais beau regarder de tous les côtés, il n’était pas la, lui qui s’amusait à toujours me montrer ses muscles reluisants. Non, il n’y avait pas âme qui vive, il n’y avait que lui… lui… cet être perfide était à plusieurs mètres de moi, en noir et blanc, seuls son œil jaune étant visible, le vert étant caché par un morceau de tissus identique au mien. Il me regardait avec un sourire en coin, une confiance incroyable se lisait dans ses yeux.

    - Ou est Tettsui ? Que lui as-tu fais ?

    - Ou ? Tu n’as toujours pas compris abrutit ?! Toi qui te vente de tout savoir, tu es vraiment lamentable… Tu veux savoir ou est Tettsui c’est ça ? ET BIEN JE VAIS TE LE DIRE !

    Mon moi maléfique sortit de son dos Tettsui avant de crier la phrase de libération pour donner la vrais taille au maillet, mon arme… Comment pouvait il l’avoir ? Comment avait il eu cette puissance ? Avec un Sonido, il se retrouva devant moi, un sourire aux lèvres.

    - Tettsui c’est MOI !

    Il abattit le maillet dans ma direction, mais ne me toucha pas, aillant exécuté un Shunpo, il ne put suivre la rapidité de mon déplacement. La révélation était tout à fait troublante, comment pouvait il être Tettsui alors qu’il le portait à sa main ? Comment pouvait il l’avoir alors qu’il était dans mon dos ? Pas le temps de se poser de telles questions, il était temps d’agir et de me battre face à cet être qui ne désirait qu’une seule chose… m’affronter et me vaincre. En y réfléchissant bien, j’avais moi aussi envie d’en découdre avec lui, malgré ma peur, je ne désirais qu’une seule chose, le vaincre une bonne fois pour toute et en finir avec cette histoire. Depuis bien longtemps, je désirais la mort de quelqu’un et ce quelqu’un, c’était lui… Pas besoin de réfléchir, il était temps d’y aller à présent. Prenant mon petit maillet dans mon dos, je tendis mon bras en avant et avec rage je récitais la phrase de libération de Tettsui qui grandit instantanément jusqu’à sa taille normale, le manche étant un peu plus grand que moi et la masse bien au dessus de ma tête. Il ne faisait aucun doute que mon autre moi avait les mêmes techniques que moi et que le combat allait revenir à celui qui aurait la plus grande rage et le plus grand désir de vivre dans ce corps.

    - Finissons en à présent ! Viens la !

    - Le Roi ce sera MOI !

    Le roi… non, il avait tord, il n’y avait ni roi ni cheval, car depuis toujours j’ai été le maître de ce corps et jamais il ne viendrait prendre son contrôle, jamais. Tout deux l’un en face de l’autre le combat débuta brutalement. Autant il est simple de se battre avec un sabre contre une personne qui a aussi un sabre, mais un combat entre deux utilisateurs de maillet n’est pas aussi simple que ça, car il faut porter des coups plus puissants que son adversaire et surtout le toucher… Ainsi donc les maillets s’entrechoquèrent dans un bruit métallique sourd. Le combat dura quelques instants comme ça, sans que personnes ne prennent l’avantage l’un sur l’autre, mais finalement ce fut moi qui prit le dessus grâce à des attaques bien plus hargneuses que celles de mon double. Bien qu’il sache aussi bien se battre que moi, j’avais apparemment la plus grande rage face à cette créature noire et blanche. Quelques instants plus tard, je réussis à porter un coup direct au visage de mon adversaire, ce qui signa son arrêt de mort, car à ce même moment, j’activais une technique de Tettsui, le sceau de Feu vint littéralement cramer cette être inférieur. Le problème avec mon Zampakuto est qu’il est préférable de toucher mon adversaire directement au visage, car l’attaque frappe directement le système nerveux et sans tête, il n’y a plus d’ordre à envoyer et l’adversaire ne peu plus rien faire. Dans ce combat, c’était le premier qui touchait l’autre qui gagnait… et ce fut moi. Mon autre moi tomba entre les poteaux et lâcha un cri de haine.

    - Tu as gagné… mais fais attention ! Faiblis et je reviendrais !

    Ce fut ses derniers mots avant qu’une grande explosion me balaya de ce monde intérieur. Je venais de vaincre mon adversaire… Ca avait été une sorte de ballon en Or, le premier à toucher l’autre gagnait… Le monde s’assombrit pendant quelques instants et lorsque je revis la lumière du soleil, un masque tomba de mon visage pour me laisser voir le massacre qui venait de se produire. L’île déserte sur laquelle nous étions venue n’était plus que du sable, plus d’arbres, que des cratères, rien ne semblait vivant et le pire, la vision d’horreur fut de voir mon maître, allongé sur le sol avec un trou béant dans le ventre. Pas besoin de comprendre se qu’il s’était passé, c’était mon œuvre et les larmes coulèrent en une demie seconde sur mon visage avant que je m’élance vers mon maître.

    - Senseiiiii !


-.-.- Fin -.-.-


    Je rouvris les yeux en sursautant, je m’étais assoupis et sans que je m’en rende compte, de vieux cauchemars étaient revenu me hanter… Une journée maudite… Une journée ou mon maître avait donné sa vie pour que je puisse vivre normalement sans que j’ai à craindre mon double maléfique. C’est aussi ce jour la que je pris sa place pour devenir le Fukei, prenant la succession de mon maître. Un jour à ne pas oublier qui me rappel mes erreurs et le travail que je dois accomplir chaque jours pour qu’un jour, je puisse me rendre utile à la société. Me redressant, je ne pouvais m’empêcher de secouer la tête pour tenter de chasser ses obscures pensées de ma tête. Il était temps de bouger à présent… mais oui ? La nuit était déjà bien avancée et je ne savais pas ou aller. Je pris la direction du Nord, sautant de toit en toit pour me déplacer rapidement, cherchant des gens dignes d'intérêt.



Dernière édition par Kazuki Sokios le Mer 15 Juil - 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nuit Ecarlate [Pv Lenalee Kokoro - BTLFA]   Ven 10 Juil - 22:22

J'étouffai un hurlement strident en me levant soudainement du lit ou j'étais allongé. Un cauchemar, un horrible cauchemar qui me tenait encore les entrailles et la gorge, m'agitant au plus profond de mon être, me bousculant jusque dans ma tête, qui m'empêchait probablement de réagir comme je devais être capable de le faire normalement. D'un coup, mes yeux s'étaient ouverts, et je voulus crier au plus fort possible pour appeler au secourt et faire partir le mal soudain qui m'avait pris. J'avais besoin de crier, très fort, trop fort, et je me contentai d'attraper le coussin le plus proche pour le placer devant mes lèvres et le mordre férocement, comme si faire cela m'empêcherait d'hurler et de le réveiller...
Je m'étais assoupi sur le canapé il y avait de cela quelques heures maintenant, attrapant et m'agrippant au drap de velours dont Akira m'avait recouverte en me découvrant ainsi. Je ne portai qu'un long T-shirt qui recouvrait mon buste et un short court dans lequel je dormais habituellement très bien. Je tremblai de tout mes membres, remontant ma couverture a mes yeux pour pleurer librement. Je devais dire quelque chose, l'appelai, lui demandai de me soutenir parce que là, j'étais tout bonnement effondré.
Jamais, Ô grand jamais, je n'avais imaginé imaginer ces horreurs là, c'était comme d'horribles rêves d'enfant, ceux qui m'angoissaient déjà lorsque j'avais a peine six ans. Pourquoi maintenant? Que me voulait-on? Je craignais a présent le pire a propos de mon état mental et de ce à quoi je pouvais songer pour en arriver a vouloir hurler en pleine nuit la peur qui me rongeait intérieurement. Je me sentais tomber, chuter, sans pour autant bouger d'un pouce. Je tremblai juste, la tête me tournait et j'espérai pouvoir me ressaisir très rapidement pour ne pas réveiller mon coéquipier.

Tu devrais hurler, me disais-je, tu devrais arrêter de penser a lui, tu t'en fiche de le réveiller, tu t'en fiches, essayais-je de me convaincre. Ça n'avait pas d'importance, qu'il se lève et me voie ainsi. En fait, si, cela avait toute son importance, je ne pouvais supporter qu'il m'admire aussi effrayer qu'une enfant sortant d'un affreux cauchemar, je ne voulais pas qu'il me juge inutile et puérile en m'admirant ainsi, et qu'il me jette en dehors de chez lui pour n'être qu'une faible jeune femme seulement capable de pleurer sans affronter ce qui l'affolait.
Je n'étais plus une faible humaine, je savais que je n'avais pas besoin d'aide, pas pour l'instant. Et quand bien même j'en aurais besoin, je m'étais jurée de ne pas lui demander, a lui, du secourt. Non, je me serais sûrement tourné vers Shinji, pour de nouveau il me tende la main, si seulement... Si seulement il était là, cette fois, pour me dire de sa voix que ça n'avait pas d'importance, tout ce en quoi je pensais, que je n'avais cas foncer dans les bras de mon ami pour retrouver le confort que je voulais.
C'était encore un combat intérieur que je ne gagnerai pas aussi facilement. Ce n'était pas un affrontement contre soi-même, c'était une bataille contre ses pires craintes, celles qui m'envoutaient et qui risquaient de faire revenir un mal on ne peut plus dangereux pour moi et pour les autres. Je craignais encore une fois de devoir faire face à ce qui avait causé tant de dommage. Je ne voulais pas, je n'avais pas le moral pour ça, pas en ce moment en tout cas.

Je devais m'avouer vaincu pour cette fois, comme épuisée par ce que j'avais plus voir a présent. Notre chien aboya et monta sur le canapé, a mes côtés, posant sa tête au creux de mon bras, comme s'il avait sentit que tout n'allait pas bien pour moi. Je ne savais même pas qu'il était ici, a mes côtés. Je ne l'avais pas vu en faite, trop occupé a essayer de me calmer. Je n'en revenais pas... Si lui sentait mon mal être, alors est-ce qu'Akira pouvait faire de même? J'en doutai, Akira n'avait pas cet instinct, et même s'il l'avait, il ne dirait rien.
De toute façon, Akira ne disait jamais rien. Je ne l'avais jamais vu exprimé ses émotions, restant inlassablement stoïque a toutes annonces. Je voulais lui ressembler un peu, et être aussi froide, dans toutes circonstances. Je savais que ça serait un véritable atout pour moi de ne plus céder a mes effrois, je savais que j'aurais ainsi la force de porter le poids qu'avait Akira en ce moment même qui faisait que mes peurs me semblaient tellement bénigne face aux siennes.
Je posai machinalement ma main sur la tête de mon compagnon a quatre pattes, lui caressant le sommet du crâne avec douceur. Il laissa échapper un sourire, et ce geste, aussi simple était il, laissait en moi un sentiment d'apaisement soudain. La peur restait là, mes sanglots aussi et mes larmes perlèrent d'autant plus sur mes joues, mais ce moyen d'extériorisé par une caresse m'aidait a étouffer mes cris que je voulais pousser un peu plus tôt. J'en avais assez de mon sommeil agité. Je voulais une nuit sans rêve, même si elle ne me reposerait pas plus que d'ordinaire. Je ferais une sieste plus tard, dans la journée sûrement.

Je me redressai sur le canapé pour faire face a mon rideau opaque qui ne laissait rien filtré. Je me levai, suivit de près par mon ami canin, pour l'ouvrir silencieusement et admirer la lune blanche et cette étendu marine parsemé d'étoiles brillantes. D'un revers demain, j'enlevai l'eau de mes joues pâles, attachant mes cheveux en une queue de cheval bien faite. Ça me calma un peu. Je fermai doucement les yeux.
Et puis, ce visage, ce sourire, ce regard. Je les rouvris presque instantanément. Un cri faillit de nouveau m'échapper, mais je ne pouvais pas. Respirant calmement, longuement, je sentais l'angoisse me reprendre mais je ne comptais pas la laisser faire. Je ne pouvais le tolérer. J'attrapai mon jean et mes chaussures pour les enfiler, ainsi que le premier pull qui me tombait sous la main. Un se tenait sur une chaise, je m'en saisis et l'enfilai me rendant compte alors qu'il était bien trop grand et trop large. Mais je n'en avais que faire.
Mes pas me menèrent a l'extérieur, et l'air frais se posa sur mon visage brulant. Ce n'est qu'en sortant que je me rendis compte de ma température, je devais bien frôler les trente neuf de fièvre, facilement, et j'avais transpiré. Mon front était en sueur. J'avais honte, honte de moi. De me laisser en proie à mes peurs aussi simplement, je ne pouvais pas m'en remettre, mais ceux a quoi j'avais rêvé (ou plutôt cauchemardé) m'hantait l'esprit et me revenait en tête rien que lorsque je fermai les yeux ou quand mon esprit s'évadait deux secondes. Était-ce là une façon de me faire garder les pieds sur terre?

Une sorte de façon de dire : si tu t'endors, je reprendrais ta place, et voilà ce qui arrivera?
Très vite, je me rendis compte que c'était son œuvre, a elle. Non, elle ne reviendrait pas, elle ne pouvait pas pour l'instant. Akira avait besoin de moi et son Hollow intérieur lui menait encore la vie dure, même s'ils avaient conclus un accord. Elle m'avait dit qu'elle reviendrait... J'aurais peut être dut me méfier.
Ou peut être était-ce juste le fruit de mon imagination. Cela me semblait pourtant si réaliste lorsque je serrai le corps d'Aika ensanglanté de tout part, inanimé. Et puis, celui de mon frère plus loin se tenant contre un tronc d'arbre. Il faisait si froid, dans la forêt ou nous étions, tellement froid. Et son sang, à elle, était si chaud. Sur mes mains surtout. Ce lieu ressemblait étrangement a l'endroit ou j'avais massacré mes coéquipiers en étant possédé par mon Hollow intérieur. Étrangement en effet.
Tout s'expliquait. C'était un mauvais rêve, rien de plus. Mais un assez mauvais rêve qui m'avait fait tellement peur. Rien qu'en y repensant, mon cœur battait si fort. Il me faisait mal, très mal. Et la tête me tournai encore. Je préférai alors aller marcher. Un pas en avant et je fis un Shunpô. Étant donné l'heure, je savais qu'il n'y aurait plus personne dans le coin, tout le monde dormait. Et si jamais il y avait quelqu'un, alors il croirait halluciné parce qu'il était trop tard pour comprendre quoique ce soit.

Un soupire m'échappa tandis que j'avançai de toit en toit, fébrile, manquant a plusieurs reprises de tomber. Mes yeux étaient secs, tellement que cela commença a me faire mal. Mais je n'y prêtai pas attention, trop concentré a n'essayer de pas penser. Cette promenade, aussi rapide était elle, avait pour but de me vider l'esprit. Je ne pouvais donc pas me permettre de me soucier de mes douleurs, parce que ça m'amènerait a penser a des choses on ne peut plus déplaisantes.
Je trébuchai lorsque j'atterris sur un toit, me prenant les pieds dans des tuiles. Et paf, j'épousai les autres tuiles a côté sans comprendre pourquoi. Aie. Je n'avais même pas réagi, restant pendant un temps allongé sur ce toit, sur le ventre, la tête posé sur ces tuiles encore chaudes.
Et j'entendis un bruit qui me fit un instant sortir de mon absence soudaine de conscience. N'importe qui aurait pu croire que j'étais morte ainsi tenue, mais il n'en était rien, on ne se débarassait pas de moi aussi facilement. Je levai les yeux, me redressant progressivement pour faire face a un jeune garçon, beau comme un ange. Un de ses deux yeux était caché sous un bandeau, ses cheveux, presque rouges, lui retombaient sur le visage avec élégance et sa carrure en imposait. Je fus, l'espace d'un instant, complètement hypnotisé, mais je me repris très vite...

- Euh...

Bon, d'accord, je ne me repris pas aussi vite que je ne l'aurais voulu. Me remettant sur mes jambes très simplement, je le détaillai encore avant de dire.

- Tu fais quoi là, au juste? Et tu es qui? Ou quoi?

Ami ou ennemi?


[Désolée, c'est pas super :S]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nuit Ecarlate [Pv Lenalee Kokoro - BTLFA]   Sam 11 Juil - 13:38

    La nuit était belle comme à son premier jour, pas un bruit, pas un cri, simplement le murmure du vent d’été soufflant légèrement sa brise sur mon visage à découvert. La lune venait à peine de commencer à décliner de le ciel obscure de la nuit qui nous berces pour mieux nous endormir lorsque la fatigue nous fait fondre comme un chocolat au soleil. Ce soir, malgré cette noirceur chaotique éclairé par les étoiles lumineuses, la fatigue ne me prenait pas, nul besoin de me reposer, bien que mon travail fut accomplit, bien que les combats furent mémorisés dans la forteresse qu’est mon cerveaux, je ne ressentais plus aucunes satisfactions, comme si, le fait de regarder ne me plaisait plus bien que ce soit mon travail et mon devoir en tant que Fukei. Relater toutes les histoires importantes ou non de ce monde, connaître les personnes qui peuvent changer la face du monde… Tellement d’informations… Mon cerveau est comparable chez les humains à un ordi super puissant, je ne suis pas aussi rapide que lui pour faire des calculs certes, mais j’ai une faculté d’apprentissage tout aussi rapide et je peux sortir rapidement des informations pour les utiliser. Un potentiel intellectuel que mon défunt maître et donc ancien Fukei avait repéré et qui était rapidement venu à ma rencontre pour me prendre sous son aile, moi qui cherchais ma vois, moi qui ne savait pas ou me mettre, ce fut un cadeau pour moi que quelqu’un s’intéresse à moi pour ce que je pouvais apporter au monde et non ce que j’étais… Un hybride de la pire espèce. Un fruit pourrit tombé d’un arbre empoisonné dès sa conception. Le péché interdit, une abomination qui n’aurait jamais du voire le jour… Durant ma jeunesse c’était une de mes convictions, mais pour le travail qui m’incombe, je n’ai point besoin de faire partit d’une race quelconque, je ne suis qu’une base de donnée vivante… un historien qui a en sa possession des millions d’informations… quelles soient importantes ou non, quelles aient une utilités ou non, mon seul but dans la vie et de continuer le rêve de ces premiers hommes qui ont eu le courage de lancer une telle entreprise. Aujourd’hui je suis le dernier des Fukei et dans plusieurs années je devrais trouver un jeune Shinigami fraichement entré à l’école des Shinigami pour le former à son tour… Un cycle interminable pour le bien de ce monde.

    Simplement habillé d’un jean noir et d’un t-shirt de la même couleur, je me baladais sur les toits de la ville ou j’avais décidé de m’installer depuis déjà quelque temps. Une ville du nom de Karakura, se situant au Japon et qui, depuis déjà pas mal de temps à un fort potentiel pour moi. Qu’est-ce qui me fait penser ça ? C’est assez simple vous allez me dire, aujourd’hui, grâce à la télévision, invention des humains, il est facile de s’informer sur les événements majeurs chez les humains comme les guerres pour le pouvoir , les famines dans les pays pauvres, les événements sportifs et bien d’autres choses. Grace à ces informations, il est facile pour moi de voir que chez les Humains, il y a de l’activité et donc je peux me déplacer pour aller voir ce qui ce passe. Malheureusement pour les Shinigami et personnes ayant une énergie spirituelle élevé, ce n’est pas aussi simple, il faut savoir « sentir » et se renseigner pour aller au bon endroit et après de nombreuses investigations et surtout après l’exploit de Kurosaki Ichigo à la Soul Society, je sus que Karakura serait un endroit déterminant dans les semaines à venir et mon instinct ne m’avait pas trompé, ça non ! En plusieurs semaines j’avais assimilé bien plus de donné que pendant quinze années consécutives, c’est dire que cette ville avait tout pour plaire. De plus, l’énergie spirituelle libre était bien plus élevé que dans les autres villes du monde, ici, résidaient des humains qui avaient un fort potentiel, qui avaient une énergie spirituelle bien plus supérieur qu’à la moyenne, ce qui attirait donc les Hollow cherchant à chasser ces êtres supérieurs qui pouvaient à présent se défendre face à ces ennemies qui sont longtemps restés dans l’ombre. C’est aussi ici que résident les Quincy, une caste d’humain supérieur qui peuvent se battre grâce à l’énergie spirituelle en libre circulation, ce qui les rends bien plus puissants à Karakura au lieu d’un autre endroit dans le monde. Cette ville est donc pour moi un véritable bonheur, une mine d’or, une mine d’information. Bon nombre de personnes s’y cachent, mais ne font rien de bien méchant, comme m’avait dit mon défunt maître: « C’est le Calme avant la Tempête. » Il avait bien raison ce vieux croulant, la guerre approchait rapidement et déjà les combats avaient débutés entre les diverses factions. La guerre… elle a débutait des lors qu’il y a eu des Hollow et des Shinigami certes, depuis des années et des années ils mènent une lutte acharnée, mais c’est aujourd’hui que les dirigeants des deux parties ont décidés d’en finir avec leur ennemis. Une lutte qui devra rester dans les mémoires et c’est donc à moi, à moi le Fukei de garder tout ça en mémoire, à regarder ces batailles de loin pour raconter aux générations passées ce qu’il c’est passé.

    Aujourd’hui, ou plutôt ce soir, il n’y avait plus rien, plus aucuns Hollow qui se baladait en ville à la recherche d’âme humaine, il n’y avait que le vent et moi, les insectes et les animaux noctambules. Ne trouvant pas le sommeil, je me baladais dans la ville, sautant de toit en toit à la recherche d’une inspiration qui me ferait quitter cette léthargie qui me rongeait depuis quelques instants. Mon attention fut attiré en quelques instants vers quelqu’un, une personne qui utilisait son énergie spirituelle pour se déplacer à une certaine vitesse. Utilisant la technique du Peski qui me permet de ressentir les énergies spirituelles alentours, je compris que quelqu’un utilisait des Shunpo pour se déplacer à une vitesse supérieur à la normale. Problème étant qu’il n’y avait personne d’autre mis à part moi dans le coin et donc la question se posait, que fait cette personne, ce Shinigami à une heure pareille ? Intrigué, je me mis à sa poursuite, n’utilisant pas de techniques qui pourraient me trahir et donc me faire repérer par cette personne qui semblait pressée de se rendre à un endroit qui n’était pas vraiment définit vu qu’il n’y avait que nous deux de présent pour le moment. D’aussi loin que j’étais, je ne voyais que des cheveux, de longs cheveux bruns volants dans les cieux vers une destination inconnue. La curiosité est un vilain défaut je vous l’accorde, mais pour une personne telle que moi, qui recherche toujours à raconter l’histoire qui se passe, c’est plutôt un talent voyez vous, alors comment résister à l’appel de cette personne qui semblait pressée. Finalement l’inconnu stoppa sa course folle et resta un petit moment inactif, étrange… avait il sentit ma présence ? Avait il des doutes ou était il arrivé ? Tant de questions me venaient à l’esprit et je pris la décision de m’approcher avec discrétion. Tel un assassin, je m’approchais et avec surprise, découvrit que l’inconnu était couché sur le toit d’une maison, inerte, comme si la mort l’avait prit d’un seul coup. Mes sens ne me trompaient pas, il était toujours vivant et semblait être en train de penser à quelque chose, vu qu’il ne bougeait pas de cette position assez… étrange ? Mon cerveau réfléchissant à toute vitesse me dit qu’il n’y avait surement rien à craindre même si, chez certains animaux, il y en a qui font semblant d’êtres morts pour prendre leur proies par surprise. Haussant les épaules, je me disais que je n’avais rien à craindre, il n’y avait pas de danger imminent. D’un saut calculé, je me retrouvais à deux mètres de la personne couchée qui m’entendit arriver.

    Choc ! Lorsque la personne m’entendit arrivée, elle ouvrit les yeux tout en levant son visage féminin vers moi. Une jeune femme… Je ne m’attendais pas à ça, mais en même temps, avec des cheveux pareilles, il fallait être distrait pour ne pas l’avoir remarqué ! Choc aussi parce que j’étais face à Lenalee Kokoro, une jeune Shinigami que j’avais repéré quelques temps au par avant. Enfin, Shinigami, c’était surement un grand mot, car elle n’en était plus vraiment une, elle qui tout comme moi avait eu à affronter son démon, son Hollow intérieur pour pouvoir continuer à vivre et à contrôler son corps. Oui, je connaissais l’histoire de cette jeune femme, pas toute son histoire, mais juste assez pour savoir que je n’avais pas de quoi être effrayé par la demoiselle qui se redressait lentement pour se dresser face à moi, l’air assez… surpris ? Mon sourire bien en place, même plus besoin de me forcer à sourire, ce dernier était comme un masque sur mon visage, toujours présent pour ceux qui me voient. Lenalee semblait assez perplexe et laissa simplement sortir un « Euh » de sa bouche, ne sachant surement pas quoi dire de mon arrivée. Il est vrais que mon arrivée pouvait être étrange pour elle, mais j’étais un peu trop curieux… Dommage. Se relevant, elle me détailla du regard, comme si c’était la première fois qu’elle me voyait, ce qui n’était pas faux… Je la laissais faire tout en l’écoutant, cette dernier me demandant ce que je faisais ici et surtout qui j’étais. La question était tout à fait normale et je mis ma main droite dans mes cheveux pour les ébouriffer légèrement.

    - Et bien… J’ai été surpris de voir une personne couchée ainsi sur les tuiles d’un toit et à vrais dire, ma curiosité à prit le pas et je suis venu voir si vous n’aviez rien !

    Pas besoin de tout lui dévoiler pour le moment, ma curiosité ma jouée un tour et je ne peux pas repartir en arrière. Et puis, ça me fera un peu de discutions ! Je n’ai parlé avec personne aujourd’hui et je dois dire que ça me pèse un peu… et puis cette Lenalee n’est pas dénuée de charme dans je la regarde bien… Simplement habillé d’un T-shirt et d’un petit short, elle fait de l’effet ! Comment ne pas succomber aux charmes féminins hein ? C’est tout moi, les femmes me font tourner la tête et j’ai du mal à rester concentrer, c’est embêtant…

    - Mais sachez que je ne vous veux aucun mal Lenalee…


    Oh la gaffe ! Oh la grosse gaffe !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nuit Ecarlate [Pv Lenalee Kokoro - BTLFA]   Sam 11 Juil - 21:26

Étais-je insouciante? Stupide?... Peut être bien un mélange des deux, à n'en pas douter. En temps normal, je n'étais pas du tout le genre de personne a foncer la tête la première vers les ennuis, parce que j'étais assez raisonnable et modérée lorsque j'entreprenais quelque chose, même s'il m'arrivait parfois de m'emporter légèrement. Hors, là, je sortais de chez moi en pleine nuit, une nuit presque noir (et heureusement que la lune était là pour m'éblouir un peu!), et je me m'étais en route vers un endroit inconnu, juste peut être pour m'aérer l'esprit.
Si Akira me voyait, il me mettrait sûrement des baffes pour mon insouciance, et cela serait amplement mérité. Shinji me passerait un savon monumental pour réagir aussi bêtement pour un simple cauchemar. Pourtant, je ne voyais pas du tout les risques que je pouvais encourir en sortant ainsi vêtu. Je n'imaginai pas un seul instant pouvoir éventuellement tomber sur une personne dangereuse ou me faire mal. En sommes, j'aurais très bien pu me promener en pleine journée et me faire agresser par quelqu'un : les risques étaient les mêmes, me semblait il du moins.
Mais tout le monde ne devait pas penser la même chose a ce sujet. Akira n'aurait jamais fait ça, il aurait tapé dans un mur pour se calmer et serait reparti se pieutait comme si de rien n'était. Il me semblait même invraisemblable qu'Akira puisse faire des cauchemars, au vu du lit douillet dans lequel il dormait en ce moment même, alors que j'étais allongée sur des tuiles, sur un toit, moi qui venait tout juste de tomber bêtement dans ma course. J'étais trop nulle, et si je ne rentrais pas avant que mon coéquipier ne se réveille, j'allai au devant de gros ennuis.

Il serait capable même d'aller au hangar de nos amis les Vizards pour demander de l'aide, juste histoire de me retrouver plus vite et de me botter les fesses comme il se devait de l'être. J'imaginai déjà la dispute monumentale dont je ferais les frais pour mon insouciance pubère. Ils en arriveraient peut être même a me punir de sorties, de shopping et à me mettre au coin. Au point ou j'en étais, ça ne m'effrayait même plus.
En faite, mon esprit s'évadait tout seul à présent que ma joue était en contact avec la tuile chaude. C'était très apaisant, de plus, celles autour se refroidissaient a vu d'œil... Ou du moins, je constatai cela rien qu'en posant ma main dessus. J'avoue que j'aurais très bien pu m'endormir ici, et me faire retrouver le lendemain par les propriétaires effarés devant ma tenue, ma posture et ma présence sur leur toit... Ce pourquoi, j'eus la chance de rencontrer quelqu'un ce soir là, même si nos routes se croisèrent totalement par hasard. Au hasard d'un toit, d'une nuit cauchemardesque, d'une promenade improvisée et d'autres facteurs insignifiants, lorsqu'on y réfléchissait bien.
Je me relevai progressivement, tentant de prendre la parole. Me je laissai échappé un simple "euh" avec un mine stupide sur le visage. Rien de très grave, vu que le sourire de ce garçon était toujours présent sur ses fines lèvres et son visage d'ange. Je posai d'autres questions a la suite, attendant des réponses a ces dernières dignes d'intérêts. Il n'en fut rien du tout, ce qui me laissa tout d'abord perplexe... Me prenait il pour une imbécile? Ce n'est pas parce que je somnolai sur le toit d'une maison que j'étais une abrutie...!

- Et bien… J’ai été surpris de voir une personne couchée ainsi sur les tuiles d’un toit et à vrais dire, ma curiosité à prit le pas et je suis venu voir si vous n’aviez rien !

C'est vrai que ce genre de personne ne courrait pas les rues (sauf moi peut être, mais des que je courrai avec des hauts talons, je me cassai la figure, alors j'avais vivement arrêté depuis peu!), mais ce n'était pas une raison pour contourner mes questions en m'expliquant des choses qui ne m'intéressaient pas du tout. Je fronçai un sourcil, le fixant de mes deux pupilles noisettes avec une mine toujours aussi septique.
Il me prenait vraiment pour un citron celui là. En même temps, son attention était très sympathique et très chevaleresque en faite : je trouvai cela agréable de voir de nos jours encore des gens capables de bonnes intentions a l'égards d'autres personnes en danger. Même si personnellement, je ne l'étais pas du tout... sauf s'il était un tueur en série redoutait doublé d'un psychopathe schizophrène avec une force surhumaine. Ce dont je doutais, sinon, j'aurais décelé une lueur furieuse dans son œil, ce qui ne se passa pas. Sauf s'il, là encore, il arrivait parfaitement à contrôler sa démence...
Enfin, ne nous prenons pas la tête avec ça, ça serait complètement stupide. J'espérai avoir a faire a un garçon sain d'esprit et bien dans sa tête qui cherchait juste a secourir une pauvre fille allongée sur un toit. Rien de plus normal donc de le voir ici. Il reprit alors d'une voix douce et pleine de bonne intention...

- Mais sachez que je ne vous veux aucun mal Lenalee…

Il était plein de bonnes intentions, donc. Mais je ne pouvais pas le croire. J'étais peut être parano dans un sens, mais je n'étais pas non plus complètement stupide. Je pris une mine farouche, me relevant lentement en croisant les bras sur ma poitrine.

- Tu me prends pour un citron, toi!

Bon, plus débile comme expression, tu meurs. Mais dans ma voix se traduisait mon agacement soudain vis-à-vis de cette situation et de ce manque de franchise. Il connaissait mon nom, alors qu'à aucun moment, je ne lui avais dit. Gaffe énorme de sa part. Cela voulait dire plusieurs choses : soit il me connaissait, et dans ce cas, je voulais savoir d’où, de quand, de pourquoi et tout le tintouin. Ensuite, il n'avait répondu a aucune de mes questions, ce qui faisait que je ne connaissais ni son identité, ni son statut, ni son parti. J'étais donc largement désavantager, lui qui connaissait déjà mon nom sans que je ne lui ais donné.
Posant mes mains sur mes hanches, ponctuant mon air furieux, je repris la parole d'une voix tremblante. Ni de peur, ni de tristesse, seulement de colère. J'avais l'air niaise, certes, mais valait mieux pas se risquer a essayer de me le prouver, ça serait s'heurté a un mur.

- Sérieusement, t'es qui? Je te signale t'avoir demandé qui tu étais et qu'est-ce que tu étais! Ça ne change rien au fait que tu connaisses mon nom sans que je ne te l'ai dit a un seul moment dans notre pseudo conversation. Tu as intérêt a trouver une excuse blindé mon cher, parce que je n'ai pas le souvenir de t'avoir déjà croisé ou vu. Et je te préviens, je suis de très mauvaise humeur à présent!

Je tapai du pied frénétiquement sur les tuiles, m'avançant vers lui pour lui faire face. Le jeune garçon se retrouverait rapidement face a une furie s'il ne faisait pas attention a ce qu'il disait, comme quoi, en dire trop pouvait rapidement amener au devant de gros problème. Le gros problème était moi, pour commencer. Et malheureusement pour lui, j'étais déjà d'une humeur fracassante, fatiguée par ma nuit agitée.
Les mains toujours sur les hanches, je le toisais du regard, lui interdisant même d'avoir dans l'idée de me tenir tête a cet instant même. Ça ne serait vraiment pas dans son intérêt de toute façon, ne serrais-ce que de penser a hausser la voix plus haut que la mienne.

- Alors, j'attends!...

J'avoue, là, notre rencontre était très mal partie. Tout n'était pas au norme pour que je sois au mieux de ma forme, il fallait l'avouer, et lui était juste arrivé au moment ou je souhaitais me libérer et trouver un peu de repos. La fatigue, l'énervement aidant, j'étais agressive comme pas possible, prête à mordre s'il le fallait. Pas de chance pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nuit Ecarlate [Pv Lenalee Kokoro - BTLFA]   Sam 11 Juil - 23:52

    Mais quelle gaffe je vous dis ! Moi qui d’habitudes cherche à ne pas trop attirer l’attention sur moi en parlant de chose que je ne devrais pas savoir, je venais de tendre la joue pour le prendre une baffe ! Non même, j’attendais une de ses baffes et je tendais l’autre joue ! Qu’elle connerie, c’est surement à cause de son air si mignon et de sa tenue assez légère que j’ai faiblis devant elle, rah ces femmes ! Elles me font tourner la tête bien rapidement, je devrais plutôt m’entrainer à ne pas faire le guignol devant elles au lieu de m’entrainer à contrôler mon pouvoir ! Aie aie aie… Rien qu’à la voir mettre ses mains sur ses hanches, je me dis que ça ne va pas bien se passer du tout, pas du tout du tout ! Je sens qu’elle n’est pas dans un état normal, elle semble être sur ses gardes, ou bien sur les nerfs, je ne pourrais le dire en fait, mais une chose est sur, ses prunelles noisettes me dévisages et je suis sur que ce n’est pas une bonne chose pour mon matricule… Et la phrase qu’elle me sortit me fit presque perdre pied, je faillis partir dans un fou rire incontrôlable, mais heureusement mon contrôle de mon corps était parfait et je réussis in extrémiste à me contenir pour ne pas hurler de rire. Qu’elle expression ! Les circonstances ne m’avait jamais faites penser à une telle remarque de la jeune femme, la prendre pour un citron, quelle drôle d’idée ! Jamais de la vie je la prendrais pour ce fruit acide qu’est le citron, même si ce n’est qu’une image, elle n’a pas du tout un goût acide, cette petite Lenalee.

    - Mais non…

    Pas le temps de continuer ma phrase que la jeune femme me coupe la parole. Les mains sur les hanches, un air grave, un regard furieux, elle me coupe la parole, le ton de sa voie vibrant sous l’impulsion de la surprise liée à sa colère déjà présente dans sa voie. Elle me demanda avec une rapidité affolante de me dire qui j’étais vraiment, car je n’avais pas répondu à ses questions et surtout que je connaissais le nom de cette jeune femme alors que durant la conversation, elle n’avait jamais prononcé le mot Lenalee. Je m’étais grillé tout seul et je me faisais prendre un savon par la Vizard qui ne me connaissait même pas, mais qui ne manquait pas de caractère. Elle m’avertit en disant qu’elle n’était vraiment pas de bonne humeur et qu’il me faudrait une bien bonne excuse pour que je sache comment elle s’appelle. Elle accentuait ses paroles par des gestes assez impressionnant, car elle tapait du pied sur les tuiles du toit qui allait surement céder si elle continuer sur sa lancée. Les gens qui dormaient en dessous devaient se poser de drôles de questions… Voyant que je ne répondais pas, elle s’avança un peu plus vers moi, son regard toujours aussi tranchant, à quelques centimètres de moi elle me balança un « alors, j‘attends ? ». Franchement ! Cette jeune femme était un peu plus capricieuse que mes informations me l’avaient laissé entendre, la dernière fois que je l’avais vue, elle ne semblait pas être aussi… autoritaire ! Ces femmes… elles ont un de ces tempérament… Malheureusement, je ne peu plus reculer et je suis dans l’obligation de lui parler… Mettant mes deux mains devant moi comme pour lui dire de se calmer, je laissais toujours transparaître mon petit sourire amusé, mais cette fois ci avec une teinte de nervosité.

    - Pas la peine de s’énerver, je vais répondre à vos questions en temps voulu… Pas la peine de me pousser dans le vide !

    Effectivement, s’étant approché dangereusement de moi, je me rapprochais moi aussi du vide, le toit n’était pas bien grand et si elle faisait un pas de plus… je dégringolais ! Une chance pour moi qu’elle s’était calmée sur les derniers mètres, sinon j’étais bon pour me manger le bitume quatre mètres plus bas. Manque de bol j’étais coincé, entre la chute brutale et cette jeune femme qui semblait tout aussi brutale. Aucune chance pour moi que de m’enfuir, je devais donc lui parler, lui dire qui j’étais ou tout du moins, lui expliquer une partie de mon histoire. Soupirant, j’utilise un Shunpo pour me rendre quelques mètres derrière Lenalee m’installant sur les tuiles en croisant les jambes.

    - Ralala… Bon… tu m’as demandé qui j’étais ? Et bien sache que je suis une personne tout comme toi… Mais appel moi Kazuki. Comment ce fait il que je sache ton prénom ? Et bien comment t’expliquer… Je suis ce qu’on appel un Fukei, je suis en quelque sorte, comment dire… Une personne qui voue à sa vie à l’histoire, je ne suis donc pas un pervers, un psychopathe qui ta suivit jour et nuit pour en apprendre plus sur toi non, mais je suis une personne qui a pour seul but d’en apprendre le plus possible sur n’importe quel type de sujet…

    Ne pas aller trop loin dans les détails, car certaines de mes informations pourraient attiser la convoitise de cette jeune femme au caractère bien trempé. J’espérais simplement qu’elle ne serait pas trop curieuse. Je laissais toujours mon petit sourire se balader sur mon visage tout en regardant amicalement Lenalee dans sa tenue de nuit… au fait, pourquoi était elle ainsi habillée à une heure pareille ? Bien que je sache que personne ne puisse lui faire du mal, ca n’en restait pas moins une femme et à cette heure si de la nuit, c’était dangereux de ce balader avec pareil accoutrement ! Passant ma main dans mes cheveux, je me posais des tas de questions, mais à vrais dire, je savais que les réponses viendraient d’elles même dans quelques instants.



{ Désolé, c'est bien maigre =/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nuit Ecarlate [Pv Lenalee Kokoro - BTLFA]   Dim 12 Juil - 16:29

Je me disais actuellement que, qu'importait comme est-ce qu'on voulait exprimait cela, le corps et l'esprit étaient certainement intimement lié, au point que si l'esprit ne fonctionnait plus, le corps ne réagissait plus comme on pouvait le désirer. Et qu'aussi, si le corps subit un problème majeur, l'esprit en ressent les conséquences, ceux, bien malgré lui. Ce que je veux dire par là, c'est que même le plus grand des optimistes avec une jambe cassé ne marcherait pas plus vite que son voisin. Et qu'ainsi, la personne avec le physique le plus parfait au monde peut tout de même faire une dépression, et cela aurait des répercussions sur son visage parfait, son corps parfait, ses cheveux parfaits... Enfin.
Je ne sais pas si cela aurait pu jouer sur mon état actuel, mais il me semblait bien que ça avait son importance quoi. Dans l'ensemble, je n'aurais pas mal au dos si je n'en avais pas déjà "plein le dos" et mes migraines ne seraient pas aussi importantes si on arrêtait de me prendre la tête tout le temps. Dernièrement, j'avais été vivement servit de ce côté-là quand même... Entre Akira que j'aimais éperdument comme une imbécile heureuse (et notons que je souffrais plus qu'autre chose de cette relation on ne peut plus compliquée), Aika dont je m'inquiétais de son sort au point de ne plus en trouver le sommeil, et l'arrivé soudaine de mon frère dans ma vie...
Non, décidément, je ne savais plus ou donner de la tête, ni comment, ni pourquoi. D'ailleurs, j'avais de plus en plus envie d'aller me terrer dans le hangar des Vizards (ou tout du moins sur le canapé) pour ne plus en bouger pendant au moins quelques semaines, désespérant ainsi mes compatriotes qui finiraient par me virer de chez eux, incapables de faire quoique ce soit pour mon cas sans espoir... J'espérai ne pas en arriver par ces retranchements, espérant éviter d'avoir a me refugier chez Shinji pour respirer et passer des nuits de nouveaux convenables.

Je crois bien que depuis que j'avais révélé mon secret a Aika, j'étais de plus en plus inquiète pour elle. J'avais peur, par le biais de cette révélation, de la mettre en danger. Et découvrir, un matin en allant chez elle, les pires atrocités sur son corps mutilé me faisait peur comme ça n'était pas permis. Je voulais a tout prix la protéger, je comptais aussi sur Ryôsuke pour faire de même, et il ne se faisait pas prier pour ça. Il tenait tellement a elle en si peu de temps que cela m'étonnait.
En même temps, lui, je ne l'avais vu qu'une fois, et disons que c'était assez... plat entre nous. Je ne voyais pas quoi lui dire. Ce n'était pas comme si nous avions partagé quoique ce soit en des centaines d'années. Honnêtement, c'était trop bizarre de le retrouver maintenant. Surtout de cette façon. Nous n'avions pas eut le même passé, même en étant frère et sœur. Je crois qu'en fait, retrouver des gens perdus de vue, c'est pas une si bonne idée, surtout quand ils sont censés être morts (comme moi) depuis au moins une centaine d'année.
Peut être, en effet, n'avions nous rien de particulier a partager. Mais là n'était pas la question aujourd'hui. Ce qui me tracassait un peu plus était ce jeune garçon devant moi qui se tenait fièrement, s'apprêtant a recevoir les foudres d'une jeune fille agacée et anxieuse a la fois, qui n'avait, malheureusement, vraiment pas bien dormi. En effet, mon manque de sommeil provoqué sur moi des sauts d'humeurs impressionnants et assez déstabilisants pour les gens n'y étant pas habitué. Il en faisait donc les frais malgré tout.

- Pas la peine de s’énerver, je vais répondre à vos questions en temps voulu… Pas la peine de me pousser dans le vide !

Oups... C'est vrai qu'à force d'avancer de la sorte, je risquai de le faire épouser le bitume un peu plus bas. Ce qui n'était pas particulièrement intéressant si je voulais tirer des informations sur la situation que je comprenais a peine tant mon esprit était embrumé. Je laissais échapper un soupire, me passant la main dans les cheveux en désespérant un peu d'avoir réagit de la sorte. Mais bon, je ne lâchais pas l'affaire, il était hors de question que je laisse passer tout ça. Ne le quittant pas des yeux, je plantais mon regard dans le sien en le soutenant fermement. Il fit un Shunpô et passa derrière moi pour se remettre au centre du toit et ne plus risquer de faire une chute monumental et grotesque. Le Shunpô m'indiqua qu'il était un Shinigami. Jusqu'ou était il comme moi, je ne savais pas encore, mais je n'allai pas tarder a lui tirer les informations... tôt ou tard. Il s'assit en tailleur et je l'accompagnai, marchant jusqu'à lui pour m'installer a ses côtés, repliant mes jambes sur mon buste et les enserrant dans mes bras.

- Ralala… Bon… tu m’as demandé qui j’étais ? Et bien sache que je suis une personne tout comme toi… Mais appel moi Kazuki …

Bon, je comprenais rien a rien, bien que je le regardai avec une mine intéressée. Un Fukei, c'était quoi? Et pourquoi est-ce qu'il cherchait des informations sur tout le monde? À quoi ça lui servait d'abord? J'étais un sujet, c'est ça? Ma foi, je comprenais vraiment rien a la situation malheureusement. Mon sourcil se fronça, je laissai échapper un long soupir et posant ma tête sur mon genoux collé a mon corps. Je me calmai peu a peu, jetant un regard au garçon pour ensuite lui dire :

- En faite, tu cherches juste à en apprendre plus sur les gens et les choses, c'est ça. Donc, officiellement, tu es un "éclaireur" de la Soul Society, non? Pourquoi ne portes-tu pas la tenue de Shinigami? C'est pour passer inaperçu que tu t'habilles en civil?

Bon, c'était beaucoup de question a la fois, mais c'était entièrement légitime. Je repris après :

- Ou peut être n'étais-tu plus a la Soul Society. Tu dis être comme moi, mais jusqu'à quelle point? Si tu as appris des choses sur moi, tu dois certainement connaître ma nature a présent, non?

Je ne le lâchai pas des yeux, attendant une explication. Mais c'est quand il commença a ouvrir la bouche pour parler que l'on pu entendre le grincement d'une porte ainsi que des pas lourds. Une voix s'éleva dans l'air, laissant échapper une injure ainsi qu'un "non mais c'est quoi ce cirque sur mon toit?!". Je déglutis un instant, attrapant alors le bras du jeune garçon pour le tirer soudainement et le remettre debout. Ni une ni deux, je réagis immédiatement, faisant un Shunpô en tenant toujours fermement Kazuki pour l'embarquer et ne pas trainer plus longtemps ici. Je dus presque le traîner tant il fut légèrement surpris par ma manœuvre soudaine, mais que voulez-vous... j'avais en moi des reflexes assez primitifs pour fuir en cas de danger...
Je continuai d'avancer, agrippant toujours le bras du Shinigami a mes côtés pour le trainer jusque dans une rue, puis un petit "parc" pour les enfants. Pas très grand dirons-nous. Il y avait deux petits manèges, représentant une petite moto sur un ressort, ainsi qu'un cheval. Je m'installai sur le banc le plus proche, amenant ma nouvelle rencontre a faire de même.

- Ici, nous serons tranquille, ajoutai-je. Bon, alors, tu m'expliques ou pas
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nuit Ecarlate [Pv Lenalee Kokoro - BTLFA]   Dim 12 Juil - 17:44

    Cette nuit semblait être bien partie… Il était impossible à présent de fuir et je subissais le courroux de cette jeune femme dont j’avais maladroitement prononcé son prénom alors que je ne l’a connaissais pas. Non, je ne suis pas un dérangé qui espionne les gens dans le simple but d’assouvir un plaisir intouchable, ce n’est qu’un boulot pour moi, une habitude, noter tout ce qui se passe dans un certain endroit, savoir ce qui ce passe et ce qui va arriver d’après mes estimations. Karakura est par excellence la ville la plus intéressante que j’ai jamais visitée ! Je crois très certainement qu’elle l’est devenue lors de l’arriver plutôt improvisée d’Urahara Kisuke, l’ancien capitaine de la douzième division et de son petit groupe composé de Tsukabishi Tessai, l’ancien capitaine de la section des nécromanciens et de Shihôin Yoruichi, elle aussi une ancienne capitaine, mais de la seconde division. Une fuite de la Soul Society qui créa un grand trou dans l’organisation du Gotei 13. Bien que je n’ai pas assisté à toutes ces histoires, mon défunt maître m’a apprit tout ça durant mes longues heures d’études à ses côtés dans le monde des humains. Des informations extrêmement importantes et surtout intéressantes pour moi, surtout en ces périodes troubles ou la guerre ne tardera pas à débuter et les victimes seront importantes. Malheureusement, je ne pouvais aider aucune faction, car je me devais de garder mon statut de neutralité, certaine information pouvant nuire et favoriser telle ou telle faction durant les affrontements. Il n’y a pas pire sentiment que celui la, savoir que l’on peu aider des gens, mais que le pacte que l’on a signé nous empêche de faire ce que bon nous semble.

    M’installant confortablement sur le toit, je me mis à expliquer assez simplement sans donner trop de détails sur ce qu’était mon « travail ». Il n’est pas bon que j’explique trop ça, car les gens peuvent être ensuite intéressé par ce que je sais et certaines informations doivent malheureusement rester dans mon obscure boite crânienne. Je le sais bien, la curiosité est vraiment un vilain défaut, la preuve, curieux de savoir qui était cet inconnue sur le toit, je me suis retrouvé dans une situation plutôt délicate ! De son prénom Lenalee, je lui expliquais que j’avais pour mission d’amasser le plus d’informations sur ce qui m’entoure et donc que je savais qui elle était « vraiment », car oui, je connais son lourd passé et secret. Elle qui a tuée une partie de son ancienne équipe lorsqu’elle était contrôlée par son Hollow intérieur. Comme moi, elle avait un par obscure au plus profond d’elle-même qui la rongeait petit à petit malgré les efforts que l’on puisse déployer. Même lorsqu’on a vaincu son démon intérieur, il y a toujours cette peur au ventre qui vous dérange, qui vous obsède. Surement ai ce une chance ou une malchance pour moi, mais je vis, je cohabite avec cette créature depuis bien longtemps, depuis de nombreuses années… depuis mon enfance. J’ai en quelque sorte eu la chance de m’habituer à lui, bien que je le déteste profondément. Lenalee quand à elle ne comprenait pas vraiment ce que je lui disais, proposant une hypothèse comme quoi je pouvais bien être une sorte d’éclaireur de la Soul Society. Dommage pour elle, je ne faisais pas ou plus partit du Gotei 13 depuis de nombreuses années ! La seconde partie de sa phrase était bien plus cohérant, j’étais effectivement comme elle… Un Vizard, un être qui a un double maléfique, un double Hollow en lui.

    Alors que j’allais lui répondre, la porte de la maison sur laquelle nous étions s’ouvrit en un grincement strident, preuve que la petite crise de la jeune femme qui se tenait à mes côtés avait réveillé ses habitants qui venaient à présent voir qui jouaient sur leur toit. Aucune importance, en tant que Shinigami, les humains ne pouvaient me voir, j’étais donc tranquille et Lenalee aussi, mais cette dernière m’attrapa par le bras et me traina du toit, utilisant un Shunpo pour nous échapper de cet endroit, ou l’humain ne nous aura pas vu et donc ne nous aurait pas passé de savon. Surpris, je ne bougeais même pas le petit doigt, laissant le jeune femme me trainer comme un vulgaire sac à patate. Sa réaction m’avait totalement prit de cour ! Finalement, elle prit la décision d’aller dans un endroit ou personne ne viendrait nous déranger, un petit parc de jeu pour les enfants… Ce dernier était vraiment, petit ! Simplement deux jeux pour les gamins, un cheval à bascule ainsi qu’une moto montée sur un ressort pour que les petits se balancent dessus avant de tomber comme des poids morts. Restant silencieux tous les deux, elle me mena jusqu’à un petit banc et nous nous y installèrent rapidement pour continuer notre discutions. Apparemment, elle était pas prête à lâcher le morceau cette grande fille, je n’avais donc pas le choix… Soupirant, je me mis finalement à répondre à ses questions.

    - Nous les Fukei, sommes les Gardiens du Savoir et en tant que tels, nous n’avons jurés fidélité à aucune faction connue, nous sommes simplement la pour noter, répertorier tout ce qui se passe dans le monde. Je suis un Shinigami oui, mais je ne porte pas la tenue du Gotei 13 vu que je n’en fais pas partit. Comme je viens de le dire, je ne prends pas par à cette guerre entre les Shinigamis et les Hollow, bien qu’il m’arrive de me battre avec ces derniers lorsqu’ils m’attaquent enfin bref…

    Ainsi expliqué, c’était peu être un peu plus clair non ? C’était peu être un travail qui pouvait sembler ennuyeux et extrêmement fatiguant mentalement, ça n’en restait pas moins une activité importante, peu être ne comprendrait elle pas l’importance d’un pareil travail, mais il était en quelque sorte indispensable que certaines personnes sachent ce qui c’est réellement pensé dans ce monde pour que certains événements ne se reproduisent plus. Me levant de ce petit banc, je fis quelques pas avant de sauter sur la moto, restant en parfait équilibre dessus malgré que le jouet faisait de léger va et vient. Un petit sourire aux lèvres, je regardais la jeune femme qui était assise à la recherche de réponse. Je lui en devais encore…

    - Je te l’ai dit, je sais tout, ou presque tout sur toi. Je connais donc ta véritable nature, je sais et je connais la douleur et la peur qui te prend au ventre à chaque fois que tu fermes les yeux… Je suis comme toi…

    Nos peines et nos douleurs avaient un point commun, nous n’avions pas eu la même vie, mais en nous sommeillé un monstre identique, une créature qui ne désirait qu’une seule chose, devenir le maître de notre corps, nous balayant ainsi de notre vie. Bien que je sais ce qui est arrivé à Lenalee, je ne peux que ressentir de la compassion à son égard, car tout deux, nous avons perdu des êtres chères à nos cœurs à cause de ce démon… Mon maître à donné sa vie pour que j’affronte mon Hollow intérieur, il a fait ça en toute connaissance de causse et je lui en serais éternellement reconnaissant. Finalement, je mis ma main devant mon visage et fit appel à mon pouvoir intérieur, à mon côté « obscure » pour faire apparaitre mon masque de Hollow. Ce dernier apparut rapidement, ne laissant presque pas d’énergie spirituelle s’échapper, je ne faisais appel qu’à l’apparition du masque et non de son pouvoir exponentielle. Un masque plutôt simple, avec des sortes de griffures au niveau des joues et du front, rien de bien méchant. Une seconde, je le mis une seule seconde avant de le faire disparaitre.

    - Un Vizard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nuit Ecarlate [Pv Lenalee Kokoro - BTLFA]   Lun 13 Juil - 14:27

Nous dûmes partir très rapidement d’où nous étions. Un reflexe de ma part qui était on ne peut plus légitime. Je savais bien que les gens n'avaient pas la capacité de voir les Shinigamis qui étaient en ville, mais connaissant des humains capables de percevoir ces anges de la mort, je ne voulais pas risquer de créer la panique dans le coin. Ce n'était pas l'heure en tout cas.
L'homme continuait a râler en regardant sur son toit avec une mine épuisée. Nous l'avions épuisé avec notre pseudo-dispute. Je n'en revenais pas. Avais-je était aussi bruyante? Ça m'étonnait un peu personnellement, je ne m'en étais pas rendue compte un seul instant, peut être trop emporté par mes émotions lorsque je parlai, ce qui n'était pas du tout étonnant venant de moi.
Je me laissais trop souvent aller a mes réflexions, pensées, dépression et émotions. Comble de malheur, j'étais extrêmement sensible, même si souvent, je ne laissais rien paraitre a ce sujet. Je préfère faire semblant d'être naïve pour éviter tout problème que je pourrais malheureusement engendré. Néanmoins, là, j'avais passé une nuit limite chaotique, je manquai de sommeil et j'étais de très mauvaise humeur, sans raison particulière. En réalité, il suffisait que je n'ai pas mon quota de sommeil pour me sentir très mal toute une journée. Peu banale je vous l'accorde, mais a force de côtoyer les humains, on finissait un peu a devenir comme eux.

À force de me lever quelques matins chez Aika par exemple, j'avais fini par prendre l'habitude d'être très mal coiffé et dans le coltard le matin. Elle, c'était une autre histoire : elle était limite asociale si elle n'avait pas dormit le maximum de temps pour être efficace toute la journée. Elle arborait donc chaque matin a mes côtés une mine ronchon avec une voix encore ensommeillée. J'avais fini par faire pareil.
C'est-à-dire que les matins, il était inutile d'essayer d'avoir une conversation avec moi tant j'étais de mauvaise humeur. Après la douche quotidienne, peut être que oui, mais autrement, même pas la peine d'y songer. Vivre a Karakura ne m'avait pas été tout le temps favorable comme vous pouvez vous en rendre compte, et il est clair que je préférais largement ma vie en tant que Shinigami. Mon Statut de Vizard m'encombrait, mais je n'avais plus vraiment le choix a présent, je ne faisais clairement plus partit des rangs du Goteï 13 et je n'y reviendrais probablement jamais.
C'est peut être cela aussi qui me déprimait autant. J'adorai ma place de 3ème siège sous les ordres d'Hirako Shinji. C'est dans la 5ème division que j'avais largement trouvé ma place. Hiyori me faisait rire, Shinji de même et était un de mes exemples, tout comme Kensei. J'avais passé les plus beaux jours de ma vie avec eux, et d'un coup, tout s'était arrêté pour... Pour une atrocité. Si seulement j'avais pu m'arrêter a tant, reprendre le contrôle. Si seulement cela ne s'était jamais produit en fin de compte.
En somme, si seulement j'étais restée une simple Shinigamie.

Enfin, je reportai mon attention sur le garçon a mes côtés qui se tenait assis sur le banc avec moi. Mon regard se portait auparavant un peu n'importe ou, absorbé dans mes pensées, je n'avais plus prêté attention à lui l'espace de quelques minutes, longues minutes dans lesquels j'étais plongée dans les songes le plus mystérieux. Les énigmes de la vie m'insupportait clairement. Je détestai avoir à m'interroger.
Bref. Il continua a m'expliquer que les Fukei étaient les gardiens du savoir, présent pour répertorier et rapporter tout les faits se produisant dans la vie. C'était, pour moi, des témoins de la vie qui devaient assister a des événements et les noter pour qu'ils soient a jamais écrit. C'était un bon métier, qui devait prendre énormément de temps et de force en fait. Il ajouta qu'il lui arrivait de se battre de temps en temps avec ses confrères Shinigamis lorsque ceux-ci l'attaquaient. Mais je ne voyais pas de raison a ce conflit.
C'est vrai, s'il avait juré fidélité a son métier et qu'il l'exerçait bien, alors il n'y avait pas de raison pour qu'il soit malmené. Sauf si, a présent, il ne travaillait plus pour le Goteï 13 et qu'il avait été exclus, comme moi je l'avais été par le passé. C'est là ou les choses prenaient tout son sens pour moi.

- Je te l’ai dit, je sais tout, ou presque tout sur toi. Je connais donc ta véritable nature, je sais et je connais la douleur et la peur qui te prend au ventre à chaque fois que tu fermes les yeux… Je suis comme toi…

Ainsi expliqué, je comprenais beaucoup mieux ou est-ce qu'il voulait en venir. S'il connaissait ma véritable nature, en admettant que c'était bien de mon pouvoir de Vizard dont il parlait, alors il en était un lui aussi. Et là, ma curiosité risquait de m'emporter très loin. Avec les autres Vizards, je n'avais pas l'habitude de partagé ce que je ressentais et ce que j'avais vécu. J'espérai qu'avec lui, je pourrais en apprendre plus sur comment est-ce qu'il avait fait, comment est-ce que ça s'était passé pour lui.
Akira n'en parlait jamais, vu qu'il ne le contrôlait pas et avait juste passé un accord avec son Hollow intérieur. Je n'avais même pas essayé d'aborder le sujet avec Hirako et les autres, de peur de passer pour une niaise finie. Ce que je devais être dans le fond, mais passons, là n'était pas la question! Je n'osai rien ajouté, attendant que lui en dise plus. Il se leva, alla se mettre en équilibre sur l'un des jeu pour enfants et dans sa main apparut en quelques secondes un masque, similaire au mien.
Un Vizard, hein.
Je trouvai ça excellent, magique, magnifique. Cela faisait longtemps que je n'avais pu admirer le masque d'un autre, même pour quelques secondes. Je lui fis un sourire presque enfantin, me levant d'un bond pour m'approcher de lui avec un air nettement plus calme. C'est fou comme je pouvais changer d'humeur en si peu de temps.

- Je ne pensais pas tomber sur d'autres Vizards ici. En réalité, j'ai longtemps été avec les ex-capitaine, comme Love, Rose, ou même Mashiro et Lisa, mais je pensais qu'a part Akira et moi-même, il n'y en avait pas d'autre.

Je marquai une pause, me passant la main dans les cheveux en soupirant. C'était stupide de penser ça, même si je ne savais absolument pas comment est-ce que j'avais pu devenir aussi monstrueuse... peut être que lui, le savait... C'était toujours bon d'essayer.

- Je n'ai aucune idée de comment est-ce que ça a pu m'arriver, Akira-kun ne m'en parle jamais, je crois que lui non plus ne sait pas pourquoi il est un Vizard. Est-ce que, par hasard, toi, tu aurais des informations sur ce qui aurait pu se passer?

Je fis un sourire penaud et fini par dire :

- C'est vrai que j'aurais pu demander a Hirako, ou même Kensei, mais j'avais trop peur de passer pour une cruche qui ne s'informait pas de ce qui se passait a la Soul Society. Ce qui était un peu le cas, je te l'accorde, mais pas tant que ça. Même actuellement, je comprends toujours pas le pourquoi du comment de ce qui nous arrive.

J'avais, certes, un mauvais pressentiment dernièrement, surtout au sujet des conflits entre le Hueco Mundo et la Soul Society. Et je lui en fis part...

- Je crois que l'on va au devant de gros ennuis contre Aizen-sama et les autres. J'ai l'impression que ça va mal se terminer... Je me trompe sûrement, pas vrai?

Je ne recherchai pas vraiment du réconfort, juste un avis contraire qui m'expliquerait que les défenses de la SS n'avait que peu de chance de craquer. Néanmoins, la puissance d'Aizen avait cumulé et s'était accru avec le temps, de ce que j'avais entendu dire du moins. Alors, à savoir si tout le monde s'en sortirait, j'en doutais fort, ça me semblait même inconcevable. Et dans le pire des cas, s'il obtenait ce qu'il voulait, alors là... Nous étions complètement dans le pétrin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nuit Ecarlate [Pv Lenalee Kokoro - BTLFA]   Lun 13 Juil - 15:53

    La jeune femme semblait boire mes paroles, comme si je lui apprenais de bien belle chose. C’était surement le cas vu que ça devait être la première fois qu’elle entendait parler des Fukei, ces ombres qui vivent parmi vous sans que vous vous en rendiez compte et qui savent tout sur vous, absolument tout. Une micro organisation dont le seul but est d’en apprendre le plus possible sur les personnes pouvant changer l’histoire du monde. Comme mon maître me l’avait dit, à chaque guerre je resterais à l’écart pour que nous puissions écrire l’histoire, pour que personne n’oublis ce qu’il c’est passé. Une lourde tache pour les jeunes Fukei ou tout du moins pour moi qui au début voulais aider mes frères et sœurs d’armes dans la lute face à Hollow, mais au fil des années, alors que j’apprenais un peu plus de l’histoire oublié, mon âme accepta la tache qui m’était donnée et je me résignais à devenir un Fukei, pour toujours, laissant mon statut de Shinigami derrière moi. Une lourde décision… Avec un sourire, comme toujours, je me dévoilais à la demoiselle, lui montrant durant une fraction de seconde mon masque, signe de la toute puissance des Vizard, l’armée masquée. A vrais dire, je n’ai vue que deux autres masques de Vizard, celui d’Hirako Shinji et d’un dénommé Kurosaki Ichigo, un humain ayant réussit à mettre la main sur des pouvoirs de Shinigami. Ce jeune garçon est comme dirait mon maître, un facteur important pour la suite de l’histoire, un jeune homme qui ne manque pas de cran et qui est prêt à tout pour protéger sa famille et ses amis. N’ayant pas froid aux yeux, il s’aventura même à la Soul Society pour sauver Rukia Kuchiki, l’une de ses amies. Déclarant par la même occasion la guerre au Gotei 13. Ce fut un réel plaisir que de suivre ses aventures et son ascension au plus haut niveau.

    Enfin bref, laissant mes songes la ou elles devraient être, je fus surpris de voir Lenalee bondir du banc avec un sourire amusé avant de s’approcher de moi avec un air heureux, que je n’avais pas encore vu jusqu’à présent. Surement était elle heureuse de voir qu’elle n’était pas la seule Vizard du coin, même si elle en connaissait et vivait avec un autre de notre race. Elle m’avoua qu’elle ne pensait pas rencontre d’autres Vizard ici et qu’elle trainait souvent avec les anciens capitaines et vices capitaines qui avaient étés… trahit par un des leurs avant d’être utilisés comme expériences pour la Hollowification. Une bien triste histoire que mon maître m’avait souvent raconter pour me dire que je ne devais accorder ma confiance qu’à ceux qui le méritaient. Avec un petit sourire, je la laissais continuer à parler, elle qui semblait bien plus intéressante maintenant qu’elle n’avait rien de méchant à me dire. Elle marqua une petite pause avant de poursuivre, sa curiosité prenant le pas de la discutions. M’avouant qu’elle ne savait pas comment elle été devenue une Vizard, car dans toute l’histoire du monde, seuls quelques élus avaient eu la « chance » de le devenir. Je comprenais sa curiosité, mais certaines informations devaient rester secrètes et ce qu’elle me demandait devait absolument le rester. Soupirant, je me baissais légèrement pour me mettre au niveau de la tête de la jeune femme pour la regarder en face à face, les yeux dans les yeux, enfin, l’œil dans les yeux plutôt…

    - Il n’y a que très peux de personnes dans notre situation Lenalee, il faut savoir que beaucoup d’entre nous n’ont pas la chance de contrôler leur Hollow intérieur, beaucoup meurt, devenant de simples pantins ou ils préfèrent se donner la mort pour ne pas perdre le contrôle et causer encore plus de mal qu’ils l’ont déjà fais…

    De bien triste histoire m’étaient parvenue aux oreilles grâce à mon maître qui avait vécu et vu bien plus de choses que moi. Il avait été à lui tout seul le plus grand livre d’histoire que le monde n’avait jamais connu, jusqu’à ce que ce soit moi qui hérite de son titre de Fukei. Je repris ensuite avec un sourire un peu plus détendu.

    - Malgré tout ce que j’ai pu apprendre sur l’Hollowification, je ne sais pas exactement comment ce phénomène ce produit, certains sont le résultat d’expériences, d’autre sont le fruit du hasard ou d’autres encore sont née ainsi… Je ne pourrais pas émettre une hypothèse sans être dans le juste total, ce phénomène est trop étrange pour savoir comment il se produit, sauf pour quelques scientifiques, mais je ne pense pas qu’ils puissent nous éclairer plus que ça.

    Ma main droite vint se poser sur mon cache œil, ce dernier empêchant Lenalee de voir mon œil jaune, mon œil maudit, ce même œil qui fait de moi la moitié d’un Hollow. Quel horrible cadeau que celui-ci… Montrant à tous mon état d’hybride, une horreur de la nature qui n’aurait jamais du naître dans ce monde ou le bien et le mal s’affronte constamment. Je ne pouvais pas expliquer à Lenalee que ses amis Vizard avaient étés trahit par Aizen il y a de cela cent ans alors qu’il faisait des expériences sur la Hollowification. Finalement, je mis ma main sur le tête de Lenalee et lui sourit affectueusement.

    - Mais je suis certain d’une chose, bien que nous souffrons de ce mal qui nous ronge, nous sommes nous même maître de notre destinée et « il » ne reprendra plus jamais le contrôle.

    Il… Cet être froid et enragé qui n’attendait qu’une seule chose, qui ne désirait qu’une seule chose… Prendre le contrôler et devenir le maître de notre corps. Celui de Lenalee ne devait pas être bien différent et je ne pouvais que comprendre sa souffrance, moi qui avais toujours vécu avec cette présence, peu être pourrais je apaiser le cœur de cette jeune femme ? Qui sait, il suffit souvent d’un peu d’encouragement pour que l’on se sente mieux. Lenalee me fit ensuite par de ses craintes vis-à-vis des batailles qui allaient débuter dans peu de temps entre Aizen et ses Hollow face au Gotei 13 au complet. Elle avait raison d’être suspicieuse, car aucune guerre n’était facile et celle-ci allait surement être la plus sanguinolente que toutes les précédentes. Je fis tout de même surpris par la façon de parler de la demoiselle.

    - Pourquoi utilise tu le suffixe « -sama », je crois savoir que tu étais dans sa division, mais ce n’est plus le même qu’avant tu sais…

    D’après mes informations que j’étais allé chercher au plus profond de mon âme, Lenalee avait été dans la Division d’Hirako Shinji qui en était le capitaine et d’Aizen Sôsuke, son second. Elle avait donc du être habituée à l’appeler ainsi, mais après ce qu’il avait fait… Enfin bref, le sujet de discutions n’était pas dirigé vers la façon de parler.

    - Malheureusement, je ne serais te dire qui vaincra et qui succombera, je ne sais que très peu de chose sur la puissance militaire du Hueco Mundo, à chaque guerre il y a son lot de mort et je pense que malheureusement, celle-ci serait teinté de rouge… Mais l’histoire nous a montré que ceux qui avaient les plus nobles sentiments ont toujours vaincus, espérons que ça continue dans ce sens…

    Je fis une petite pose avant de reprendre.

    - Vas-tu prendre par à cette guerre Lenalee ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nuit Ecarlate [Pv Lenalee Kokoro - BTLFA]   Lun 13 Juil - 20:20

- Il n’y a que très peu de personnes dans notre situation Lenalee, ...

Je le fixai toujours sans lâcher son seul œil visible. Mon regard était planté dans le sien et au grand jamais je n'espérai détourner les yeux. J'étais comme hypnotisée par ce qu'il me disait, ça m'intéressait, beaucoup. Je voulais comprendre, apprendre, savoir ce qu'il savait sur ce qui m'intriguait le plus en ce moment même.
Mon sourire ne me quittait pas non plus, gravé sur mes lèvres, mes yeux pétillaient de malice, une malice enfantine que plusieurs me connaissaient et jugeaient adorable. Une moue de gamine heureuse et curieuse s'emparait de moi tandis que je m'approchais doucement de Kazuki, les mains jointent devant moi comme une jeune fille sage. Mes cheveux redressaient en une queue haute volaient au gré d'une brise fraiche qui caressa mon visage quelques secondes, faisant bouger les quelques mèches que laissaient échappé mon élastique.
C'est a ce moment là que je me rendis compte que je n'étais pas en tenue adéquate pour sortir. Mais qu'à cela ne tienne, je n'en avais rien a faire, ce n'était pas comme si je risquai de rencontrer n'importe qui, même si cette trouvaille là me disait bien le contraire. En réalité, j'avais une chance sur cent de tomber nez à nez avec une personne qui pourrait éventuellement me voir vêtu ainsi. Naturellement, poisseuse comme je l'étais, il fallut que je saisisse cette chance là sans même le vouloir. Il faut dire que les événements qui m'ont fait quitté la maison étaient contre moi. Tous. Alors, au point ou j'en étais...
Enfin, je fus ravie de savoir que nous faisions partis des exceptions qui réussirent a survivre a leurs Hollows intérieurs. Selon le Fukei devant moi, beaucoup eurent été contaminé mais très peu réussirent a survivre. Nous devions être une vingtaine en tout et pour tout sur cette terre à posséder ces pouvoirs, sans que nous l'ayons choisis à un seul moment.

- Je sais bien, dis-je d'une voix douce. C'est pour cela que ça me surprend de tomber sur toi. Tu es très doué pour camouflé ta présence, d'habitude, je trouve très rapidement les personnes émettant un minimum d'énergie spirituelle.

C'est vrai que j'avais toujours eut cette avantage sur les autres, au profil d'une force physique accru, je savais repéré les gens a des kilomètres, similaire a un flair aiguisé d'un lynx en chasse, je savais ou était la proie que je traquai et pouvais, si je le souhaitais, la rejoindre très rapidement tout en réussi a suivre ses mouvements ou il se déplaçait. Or, je n'avais, pas une fois, prêté attention au Reaitsu de Kazuki, même si j'avais dut le sentir une ou deux fois dans ma vie, j'étais sûrement trop occupée a faire autre chose qu'à essayé de savoir a qui cela appartenait.
Il poursuivit son discours au sujet de la "Hollowification" comme il le disait. Il se baissa a mon niveau pour pouvoir me fixer comme il se devait a son tour. Je ne le lâchai toujours pas du regard, l'écoutant avec passion. Je fus tout de même déçu qu'il ne puisse pas m'en dire plus. Alors quoi? Personne ne savait comment ça avait pu se produire? En même temps, peut être ferait elle mieux d'en parler directement avec Shinji, lui devait être au courant, même s'il n'était pas apte a lui en parler. Elle arriverait sûrement a lui soutirer des informations, discrètement, au détour d'une conversation banale et sans importance. Il se ferait avoir, sans aucun doute.

- D'accord, acquiesçai-je sans broncher.

Mieux valait ne pas trop le pousser dans ses explications, il finirait par croire que je veux a mon tour lui soutirer des informations. Ce qui était mon but, mais contrairement a mon coéquipier Akira, j'avais beaucoup de tact et de subtilités. Ce n'était pas donné a tout le monde comme vous pouvez le remarquer. Il posa sa main sur son œil, se qui souleva une nouvelle question. Pourquoi le cachait-il? Parce qu'il avait une affreuse marque? Ou peut être juste pour le style? J'envisageai plus la possibilité d'une cicatrice, ou peut être qu'il était borgne. Je lui demanderai sûrement un peu plus tard.
Et puis, sa main se posa sur ma tête, délicatement. Je fus surprise de ce geste, mais avec mes airs d'enfants, il n'était pas rare que l'on me témoigne ce genre de fait. Sans que les gens ne s'en rendent compte, ils finissent par s'imaginer parler a une gamine. Une femme-enfant très certainement. Et se mettaient alors a expliquer les choses beaucoup simplement et lisiblement, pour que ce soit parfaitement simple et que ça m'évite de me prendre la tête. Je n'étais pas bête, loin de là même, mais je n'aimais pas me prendre la tête pour rien. C'était simplement pénible. "pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué", ce n'était pas du tout pour moi. Même si j'adorai les jeux de logique... Bon. HS.

- Mais je suis certain d’une chose, bien que nous souffrons de ce mal qui nous ronge, nous sommes nous même maître de notre destinée et « il » ne reprendra plus jamais le contrôle.

J'eus un mouvement de recul lorsqu'il prononça le "Il". Il parlait du Hollow, je le savais, c'était logique. Mais comment pouvait il être sur qu'il ne reprenne jamais le contrôle? Le mien m'avait juré de revenir pour prendre ma place alors, je me préparai sans arrêt, en attendant ce moment tragique ou je devrais de nouveau l'envoyer dans les roses. Elle ne devait pas revenir me hanter. Il en était simplement hors de questions.

- Haha.

Un rire nerveux de ma part, je ne m'en étais pas rendu compte. Mon sourire était plus tendu. Officiellement, je craignais avoir a recommencer. Comme je l'avais dit a Shinji après l'avoir vaincu une fois "se battre contre soi-même, plus jamais". Je devais faire en sorte que le "plus jamais" reste un "plus jamais".
Plus tard, Kazuki nota alors le suffixe "-sama" que j'avais mis après le nom de l'ex lieutenant de la cinquième division. Je savais ce qu'il avait fait, ou il était et ce qu'il voulait faire, mais je ne m'étais pas rendue compte de ce que j'avais fait suite a cela. Je n'affectionnai pas spécialement Aizen avant, il était sympathique, charmant, mais pas le genre d'homme a qui j'irai parler spontanément. Déjà en ce temps là, je n'arrivais pas a le cerner, et étant profileuse dans l'âme, cela m'agaçait profondément et me foutait un doute au fond de l'âme que je ne supportais pas.
Pour moi, si je n'arrivai pas a le cerner, alors, il n'était pas aussi bon qu'il semblait l'être. Et comme je me trompai rarement sur les gens...

- Je ne m'en suis pas rendue compte. J'ai pris cette fâcheuse habitude. Ce n'est pas vraiment de ma faute, on m'a toujours enseigné à être très respectueuse... Bon, même si parfois, sous la mauvaise humeur, il m'arrive de m'emporter...

J'ajoutai cela en me renfrognant, faisant allusion a la façon dont je lui avais parlé un peu plus tôt et qui était loin d'être très sympathique et respectueuse. Mais la mauvaise humeur aidant, je n'avais pas pu procéder autrement. Les mots venaient tout seuls et je n'arrivai pas a les contraindre de rester dans ma tête. Je pinçais les lèvres, préférant sur le coup détourner le regard pour éviter d'avoir a culpabilisé. Il n'avait pas mal pris le fait que je l'agresse de la sorte, alors tant mieux.

- Vas-tu prendre par à cette guerre Lenalee ?

Je n'avais même pas écouté ce qu'il avait dit juste avant. Honte à moi. Et me voilà maintenant a devoir répondre a une question qui engendrait en moi de profonds débats. Je le fixai un instant, impassible, ne trahissant pas mon anxiété. Mon visage s'était soudainement refermé et mon sourire effacé progressivement. Si j'allai y prendre part?

- Je... Je me battrai avec Hirako-sama s'il me le demande, il n'y a pas de raison a ce que je n'y prenne pas part. Une part de moi est restée fidèle au Goteï 13 et je sais qu'ils auront besoin de notre aide...

Je pris une pause, croisant les bras sur ma poitrine, sans savoir pourquoi. Akira me suivrait sûrement si je lui demandai. De toute façon, au vu de la soif de sang de Mukuro, il se battrait sans hésiter.

- Et toi, te battras-tu? Au faite, pourquoi caches-tu ton œil?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nuit Ecarlate [Pv Lenalee Kokoro - BTLFA]   Mar 14 Juil - 16:25

    Cacher mon énergie spirituelle hein ? Non, je n’avais pas à le faire, car depuis toujours, j’ai eu une puissance assez… somnolente dirons nous. Depuis toujours je me force d’affronter mon Hollow intérieur et jamais je ne laisse échapper de l’énergie inutilement, jamais je ne lui laisse la possibilité de prendre ne serait ce le contrôle de mon œil ou bien d’un de mes cheveux. En tout moment, en chaque occasion, matin, midi, soir, je ne lui laisse pas la possibilité d’utiliser cette énergie laissée en liberté pour prendre des forces. C’est une habitude depuis de nombreuses années et surement que j’ai finalement réussi à n’en laisser filtrer qu’une infime partie que même certains Vizard n’arrivent pas à détecter. Ce qui expliquerait que très peux de personnes ici ne savent pas que je vis à Karakura depuis plusieurs années déjà. Des moments de tranquillités et d’apaisements pour mon âme tourmenté depuis déjà de bien nombreuses années. Bien que Lenalee sembler être plutôt douée pour repérer les personnes possédant une énergie spirituelle au dessus de la moyenne, elle n’avait tout de même pas pu me détecter du reste des humains qui peuplaient cette ville. Je ne pu m’empêcher de lui sourire.

    - Effectivement, je ne m’attendais pas à trouver une de mes semblables ici et à cette heure ci. Comme quoi, la nuit est propice aux plus belles rencontres.

    Ou aux plus mauvaises… C’est surtout ce que j’avais pensé lorsqu’elle avait commencée à m’agresser sur le toit de cet maison, voulant absolument savoir qui j’étais et comment je connaissais son prénom… Ce qui m’obligea à lui révéler qui j’étais et quel était mon travail. Apparemment la seconde explication fut plus convainquant et la jeune femme paru comprendre ce que je tentais de lui expliquer. Heureusement qu’elle n’était pas bête, sinon j’allais au devant de grave problème avec elle, ce qui me compliquerait la tache pour lui donner des informations. Enfin bref, elle comprit parfaitement ce que je lui disais et malheureusement, je compris qu’elle craignait encore que son Hollow intérieur revienne, car elle eu un mouvement de recul lorsque je me mis à parler de lui. Cet être démoniaque qui nous a à tous fait un jour du mal, une grande peine, un trou dans le cœur. Certains arrivent à le contrôler et deviennent des Vizard, d’autres perdent et deviennent des Hollow supérieurs, ou sont tués rapidement par ceux qui sont à ses côtés. Habituellement, les Vizard s’entre aide, du moins, certains comme la bande à Shinji qui sont la depuis de nombreuses années, cachés dans un Hangar en attendant leur heure. Désir de revanche face à Aizen, ils sont restés pour mort, attendant très certainement le début de la guerre pour intervenir. Ils auront très certainement une conséquence historique durant cette bataille, car moi-même je ne sais pas dans quel camps, de quel côté ils se trouvent. Ami ou ennemi, telle sera la question lors de leur arrivée.

    Lenalee semblait soucieuse et nerveuse rien qu’à penser à son démon intérieur, elle avait fait un mouvement de recul et s’était refermée sur elle-même. Je ne pouvais que compatir à sa douleur, moi-même l’ayant aussi ressentit un jour. Chaque démon intérieur est à la fois différent et semblable de ceux des autres. Chacun désir prendre le contrôle, mais ils doivent surement y avoir certain plus méchants que d’autres, bien qu’à leur niveau, il serait difficile de savoir. Non, c’est surtout la personnalité du Shinigami par lui-même qui change et qui est plus ou moins choqué par ce combat intérieur opposant les deux factions, le bien ou le mal… L’impact sur le moral de certaine personne peu être plus puissante d’une personne à l’autre et Lenalee semblait avoir très, très mal vécu cette épisode… qui n’est pas des plus agréable vous en conviendrez. Finalement la discutions changea d’orientation, restant tout de même sur un sujet important, ce dernier étant la guerre qui allait surement faire rage dans très peu de temps. Lenalee semblait inquiète et je pu remarquer qu’elle employait toujours le suffixe « sama » pour parler du traite qu’était Aizen pour la Soul Society. Elle m’expliqua qu’on lui avait apprit à rester respectueuse et que cette petite manie persistait encore bien que, de temps à autre, ses émotions prenaient le pas, surtout quand elle était énervée. J’eu un petit rire nerveux, me frottant les cheveux.

    - J’avais cru remarqué oui huhu.

    J’avais faillit dégringoler du toit à cause de son petit saut d’humeur, je ne lui en voulais pas vraiment, ca arrive à tout le monde de s’emporter alors pourquoi lui en vouloir hein ? Quoi qu’il en soit, je ne pu m’empêcher de lui demander si elle allait participer à cette guerre, autant lui poser les bonnes questions pour en apprendre un peu plus sur elle… sans trop éveiller ses soupçons bien entendu. Malheureusement son visage se referma totalement, son sourire n’étant plus qu’un pal souvenir sur son visage sans vie. Comme ci ma question était un vrais dilemme pour elle et je pouvais parfaitement le comprendre, elle qui avait été membre du Gotei 13, il avait juré de protéger les Humains tout en affrontant les Hollow. Elle ne pouvait se résigner à ce qu’elle avait toujours accomplie. Comme je m’y attendais, son cœur faisait encore un peu partit du Gotei 13 et si ses amis y participeraient, elle aussi irait, surement pour les protéger de ce mal qui allait s’abattre sur le monde. Ses sentiments étaient tout à fait noble et j’acquiesçais de la tête, montrant que je comprenais parfaitement ce qu’elle voulait faire. Elle me demanda ensuite si j’allais moi aussi participer à cette guerre et dans la foulé me demanda pourquoi je portais un cache œil, la question que je ne voulais pas qu’elle pose…

    - Je croyais que tu l’avais compris, nous les Fukei ne participons à aucunes guerres, nous restons neutres, notre seul but est d’êtres de simples observateurs et de retranscrire le plus grand nombre d’information pour l’histoire réelle. Il y a eu certains des nôtres qui ont « participés » à ces guerres pour protéger leur amis, mais nous nous devons de vivre pour que l’histoire soit retranscrite. Je n’ai ni ami, ni famille, je ne prendrais donc pas par à cette bataille…

    Certaine personnes pourraient dire que c’est un comportement d’égoïste alors que je pourrais surement aider le Gotei 13 grâce à mon pouvoir, mais à vrais dire, je n’avais presque aucun lien avec lui, alors je n’avais rien à faire de leur sort, chacun vie pour ses rêves, je vis pour l’histoire. Sautant du haut du jouet ou je m’étais perché, je me mis dos à Lenalee, touchant mon cache œil, fermant par la même occasion mes deux yeux. Que pouvais-je lui dire de cette œil que je cachais à toutes et à tous ? Quelle question…

    - Derrière ce morceau de tissus il y a un secret que personne ne doit connaître, c’est ma honte, mon pêché, quelque chose d’horrible que personne ne devrait savoir. C’est pour cela que je la cache de tous, pour que personne ne voit qui je suis réellement.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nuit Ecarlate [Pv Lenalee Kokoro - BTLFA]   Mer 15 Juil - 15:34

En effet, cette rencontre fut très sympathique. Je ne pensais réellement pas croiser quelqu’un d’aussi intéressant que ce jeune homme. D’ailleurs, je ne savais pas du tout qu’il pouvait exister. En même temps, je ne l’avais pas du tout cherché. J’aurais sûrement dut, mais je n’avais pas la tête a ça. La conversation partie rapidement sur d’autres sujets. Nous passâmes sur beaucoup de chose, discutant calmement.
- J’avais cru remarqué oui huhu.

Sa remarque me fit sourire. J’étais tout de même un peu gêné et honteuse d’avoir réagit aussi vivement. Je ne pensais pas être aussi vive d’esprit au réveil. Bon, je savais que j’étais de mauvaise humeur le matin, surtout après un cauchemar, mais pas a ce point. Le pauvre Kazuki avait presque faillit par finir en bas d’un toit alors que je m’approchai de lui rageusement dans l’espoir de lui soutirer des informations.
Heureusement qu’il réagit a son tour, sinon, il aurait fini par épouser le sol un peu plus bas en causant un fracas immense et par réveiller un peu plus tôt tout les voisins autour. Bon, on avait néanmoins fini par réveiller les propriétaires du toit ou nous nous trouvions au début, mais nous étions partie plus vite, donc il n’y eut aucun problème.
Enfin, la situation s’enchaina, nous finîmes dans un parc, très petit, pour enfants. Nous parlâmes de notre situation actuelle, de comment est-ce que cela avait pu nous arriver et pourquoi a nous. Nous n’en savions rien tout les deux, moi sûrement moins que lui, mais il semblait en avoir appris un peu plus qu’il ne voulait m’en dire. En même temps, il devait aussi avoir des secrets à protéger. Tant pis, j’avais de toute façon décidé de ne pas lui demander a lui, mais d’aller voir Shinji directement. Ou peut être même de tenter de faire cracher le morceau à Akira.
Peut être n’en saurait il pas plus que les autres. Seul l’avenir me le dirait.

Et puis, il me demanda si je comptais prendre part a la guerre qui se préparait en ce moment même. Je lui soufflai que je me battrais aux côtés de mon ex-capitaine s’il me le demandait. Et de toute façon, dans mon esprit, même s’il ne me le demandait pas, alors je le ferais quand même. Parce que je me sentais impliqué. Je savais que tout le monde était sensé participé a cela, car on était tous concerné.
Kazuki n’était pas de mon avis. D’ailleurs, il me certifia qu’il n’y prendrait pas part, vu qu’il n’était qu’une ombre, que ce n’était pas son rôle et que si lui n’était pas là pour retranscrire l’histoire, alors personne ne le ferait a sa place. Je pourrais un long soupir, désapprobateur peut être. Dans un sens, peut être avait il raison. Dans un autre, n’était-il pas du devoir de tous de protéger notre fratrie ? Bon, peut être exagérai-je un peu.
Le tout était que le sujet se porta alors sur son bandeau et je n’en appris pas plus. Je me doutais un peu de quoi ça parlait, ce que ça concernait. Je ne pensai pas que les Vizards pouvaient avoir des signes apparents de leurs situations. Ça me surprit mais je ne posai pas plus de questions, consciente que cela pouvait l’importunait. C’était souvent gênant de se confier a une inconnue, encore plus de lui parler d’une chose qui me semblait particulièrement intime.

- Bon, très bien.

Je lui fis un sourire et je remarquai au loin le ciel s’éclaircir progressivement. Il était temps pour moi de rentrer avant d’inquiéter Akira. Peut être était il déjà debout. Je n’en savais rien mais je saluai alors Kazuki d’un signe de main, ainsi qu’avec un visage adorablement enfantin. Je fis un Shunpô et puis, je disparus soudainement de sa vision.
Il ne me fallut que quelques minutes pour re-rentrer dans la maison. J’entrai sans même frapper, regardant alors a l’intérieur pour voir si j’étais en effet seule. Il ne me fallut que quelques minutes pour regagner mon canapé et me glisser sous les draps. C’était toujours aussi dur. Je sentais les ressorts a travers le fin matelas. Bon sang que j’enviai un bon lit bien douillet…


    RP CLOS

Et ultra court X_x
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nuit Ecarlate [Pv Lenalee Kokoro - BTLFA]   Mer 15 Juil - 17:07


    RP Clos.
    Merci à Lenalee pour avoir acceptée de RP un petit peu avec moi. J'espère qu'on pourra s'en refaire un avec toute la "bande". Bisous ♥️

    RP à locker ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nuit Ecarlate [Pv Lenalee Kokoro - BTLFA]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nuit Ecarlate [Pv Lenalee Kokoro - BTLFA]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Le Cherche Midi] Les enfants de la nuit de Frank Delaney
» Comment connaître la vitesse instantanée de nos bolides la nuit ?
» Prendre des photo de nuit avec Nikon D80
» Photos de nuit
» [RESOLU] Reveil qui ne marche pas la nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach The War Of Soul :: • Monde des Humains - Karakura Town • :: Zone Nord-
Sauter vers: