AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 * Chocolate? [Pv Aika Kurohime - BTLFA]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: * Chocolate? [Pv Aika Kurohime - BTLFA]   Lun 6 Juil - 19:51

Aika Kuroime est une personne que j’estime énormément, et ce, depuis notre toute première rencontre. Même si je n’ai pas toujours su comment m’y prendre avec cette jeune fille, j’ai appris, aujourd’hui, à la comprendre et à lire en elle comme dans un livre et a déchiffrer ses expressions et émotions. Je peux affirmer à présent que je la connais, sur le bout de mes longs doigts fins. Tâche tout d’abord compliqué, j’acquis en peu de temps à ses côtés une façon de pensée qui nous était propre et les choses devinrent beaucoup plus aisées entre nous.
J’ai toujours pensé être une personne ennuyante pour elle, et sans intérêt, qui l’handicaperait certainement un beau jour. Un poids. Mais encore aujourd’hui, elle reste à mes côtés, m’aidant, me soutenant, m’encourageant régulièrement dans ma relation tumultueuse avec Akira. Elle est ce qui me permet d’être ancré à la terre, mon petit moment de bonheur à moi que je déteste partager. Egoïstement ou peut être par peur de la perdre, j’ai encore horreur lorsque ses yeux ne sont pas posés sur moi, lorsque sa concentration s’échappe un instant, et que je lui semble alors beaucoup moins attrayante. Je ne m’envisage pas comme une distraction, mais j’ai peur, et cette peur me parait insoutenable parfois. Irrationnelle surtout.
Si l’amitié est aussi solide que notre relation semble l’être, pourquoi cette peur existe ?
C’est une envie comme une autre, d’être pour elle un tout indispensable et stable, sur qui elle pourrait compter. Car sa vie a toujours était dur, et on ne lui a pas toujours sourit comme aujourd’hui. J’ai peur qu’elle tombe, parfois. Mais elle peut être sur qu’une chose : je veux être une épaule sur qui comptait, autant que je peux compter sur elle.

Les amireuses. C’est ainsi que l’on nous appelle, lorsque l’on parle de nous. J’ai toujours pensé que ce mot sonné exactement comme il le fallait pour nous qualifier. Nous n’étions pas en couple, mais entretenions une relation privilégié. En tout cas, c’est comme ça que je le voyais, personnellement. Nous avions nos secrets, que nous partagions lorsqu’il le fallait, lorsque cela nous peser, et nous le vivions parfaitement bien.
Cette femme là, je l’admirais, de tout mon être. Mais je la savais humaine avant tout, parce que c’est ce qu’elle était. Avec ses défauts, ses qualités, qui faisaient un ‘tout’ unique et qui m’était indispensable. C’était sa voix qui me faisait frémir parfois, ses yeux qui me scannaient aussi simplement. Et peut être ses lèvres que je préférais regarder bouger. Après ça, si vous ne pensez pas que j’en suis amoureuse…
Honnêtement, j’adore être dans ses bras. Mais j’aime encore plus être auprès du corps sculptés d’Akira. Et ces deux là sont à un pied d’égalité lorsque je pense à eux. Je les aime tout autant, je crois. Mais de façon très différente. Et peut être parce qu’ils sont deux être parfaitement somptueux que je me trouve souvent étouffé entre eux, a ne pas savoir m’exprimer, a ne plus pouvoir penser ou m’imposer tant leurs auras prennent de la place dans ma vie. A eux deux, ils pourraient me conduire au bout du monde si je ne me ressaisissais pas de temps à autre. Je préfère cependant suivre Akira et l’écouter, tout comme je préférerai m’endormir dans ses bras, et qu’au lieu de ça, je le fais dans ceux d’Aika.

J’attendais paisiblement devant un café ou nous avions rendez-vous elle et moi, histoire de prendre quelque chose de chaud. Le temps n’était pas au beau fixe, contrairement a mon humeur actuelle. Il y avait encore de gros nuages noirs et la pluie tombait toujours. Chose rare a Karakura. Cela reflétait parfaitement ma colère de ce matin, lorsque je me levai. J’avais encore une fois mal dormi, mon dos me faisait souffrir a cause du canapé, objet de tortures. Et puis, j’avais renversé mon chocolat chaud, les Corn Flaks, m’étais brulée sous la douche et avait fini par bouder dans les draps d’Akira alors que celui-ci voulait que je m’en aille, soit disant que je prenais trop de place.
Une matinée presque comme les autres, puis, je reçu un appel d’Aika, qui me fit retrouver le sourire. Quatorze heures devant le café que l’on avait l’habitude de fréquenter toutes les deux lorsque nous avions envie de nous voir. Alors, dans ma robe rose, accompagné d’une écharpe verte et épaisse, ainsi que d’un bonnet de la même couleur, je me tenais gaiement devant la baie vitrée, en attendant que la belle arrive. J’étais a la fois impatiente et surexcitée à l’idée de la voir. Oui, c’était ça, le mélange de sentiments qui me tenaient.
Et puis, des talons tapant sur le bitume attirèrent mon attention. Mes yeux se posèrent sur sa silhouette fine et élancé, parfaite à mon goût, que je ne pouvais qu’envier. Elle était magnifique, toujours élégante, parfois provocante mais simplement charmante. Je la fixai toujours alors qu’elle s’approchait, et ni une ni deux, je me mis en mouvement pour m’approcher d’elle. Courant presque, je bondis sur Aika souplement, comme un félin pour l’enlacer. Elle avait l’habitude de mes élans d’affections, et j’adorai tellement en avoir pour elle.

- Aika-chaaaan, lui susurrai-je a l’oreille en lui déposant un baiser sur la joue.

Je la relâchai, tournoyant autour d’elle simplement en souriant. Et puis, je me saisis de sa main, la tenant fermement pour la trainer vers l’intérieur du café. Rejoindre notre place habituelle de nous pris pas longtemps et nous nous installâmes ensemble. Je la fixai avec des yeux pétillants de bonheur et de malice. J’adorai être avec elle…

- Alors, que racontes tu, Aika-chan ?


Dernière édition par Lenalee Kokoro le Mar 7 Juil - 12:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aika Kuroime
• Humaine à Pouvoir •
• Shadow Discipline •
• Dark Temptation ♥ •

avatar

Messages : 23
Date d'Inscription : 29/06/2009

MessageSujet: Re: * Chocolate? [Pv Aika Kurohime - BTLFA]   Lun 6 Juil - 23:25

    Le matin m'avait paru long. Trop long même. A faire caissière dans une boutique de fringues pour jeunes. Certes cela payait bien, c'était une belle boutique, celle où l'on vous ouvre la porte en vous disant bonjour ou au revoir avec un sourire. A servir ensuite des jeunes friqués au possible, qui vous tendent un billet de 1000 Yens avec un air affligé. Quoi elle est pas bien ma tenue? Arf, elle doit en avoir marre de payer des fringues 1000 Yens avec son sourire qui dit: Je-suis-plus-riche-que-toi. Tu crois vraiment? Arf, ce que j'aime ce boulot. Pourquoi j'ai quitté les USA?! Ah ui... Les parents et c'est enfoiré de Tonyo...

    Le pire reste sans doute le réveil. Dur dur de se lever en faisant un cauchemar de cette sorte. Genre moi je vais me retrouver en train de faire caissière. C'est moi la fille qui tend le billet avec l'air blasé et supérieur. Arf, j'ai toujours cet air supérieur.. C'est ... Ouais c'est insupportable. Fin bon. On va pas chipoter. C'est une sorte de qualité refoulée. C'est moi. Jey.. Je veux dire: Aika Kuroime. Mieux vaut ne pas se souvenir de mon "ancienne vie" ca me causerait d'autre cauchemar... Bref. Je levais mes yeux sur le réveil qui m'indiquait 5.12. QUE 5.12. Bon sang je hais les cauchemar.

    Je me levais donc, branchais mes écouteurs et faisais tourner le MP3 à fond. Puis je filais sous la douche et allumais la radio. Le MP3 ca rentre pas dans la douche. Fin si, mais le résultat n'est pas très concluant... Enfin je ne vais pas vous mentir, j'ai déjà essayer. je m'en souviens encore. Le soir même j'achetais un nouvel Itouch. J'aime la technologie et je ne manque pas trop d'argent. Mais ne parlons pas de ça. C'est ca le point de mon cauchemar. Je me dirigeais ensuite vers la chambre de ce petit appart 4 pièces. Prenant le paquet de clopes qui était posé sur le lit deux places, qui prenait toute la chambre d'ailleurs... et allumais mon briquet en faisant flamber le bout de la cigarette. La fumée qui s'en échappa me fit un bien fou. Mon Dieu quel Bonheur.

    Je regardais encore un peu cette chambre, mais son état impeccable me parut déstabilisant. Il fallait à tout prit que je vire la bonne... Une fois sur le balcon, je regardais passer les gens, de mon air exaspéré et fatiguée. Et tentait de faire de mon mieux pour paraitre aussi impassible que possible. Tordant mes lèvres sur le coté et avec une clope dans la bouche, j'avais plutôt l'air d'une fille qui se fout largement de la vie... Le genre je m'en foutiste par excellence. Re-observant le réveil alors que les nuages commençaient à chasser le soleil naissant, je remarquais qu'il m'avait fallu une bonne heure pour me préparer. Et là, sans que je puis expliquer quoi que ce soit.. Une image de Lenalee et moi allongées sur le lit dans les bras l'une de l'autre après une déprime de ma part, me traversa l'esprit. J'avais eu le malheur de repenser que c'était le jour où Tonyo m'avais lâché avec ce mot sur la table. Saloperie... Alors j'ai eu l'idée de l'appeler, pour la voir. Et lui raconter cette rencontre avec cet inconnu... Mais a 6.15 elle doit encore dormir ma Lena-chan.

    Je l'ai rencontré quand je suis arrivée. Y'a de cela deux ans environ. Ou moins. Mais les jours avec elle passe tellement vite. Je m'amuse tellement... A vrai dire, je me suis vraiment lâchée, toutes les fois où j'étais avec elle. A danser ou chanter. Rire ou même pleurer. Jamais personne ne m'avait vu de cette manière. Je me souviens encore, elle avait appeler son copain, Akira, que j'ai vu tellement de fois, avec une pointe de jalousie certes. Mais c'est vrai que c'est quelqu'un de génial. Mais je ne sais pas. Le fait de voir une autre personne auprès d'elle, ça m'a surprise? Et terriblement... Décue serait trop gros, mais en y réfléchissant, pas vraiment. J'ai encore ce gout amer dans la gorge.. Et j'avais beau m'enfiler des clopes pour essayer, aucune ne me faisait penser à l'amertume qui se trouvait dans le fond de mon cœur. Lena-chan m'échappait pour une raison que j'ignorais. Il fallait que cela change, mais si je ne savais même pas pourquoi elle se faufilait de mes bras pour aller dans ceux de Akira. Mais je ne pouvait pas l'emprisonner dans les miens..

    J'ai donc pianoter sur mon portable. Mettant l'alarme avec pour message: Appeler Lena-chan. La programmant pour mes 11heures. Pendant ce temps je zapais sur la télé et allumais mon ordi. Habillé seulement d'un débardeur et d'un boxer string que je m'allongeais sur mon lit en fixant l'écran. Un tour sur Deezer et la dernière de Rihanna résonnait dans tous l'immeuble. Certains voisins venait ainsi me dire qu'il fallait que je baisse le son, mais perdait leur mots en voyant ma tenue.


      ♫ ♪ Aika: -Ouiiiii? C'est pour quoi?
      ♪ ♫ Voisins: Euhm... Pour euuuh... Pour rien.. C'est pas grave, bonne journée...


    Et au moment de tourner à l'angle. "Vous êtes libre ce soir?" J'explosais de mon rire et fermais la porte. Retournant a mes occupations. Les heures filaient lentement. J'observais le réveil toutes les 1o minutes. Attendant que sonne 11heures. Et au final, quand sonna 1oheures 3o. Je ne tenais plus. J'ai pris mon téléphone et tapotait le numéro de mon amie.

      ♫ ♪ Aika: - Allo Lena? Coucou c'est Aika ^^ Comment vas-tu?


    [...]


    13 Heures à notre café. Comme d'habitude j'arrivais légèrement en retard, La moto ne voulait pas démarrer et le taxi était en retard. J'avais donc pris le temps d'y aller à pieds. Bien sur il fallait que je coince mon talons dans les marches d'escalier de mon appart. Tu parle d'une résidence... C'est que le début des ennuis je le sentais.

    Arrivée devant la rue de notre coin préféré, je cherchais de loin la belle avec qui j'avais donné "rencard". Je la voyais de loin avec ses cheveux châtains et son rêveur que j'apprécie tant. Oui je l'adore tellement. Je ne pu m'empêcher d'esquisser un sourire. Mes lunettes parées sur les cheveux pour manque de soleil, une capuche en tissus coton blanc, un débardeur noir et une veste en cuir, un pantalon jean et des bottes au talons assez haut, elle reconnut tout de suite le son de mes talons qui martelaient le sol. Elle se jeta sur moi avant même que je ne sois à 5 mètre de la table.


      ♪ ♫ Lenalee: - Aika-chaaaan!


    Puis elle m'embrassa d'un tendre bisou sur la joue. Que par reflex, je portais ma main avec ma mitaine en cuir, que j'effleurais du bout des doigts.

      ♫ ♪ Aika: -Hohayo Lenalee-chan ^^


    Puis je me retrouvais devant notre table, à l'intérieur, protégée de la pluie battante. Sans vraiment comprendre comment j'étais arrivée là.

      ♪ ♫ Lenalee: -Alors, que racontes tu, Aika-chan ?
      ♫ ♪ Aika: -Si je te le disais tu ne me croirais pas..


    Voyant son air pétillant qui commençais à disparaitre je me ressaisie.

      ♫ ♪ Aika: - Roh puis si je te raconte! J'ai rencontré un mec hier. Le genre canon tu vois. Bref, tout le monde le sait, je suis une croqueuse d'hommes, certes. Mais là. Je ressens quelques chose de différent. Bref. Il m'a suivie dans le parc je crois.. Je sais plus où. Et bon tu m'connais je l'ai rembarrée et après je me suis laissée faire. Hallucinant de ma part je sais...


    Voyant son air attentif et ses yeux suspendus à mes lèvres, je devinais qu'elle m'écoutait. Comme toujours. Personne n'a la même oreille que ma Lena-chan. Je passais donc le restes des 5dernière minutes a parler de cet entrevue avec ce beau gosse dans une partie inconnue de Karakura.

      ♫ ♪ Aika: - Il m'a vu, il m'a suivie, j'ai usée de mon pouvoir des ombres pour me cacher et apparaitre derrière lui. C'est mesquin je sais ^^". Bref, Je lui ai demandé ce qu'il avait à me suivre, et voila.


    Je commandais mon soda et regardais mon amie.

      ♫ ♪ Aika: - T'en penses quoi toi? Et depuis qu'on s'est vue, il s'ets passé quoi? T'avais l'air bizarre au téléphone.


    Mon visage montra l'inquiétude que j'avais eu en l'entendant. Sa petite voix mi-fatiguée avec ce je ne sais quoi... Bref, ca ne me disais rien de bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: * Chocolate? [Pv Aika Kurohime - BTLFA]   Mar 7 Juil - 21:06



Mes joues bouillonnaient. Elles étaient rouges, flamboyantes, trahissant mon excitation et mes émotions qui s’entrechoquaient a chaque fois que je l’apercevais au loin. Mon cœur battait fort, poussant mes poumons dans ma cage thoracique. Comme s’il cherchait a s’échapper, à me tomber dans les mains. C’était comme ci il cherchait a se frayer un chemin vers la sortie, le chemin le plus court était le meilleur, et pourtant le plus douloureux. Parce qu’il battait si fort, et qu’il me faisait mal. Mais cette douleur s’atténua presque immédiatement lorsque je la saisis dans mes bras. L’enlaçant comme si ma vie en dépendait, comme si, si je la lâchais, je perdrai alors pour de bon ceux a quoi je tenais le plus.
Je savais bien que mon cœur s’emballerait de la sorte en la voyant. Comme toujours. Ce n’était pas aussi fort que lorsque je voyais Akira. Ce n’était d’ailleurs pas pareil. Ce n’était pas les mêmes sentiments qui s’écoulaient dans mes veines, comme le venin d’un serpent. C’était une morsure qu’elle m’infligeait a chacun de ses regards, mais une morsure si douce et somptueuse, que je réclamai a chaque fois. Et ce venin pouvait étrangement ressembler a du bonheur, ou ce qui s’y approchait le plus. Et ce bonheur devenait pour moi une sorte de drogue dure que je ne me passais plus. Aika était pour moi de l’Héroïne que je m’injectais à haute dose dans les veines, parce que j’en avais besoin…
Elle était mon moyen de guérir de ce manque atroce que je ressentais. Elle était celle qui devait recevoir le plus d’affection de ma part. Elle était ce en quoi j’espérai, plus que tout au monde. Aika représentait mon ancrage au monde, ce à quoi je pouvais m’accrocher lorsque mon cœur et le trou dans ma poitrine me rongeait d’une souffrance sans précédent. Trou que je tentai de colmaté avec du sulfate, lorsque j’y repensais. Ce trou dans ma poitrine était causé par l’amour que j’éprouvai pour mon coéquipier, amour qui n’était comblé.

Je faisais souvent comme ci cela ne me faisait rien. Comme si l’indifférence qu’il éprouvait parfois en me voyant ne m’atteignait pas. Mais a chacun de ses regards agacés ou dédaigneux a mon égard me faisait un mal abominable. Ses yeux me brulaient la peau, me rongeaient de l’intérieur. Je voulais qu’il me regarde, pour sentir cette sensation que je trouvais poignante, agréable presque. Mais trop souvent, malheureusement, je restai sur ma faim, et à chaque fois que je tentai quelque chose, j’essuyai un refus. Cela devait lui être bénin, pour lui, il ne devait pas s’en soucier parce qu’il devait certainement penser que l’on était qu’amis. Ce que l’on était censé être. Mais pour moi, c’était comme un coup de poignard dans le ventre.
J’étais une boule d’affection et d’amour, qui ne demandais qu’a donner. Et lui n’était qu’un homme en proie a de profonds tourments, qui le bouffaient de l’intérieur, faisant de lui une personne que je voulais secourir a tout prix, mais si cela s’avérait tellement compliqué. Il était mon casse tête, parce que je le voulais mien. Et je ne pouvais pas m’en passer. Alors discrètement, je m’injectai de sa présence, m’imprégnai de son odeur, pour la garder a jamais, encré en moi.
Et Aika était là pour m’aider à ne pas faire une overdose, que je désirai. Elle m’aidait a garder les pieds sur terre, parce que trop souvent, je me laissai aller a ce manque. Elle était ma cure de désintox’ lorsque cela devenait trop critique pour moi, pour mon pauvre corps chétif. Et j’étais pour elle un moyen pour se libérer et recevoir ce qu’elle devait le plus désiré : l’amour que je ne donnais pas a Akira, je lui offrais a elle, parce qu’elle en avait tout autant besoin que l’homme que j’aimais. Sa voix, à elle, m’avait fait vibrer ce matin. Je savais que si elle n’avait pas été là, je n’aurais rien fait de ma journée, a part peut être trainé avec notre nouveau compagnon (notre chien) dans la chambre d’Akira, ou j’aurais peut être récupérer mon sommeil dans ses draps qui portaient son odeur.

Son coup de téléphone m’avait arraché a des songes sans limites. Je tenais sa main, fermement, accroché a celle-ci avec l’espoir de ne pas la lâcher. Les gérants du café ou nous nous trouvions avaient régulièrement a faire a cette tendresse excessive, mais ne s’étaient jamais soucier de savoir ce qui se tramait entre nous. Il n’y avait aucune ambigüité, pour ma part en tout cas. Parce que nos cœurs étaient déjà épris d’autres gens, moi déjà cramponnait a un être cher, le sien, encore en train de se chercher, de se perdre et de se retrouver.
Sa voix se posa sur mes tympans, comme une douce mélodie que j’adorai entendre. Elle était suave, douce, mais je décelai toujours a l’intérieur de l’amertume. Son passé la trahissait toujours. Pas pour les autres. Seulement pour moi. Ce pourquoi elle n’attachait que peu d’importance a l’amour, pas autant que moi, grande romantique, amoureuse éprise. Non, elle, n’était qu’une coureuse de jupon inventerai qui préférai largement s’amuser un soir plutôt d’une vie. Si l’on connaissait son passé, cela se comprenait, largement. Moi, je le comprenais. Je savais ce qu’elle avait pu ressentir.

- Si je te le disais tu ne me croirais pas…

Mes yeux se plantèrent dans les siens et je pris une mine surprise. Si elle me disait les pires bêtises existantes, je la croirais, qu’importait la chose de toute façon. Je buvais ses paroles avec délice.

- Roh puis si je te raconte! J'ai rencontré un mec hier. Le genre canon tu vois. Bref, tout le monde le sait, je suis une croqueuse d'hommes, certes. Mais là. Je ressens quelques choses de différent. Bref. Il m'a suivie dans le parc je crois... Je sais plus où. Et bon tu m'connais je l'ai rembarré et après je me suis laissée faire. Hallucinant de ma part je sais...

J’eus un sourire amusé, riant presque lorsque le serveur nous apporta nos consommations habituelles. Deux chocolats chauds, nos plaisirs personnels que nous prenions à chaque fois et le serveur reparti en nous saluant. Je bus une gorgée, manquant de me bruler la langue. Je devins rouge comme une tomate et laissai couler le liquide bouillant le long de ma gorge. Horreur ! Cela me faisait atrocement souffrir. J’aurais du m’en douter, aussi…

- Aie !! lâchai-je en secouant la main, comme si ce geste pouvait m’aider a faire passer la douleur. Mes joues s’empourprèrent de plus en plus, et je manquai de m’étouffer en rigolant de ma propre bêtise. C’est au bout de quelques minutes que la douleur se calma enfin, et que je repris la parole pour m’excuser auprès de mon amie. Je reposai la tasse sur son socle, plantant de nouveau mon regard dans celui d’Aika avec un sourire désolé. Mes joues étaient toujours aussi colorées et ceux malgré moi. Je ne m’étais clairement pas attendu a ça. Enfin bon… Laissant échapper un soupir, je dis :

- … enfin, raconte moi mieux que ça voyons ! Je veux tout savoir : son nom, prénom, son physique, a quoi il ressemble, son comportement avec toi ! Il t’a embrassé ? Pris dans ses bras ? à voulu tenter autre chose ? Et toi, qu’as-tu fais ? Pourquoi l’as-tu repoussé ? Tu l’aimes bien ? Comment ? Un peu ? Beaucoup ? Tu es amoureuse ? Comptes-tu le revoir ? Quand ? Ou ? Je le connais ?

A ce rythme, elle n’était pas prête d’arrêter ses questions, aussi stupide étaient-elles. Je cessai enfin en voyant l’air affolé d’Aika. En même temps, elle ne pourrait pas répondre a chacune d’entre elle, mais je pouvais déceler dans son regard que lorsqu’elle avait parler de ce garçon, de cette rencontre, qu’il y avait une petite brillance adorable, que j’avais lorsque je parlai d’Akira. Cela me fit plaisir, dans un sens, parce qu’elle avait l’air « heureuse ». Et lorsqu’Aika était heureuse, c’était une grande chose. J’aimai ça et j’aimai encore plus cette personne, ce « mec » comme elle le disait, qui la rendait ainsi.
Alors, j’espérai qu’elle le reverrait, rapidement, pour pouvoir voir dans ce regard ce pétillement adorable.
Dehors, la pluie tombait toujours contre la baie vitrée qui nous laissait voir au dehors du café. Les voitures passaient a vive allure, éclaboussant le trottoir sur lequel les piétons passaient. L’humidité était très forte dehors, et la chaleur aussi, c’était comme étouffant. Je craignais que ce soir, il y a de l’orage…
Mon regard se ferma un instant en envisageant l’arrivé de l’orage. Mais lorsque je posai mes yeux sur Aika, je fis mine de n’avoir rien pensé à l’ instant. Je ne voulais pas qu’elle se doute de quoique ce soit. Et peut être que discrètement, je chercherai a m’incrusté chez elle…

- Hey, tu fais quoi ce soir ? Ça te dit une soirée film d’horreur ? Chez toi, ou chez moi… ? Avec du pop corn, des chips et des trucs gras et pas bons pour la ligne !

Mon rire était sincère comme toujours. Et ma proposition, on ne peut plus sérieuse. J’espérai qu’elle accepte et que je puisse aller chez elle. Akira n’était pas au courant que j’avais peur du tonnerre et je devenais anxieuse rien qu’en essayant de lui en parler. Alors, a chaque fois que j’étais chez lui, et qu’il y avait de l’orage, je me terrais au fin fond de la salle de bain, là ou il n’y avait qu’une petite fenêtre, m’enroulant dans ma couette sans laisser passer la lumière, tremblante comme une feuille en laissant passer la nuit. Il ne m’avait jamais retrouvé dans cet état. Une fois, je m’étais endormie et il avait été surpris en me découvrant dans le coin de la baignoire, mais n’avait rien dit et s’était contenté de me sortir de mes rêves sans me poser de questions, intrigué. Il avait sans doute pensé que je m’étais assoupie ici après m’être démaquillé et préparé pour dormir.
En réalité, c’était tout autre chose, mais ça, il n’était pas sensé le savoir.


[HRP : Pas la peine d'éditer Chou, ton post est parfait]
Revenir en haut Aller en bas
Aika Kuroime
• Humaine à Pouvoir •
• Shadow Discipline •
• Dark Temptation ♥ •

avatar

Messages : 23
Date d'Inscription : 29/06/2009

MessageSujet: Re: * Chocolate? [Pv Aika Kurohime - BTLFA]   Mer 8 Juil - 22:02

    Comme d'habitude, elle était enjouée et contente d'être là. Mais elle ignora ma question et ma remarque sur son état de tout à l'heure. Donc elle ne voulait pas en parler. Il s'était passé quelque chose avec Akira? Bof, ce ne sont pas mes affaires après tout.. Je lui souris amicalement et oubliais ça. Lenalee est une personne qui m'est cher, très cher même. Si elle ne veut pas me parler d'une chose, je n'ai pas à la forcer. J'ai le sentiment qui si je fais cela.. Ellle m'échapera. A vrai dire, j'ai l'impression que tout m'échappe. Et ce sentiment est le plus insupportable de tous. Car même si vous réussissez a rattraper la fumé, jamais vous ne pourrez l'attraper et la retenir. Je veux la garder près de moi. Cette jeune femme si souriante et si joyeuse. Pouvoir veiller sur elle sans pour autant l'étouffer. Pour tout dire je suis jalouse d'Akira. Mais si il lui convient, si pour elle il est parfait. Alors soit. J'espère juste qu'il al rendra heureuse, autant que moi elle me fait sourire. Je lui ai donc parler de cet inconnu. Ce Ryôsuke et je craignais qu'elle soit jalouse de cet homme que j'ai rencontré hier. comme je suis jalouse de Akira. Mais je l'ai vue sourire. d'un sourire d'amusement. Et ma peurs'envola. Parce que je savais que c'était sincère. Vu que ca venait d'elle. Ca ne pouvait être que sincère.

    Elle se brûla avec le liquide. Une léger sourire apparut sur mes lèvres à moi aussi. Je levais la main et commendait des glaçons, atttirant ainsi un regard étonné venant du nouveau vendeur. Un regard vers mon amie en train de secouer sa main de gauche a droite et il comprit de suite. Bref, les glaçons ca aident à apaiser la douleur. Surtout une brûlure à la langue. J'étais prévenue maintenant. Le chocolat était brûlant. Ce reflex, le fait d'agiter sa main dans tous les sens, ça me fit sourire. Encore un peu plus. Elle était si... Mignonne? Une envie de la prendre dans mes bras me prit. Mais je me retin en repensant cinq secondes à l'endroit où l'on se trouvait. Je ne pouvais que sourire de plus belle. Elle soupira et attaqua. Me faisant reculer.


    ♪ ♫ Lenalee:- … Enfin, racontes moi mieux que ça voyons ! Je veux tout savoir : son nom, prénom, son physique, à quoi il ressemble, son comportement avec toi ! Il t’a embrassé ? Pris dans ses bras ? à voulu tenter autre chose ? Et toi, qu’as-tu fais ? Pourquoi l’as-tu repoussé ? Tu l’aimes bien ? Comment ? Un peu ? Beaucoup ? Tu es amoureuse ? Comptes-tu le revoir ? Quand ? Ou ? Je le connais ?

    Je reculais donc. Presque assomée par tant de questions à la fois. Les yeux rond, l'air extrémement étonné. Woaw. Ca c'est de la question. Maintenant faut que j'arrive a me souvenir de tout ça...

    ♫ ♪ Aika:- Euhm... Il est grand, genre 1m 8o. Musclé, cheveux en bataille mais super bien foutu. Bref la classe quoi. Et.. Il est très Gentleman. Je l'ai rembarré parce que avec moi c'ets un reflex. Mais tu vois. Au lieu de partir, il a pas lachée l'affaire. Il m'a invité à diner. Attends un mec comme ca, beau, qui se laisse pas faire et qui te fuit pas a la première remarque. E comment que tu le garde! Sinon pour l'instant, je préfère ne pas me prononcer question sentiments. J'ai juste envie de le revoir... C'ets bizarre d'aillerus, ca fait très longtemps que j'ai pas ressenti ça... Bref. Il m'a pris dans ses bras. Je lui ai dit que j'acceptais son invitation. Il est passé a côté de moi. Et là il m'a pris dans ses bras. WOAW! J'avais rarement eu autant de frissons qui me parcouraient l'échine.

    Je laissais ma phrase en suspend. Voulat dire: "Depuis Tonyo enfait." Mais je n'avais pas vraiment envie de raviver les flamme d'un amour éteint.

    Je la vis regarder par la fenêtre. Il pleuvait. Dieu que j'adore la pluie. Mais Lena-chan avait l'air... Absente. Elle tourna la tête, plongeant son regard dans le mien. Je l'interrogeais du regard, en penchant légèrement la tête sur la gauche, fronçant les sourcils tout aussi légèrement.


    ♪ ♫ Lenalee:- Hey, tu fais quoi ce soir ? Ça te dit une soirée film d’horreur ? Chez toi, ou chez moi… ? Avec du pop corn, des chips et des trucs gras et pas bons pour la ligne !

    Je cherchais quelques instants dans ma mémoire, savoir si je n'avais pas de réndez-vous prévue ce soir là. Si Ryôsuke n'allais pas se pointer... Nan y'avait rien. Mais chez elle. La perspective de passer la soirée dans la même pèce que Akira...

    ♫ ♪ Aika:- Et bien tu n'a qu'a venir chez moi. J en'ai rien de prévue. Sauf si Ryôsuke se pointe à l'improviste. Ca te donnera l'occasion de le voir. Ou revoir.

    J'aspirais un peu de la boisson chaude laissant Lenalee avec ses reflexions quant à ma dernières phrase. Puis plantais mon regard bleu glacé dans ses yeux noisettes. Reprenant mon sérieux. La nouvelle allait être dur...

    ♫ ♪ Aika: Il s'appel Ryôsuke Kokoro. Il m'a avoué être ton frère.

    La peur me prit. Et si jamais elle ne voulait pas que je "sorte" avec son frère? D'un autre point de vue. Je n'ai pas envie de le quitter.. Pas maintenant. Je n'ai même pas passé la nuit avec lui. J'ai garder son numéro et je l'ai observer pendant 3 heures hier soir en me disant si oui ou non je devais l'appeler. C'est vraiment différent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: * Chocolate? [Pv Aika Kurohime - BTLFA]   Jeu 9 Juil - 12:03

Ses yeux s’écarquillèrent devant autant de questions. Ça ne m’étonnait qu’à moitié. A la base, je n’aurais jamais dût en poser autant, mais toutes me démangeaient pour sortir en même temps, alors vous savez, le temps que je mette tout dans l’ordre pour que ça ait l’air décent et déjà, toutes les autres suivaient la première. Je n’y pouvais rien du tout et j’assumai entièrement cette partie de ma personnalité qui faisait de moi une intolérable curieuse et une excessive bavarde. Je n’arrêtai pas de parler, pour moi, c’était naturel. Lorsque j’avais envie de dire quelque chose, quand il n’y avait rien a dire, quand il y avait un blanc. Je ne savais pourquoi mais je trouvais ça important d’exprimer ce que je ne ressentais pas la parole, même si souvent, c’était mes yeux qui traduisaient tout.
Enfin, moi, j’dis ça, j’dis rien. Mais très souvent, les gens me reprochaient d’être si expressive au sujet de mes sentiments, que ça en devenait gênant. Car très souvent, ils ne savaient pas comment interpréter la lueur pétillante dans mes yeux. Je savais a quel point cela pouvait être gênant, mais pour ma part, j’avais toujours sut traduire les sentiments que je voyais dans les yeux d’une personne et faire la part des choses avec ce que je voyais et ce que je savais. C’est peut être pour ça que l’on trouvait que j’arrivai très facilement à devancer les réactions émotives. C’était un don, non ?
Et je discernai dans les yeux d’Aika l’incompréhension et l’étonnement le plus complet devant l’armé de questions que je venais de lui offrir. Normal, me dis-je avec un sourire gêné en m’excusant auprès d’elle. Mais cela ne la gêna pas tant que ça pour reprendre le fil de la conversation !

- Euh... Il est grand, genre 1m 8o. Musclé, cheveux en bataille mais super bien foutu. Bref la classe quoi. Et... Il est très Gentleman. Je l'ai rembarré parce que avec moi c'est un reflex. Mais tu vois. Au lieu de partir, il n’a pas lâché l'affaire. Il m'a invité à dîner. Attends un mec comme ça, beau, qui se laisse pas faire et qui ne te fuit pas a la première remarque. E comment que tu le garde! Sinon pour l'instant, je préfère ne pas me prononcer question sentiments. J'ai juste envie de le revoir... C'est bizarre d'ailleurs, ça fait très longtemps que je n’ai pas ressenti ça... Bref. Il m'a pris dans ses bras. Je lui ai dit que j'acceptais son invitation. Il est passé à côté de moi. Et là il m'a pris dans ses bras. WOAW! J'avais rarement eu autant de frissons qui me parcouraient l'échine.

Déjà, je m’imaginai a quoi il pouvait ressembler avec une mine rêveuse sur le visage. Grand, 1m80, voir un peu plus, les cheveux d’un noir de geai, un peu grisonnant, puis un visage assez carré, à la fois dur et froid sans pour autant être un « tombeur ». J’eus un sourire ravi en contemplant le visage d’Aika. Elle avait l’air bien, à l’aise. Sous la charme, très certainement, de cette rencontre. Je n’étais pas spécialement jalouse, ni inquiète, je savais qu’elle était douée pour choisir ses relations et je ne craignais pas qu’elle tombe de trop haut. Ce n’était pas comme ci elle était éprise de lui. Non, ce n’était que le début.
Je lui fis un sourire, jouant avec ma tasse de chocolat. Quelques minutes plus tôt, j’avais pris un glaçon pour le placer sur ma langue et je le suçai lentement, faisant alors passer la douleur. C’était très agréable, car la sensation de brûlure disparut progressivement.
Et puis, je repris la parole après avoir croquer le glaçon prit un peu plus tôt :

- Et bien ! Je vois que tu es tombé sur un charmant jeune homme ! Et si en plus il te plait ! Je crois que tu es gagnante sur tout les points !

Un rire m’échappai, j’essayai d’éviter à ce qu’elle pense a Tonyo. Elle avait faillit le faire, et je remarquai aisément que parler de cet homme lui faisait encore énormément de mal. Elle aussi, avait une blessure au cœur qui la faisait souffrir. La voir dans cet état me faisait tout autant mal. J’avais toujours envie de la protéger des autres, or, je ne ressentais pas de craintes particulière vis-à-vis du garçon qu’elle avait rencontré.
Puis, la conversation retourna sur la soirée film d’horreur que nous venions d’improviser. J’étais contente qu’elle accepte qu’on le fasse chez elle, je me doutai aussi qu’elle ne désirait pas particulièrement se retrouver nez à nez avec Akira. Non pas qu’il était spécialement repoussant (loin de là) mais il n’était pas très accueillant lorsque j’amenai quelqu’un dans sa maison. Il n’était même pratiquement jamais emballé en apercevant une nouvelle tête dans son salon. C’est vrai, Akira n’était pas social. Mais je l’aimai quand même.

- Et bien tu n'a qu'a venir chez moi. Je n'ai rien de prévue. Sauf si Ryôsuke se pointe à l'improviste. Ca te donnera l'occasion de le voir. Ou revoir.

Je ne prêtai pas beaucoup d’attention au « ou revoir ». Oui, en effet, il était possible que je l’ai déjà rencontré au détour d’une rue. Ça me semblait presque normal en faite, vu que je croisai énormément de gens et que j’étais plus fourrée dehors que chez moi. C’est alors que je portai ma tasse à mes lèvres avec un sourire, sans même faire un commentaire sur ce qu’elle venait de dire. Aika reprit avec une voix douce mais je pouvais trouver dedans de la peur, de l’anxiété :

-Il s'appel Ryôsuke Kokoro. Il m'a avoué être ton frère.

Je me retins de dire « haha, Kokoro, comme mon nom de famille ! Comme moi ! ». Les informations montaient progressivement à mon cerveau. Terminant ma tasse de chocolat sans que mon visage ne change d’expression. Et puis d’un coup, ma main se mit a trembler, malgré moi, et mes yeux s’écarquillèrent. Je sentis un frisson me parcourir doucement et mon teint pâlir considérablement. Je ne comprenais pas tout ce qu’Aika me disait, ça me paraissait tellement… surréaliste.

- Pardon ? fut la seule chose que je réussis a dire.

J’avais un… frère ? Non, je ne comprenais pas, c’était tellement bizarre. Même dans ce que je me souvenais de mon passé sur terre, je n’étais même pas au courant de ça. Elizabeth m’avait vaguement raconté une histoire d’un jeune garçon turbulent, mais je n’y avais jamais prêté attention, trop occupé a coiffé cette vieille folle qui me hurlait de ne pas brosser trop fort sa tignasse emmêlé.
Si j’avais attardé un peu d’espoir dans la rencontre de ce garçon turbulent, j’aurais peut être découvert qu’il était mon frère, mais cette anecdote me parut bénigne a l’époque. Mon père n’en parlait pas et je n’étais pas assez âgé pour me souvenir de ma mère. Ryôsuke.
Ma main lâcha soudainement la tasse que je tenais, elle tomba sur la table sur son flanc, roula légèrement et tomba sur le sol en s’explosant en mille morceaux. Je déglutis un instant et me penchai précipitamment vers le sol.

- Gomen ! soufflai-je en me penchant vers le sol pour ramasser les morceaux.

Je me coupai avec l’un d’entre eux, laissant filer un petit soupir, et ne tardai pas a être aidé par le serveur qui me murmura de le laisser faire. En deux temps trois mouvements, les bouts de verres n’étaient plus. Je me réinstallai a ma place, les yeux dans le vide un instant.

- Ryôsuke ? répétai-je, Il me connait alors. Il sait que j’existe, c’est logique. Pourquoi n’est-il jamais venu me voir ? Je… Je vais dire… J’aurais pu ne jamais savoir que j’avais un frère, d’autant plus que… Non, que rien…

Je me renfrognai, étant même sur le point de révéler a Aika mon passé de Shinigami, mon passé durant la révolution française. Elle ne m’aurait jamais cru. Elle n’aurait jamais accepté cette vérité, même si elle était vraie. Je me voyais mal lui dire tout ça, même après autant de temps passé ensemble. J’eus un sourire amer et enchaînai :

- Il risque de passer ce soir ? J’ai envie de le rencontrer. Tu pourrais… L’appeler ?

Un autre sourire discret, je voulais voir Ryôsuke. Pour lui parler, lui demander tellement de chose. Aussi le prévenir que je n’avais rien dit a Aika a propos de mon statue de Shinigamie, de Vizard… Je ne tardai pas a ajouter avec la même voix triste :

- ça me prend un peu au dépourvu. Je… Je ne pensai pas que le monde était aussi petit. … Tu pourrais me changer les idées, maintenant ? Je suis triste, concluais-je en jouant avec mes mains et en les fixant.
Revenir en haut Aller en bas
Aika Kuroime
• Humaine à Pouvoir •
• Shadow Discipline •
• Dark Temptation ♥ •

avatar

Messages : 23
Date d'Inscription : 29/06/2009

MessageSujet: Re: * Chocolate? [Pv Aika Kurohime - BTLFA]   Jeu 9 Juil - 19:07

      ♪ ♫ Lenalee :- Pardon ?

    Juste ce mot et mon cœur s’enquit de peur. Sa voix se faisait presque… Eteinte. D’un coter je m’en doutais. Elle semblait perdu. Le regard vide de toute émotion. Absorbée par une nouvelle si bouleversante. Alors que je le regardais, je voulu prendre sa main, mais la tasse lui échappa et alla rouler sur la table avant de se fracasser en morceaux sur le sol. Je regardais la scène en tordant les lèvres. Ne sachant que faire. J’allais me baiser pour l’aider, voyant qu’elle s’était coupée, mais je vis le serveur arriver. Alors je me doutais que cela ne servirais à rien. Elle se rassit, mes yeux trahissaient mon inquiétude vis-à-vis d’elle. Je ne pouvais m’empêcher de me mordre la lèvre inférieur.

      ♪ ♫ Lenalee :- Ryôsuke ? Il me connait alors. Il sait que j’existe, c’est logique. Pourquoi n’est-il jamais venu me voir ? Je… Je veux dire… J’aurais pu ne jamais savoir que j’avais un frère, d’autant plus que… Non, que rien…


    Je lui pris la main, la serrant et l’enveloppant des miennes, mon regard dans le sien, le sien qui me paraissait soudain éteint. Elle semblait fixer un point, autre part que sur moi. Faisais-je ça pour re-capter son attention ? Nan.. Je m’inquiétais vraiment pour elle. Cette nouvelle devait être dure en effet. Apprendre du jour au lendemain que l’on a un frère caché. C’est un choc. Mais je ne savais plus trop comment faire. A vrai dire je m’en voulais. C’était moi qui l’avais mise dans cet état. Refermant un peu plus ma machoire sur ma lèvre, je tentais d’avoir en vain son regard. Quand enfi je le perçus. Elle avait un sourire mince et discret au bord des lèvres.

      ♪ ♫ Lenalee :- Il risque de passer ce soir ? J’ai envie de le rencontrer. Tu pourrais… L’appeler ?
      ♫ ♪ Aika :- Oui si tu veux.


    Ma voix à moi se faisait comme presser. Presser de subvenir aux besoins de mon amie. Pour me faire pardonner. Oh que oui j’allais l’appeler. Dire qu’il y a 1o minutes j’allais lui envoyer un message pour lui dire de ne pas venir… Voilà que maintenant c’est le contraire. Mais peut importe du moment que Lenalee va mieux. Mon bonheur peut attendre. Si elle est heureuse. Je le suis. Alors occupons nous d’elle avant tout. Je me saisi de mon portable, lâchant sa main à regret et pianotait en vitesse sur le clavier.
      ♦️ ♦️ Aika : A Ryôsuke :: Je suis avec Lenalee. Rendez vous vers 22h à mon appart. Je t’envoie l’adresse et le plan avec. A ce soir~.

    Puis je la regardais du coin de l’œil, la bouche entrouverte par l’étonnement. Me rendant vraiment compte de la gaffe que je venais de faire.

      ♪ ♫ Lenalee :- Ca me prend un peu au dépourvu. Je… Je ne pensai pas que le monde était aussi petit. … Tu pourrais me changer les idées, maintenant ? Je suis triste.


    Elle fixait ses mains. Elle m’échappe, pensais-je aussitôt. Alors après avoir posé mon portable sur la table, je les enlaçaient des miennes, encore une fois. Je venais de rendre malheureuse ma meilleure amie. Quelle cruche.

      ♫ ♪ Aika :- C’est moi qui suis désolé. C’est de ma faute, je n’aurais pas du te dire ça. Gomen Lenalee-chan. Si tu veux on peut toujours allez chez moi et se faire cette soirée DVD. On a le temps, les rues commerçantes sont encore pleines de vie. T’as le choix, c’est pour moi. Ciné ? Boutiques ? Restau ? Dis moi ce qui te ferait plaisir.


    Je détestais la voir aussi triste et mélancolique. C’était comme de voir un film à l’eau de rose avec une fin abominable. Où l’un des deux meurt, laissant l’autre seul avec le cœur meurtri. Incapable d’aimer une nouvelle fois… Ne plus la voir avec cet air, et cette voix si triste. Je serais prête a faire n’importe quoi. Dépenser ma fortune pour elle. Elle sait absolument tout de moi. Même mon pouvoir. Elle n’ignore rien de moi… Je veux la rendre heureuse, car elle est celle qui m’écoute, la seule qui m’a vu bouleverser. Pas au point de verser des larmes. Elle ne m’a jamais vu pleurer.. Mais elle m’a vu avec les joues creuser par les larmes et les regrets. Je ne peux pas me permettre de la laisser comme ça.

      ♫ ♪ Aika :- S’il te plait dis-moi… Je ne peux pas te voir aussi triste. Surtout par ma faute. Demandes-moi n’importe quoi…


    Mes paroles ne pouvaient être plus sincères. Je n’espérais qu’une chose. La voir sourire dans un geste tout aussi sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: * Chocolate? [Pv Aika Kurohime - BTLFA]   Jeu 9 Juil - 22:20

Oui, j'avais été prise au dépourvu malgré moi. Je ne m'étais simplement pas attendu a tout cela. C'est pour cela que ma tasse m'échappa et que mon regard se perdit dans des songes inconnus. Mes yeux s'éteignirent, assez du moins pour qu'Aika s'empressent d'étreindre mes mains dans les siennes. Ce doux contact me sortit de mes songes, et j'en étais satisfaite. Comment aurais-je fait sans? J'avais besoin de sa chaleur, de ses sourires, de ses airs de princesse et de ses yeux parfois vides de toutes émotions.
Je ne pouvais simplement pas vivre sans elle, la preuve en était, encore aujourd'hui : si elle n'avait pas existé, si elle n'avait pas été, alors jamais je n'aurais su ce que je savais a présent. J'avais un frère, quelque part dans ce vaste monde, elle le connaissait, et ce soir, je pourrais le rencontrer. Contrairement a tout comportement que l'on pouvait juger de normal, je ne me mis pas a penser a tout ce qui pourrait se produire, ni même a imaginer toutes les situations cocasses dans lesquels nous pourrions nous trouver a cet instant prochain.
Il n'y aurait pas de disputes, pas d'étreintes. Je ne savais même pas ce que je voulais en réalité. Peut être devais-je me défiler et rentrer chez moi, immédiatement. Fuir, loin d'ici, loin de tout en faite. Cela serait beaucoup plus simple, je n'aurais ainsi pas a me soucier de ce qui pourrait être de cette heure promise. Je ne pourrais rien lui dire, je ne pourrais même pas lui promettre que l'on se verrait. Je ne le connaissais pas, je ne savais rien.

Peut être ne viendrait il pas. J'envisageai cette solution plus que toutes les autres, car c'était celle qui me semblait la plus raisonnable. Moi, j'y serais. Lui, je n'en étais vraiment pas sur. Mes yeux se posèrent de ceux de mon amie, mon amireuse. Je lui fis un sourire, empoignant sa main délicatement, comme j'avais l'habitude de le faire. Et je me mis a caresser de mon pouce libre le dos de sa main, pour la réconforter a travers ce geste.
C'est vrai que je ne l'avais pas rassuré avec ce que j'avais dit. Je ne m'en étais pas rendue compte : qu'elle s'inquiétait autant pour moi. Je pensais que j'étais certainement la seule a lui donner autant, mais en faite Aika me soutenait, dans l'ombre. Alors, je savais que dans mon ombre, elle se trouvait, et qu'elle me protégeait. Elle était, comme je l'ai déjà dit, mon ancrage, et même si parfois, elle semblait m'échapper, elle était toujours fermement là, ne filant jamais entre mes doigts.
C'est alors que je me dis qu'il fallait que je lui révèle tout. Comme elle l'avait fait, pour son pouvoir. Je me devais de tout lui expliquer... Elle pianota sur son téléphone portable après que je lui ai demandé de le contacter et de lui dire de venir ce soir même. La conversation s'enchaina alors ....

- C’est moi qui suis désolé. C’est de ma faute, je n’aurais pas du te dire ça. Gomen Lenalee-chan. Si tu veux on peut toujours allez chez moi et se faire cette soirée DVD. On a le temps, les rues commerçantes sont encore pleines de vie. T’as le choix, c’est pour moi. Ciné ? Boutiques ? Restau ? Dis moi ce qui te ferait plaisir.

De nouveau souriante, je serrai un peu plus sa main dans la mienne, réactive a sa proposition. Je me mis a réfléchir. J'envisageai peut être d'aller faire les courses pour la soirée, de repasser chez moi pour prendre quelques affaires et de filer directement chez Aika. Cela nous prendrait un petit moment. Nous pourrions ensuite commander un plat ou une pizza et nous astreindre a ce que nous devions faire.
C'était une bonne idée, non?

- Allons acheter Chips, boissons, bonbons et autres sucreries pour la soirée. Ensuite, on pourra faire quelques boutiques en chemin. Il faudrait que je passe chez moi pour prendre mes affaires, ça ne dérange pas? Et puis, ce soir, on commande une pizza ou des plats livrés, ça te va? On pourra même en prendre plus, si Ryô se joint a nous! Ça lui fera peut être plaisir!

Identique a moi-même, je me mettais même a penser au bien être d'un frère que je ne connaissais pas. Je n'y pouvais rien, j'avais besoin de m'occuper de tout ces gens autour de moi pour les voir évoluer en bien, s'améliorer, murir...
Je me levai alors, sans attendre une quelconque réponse, entrainant Aika a faire la même chose puisque je lui tenais toujours la main fermement. Je payai notre consommation en lançant un sourire enfantin aux gérants du café qui me saluèrent poliment. Nous sortîmes toutes les deux de l'établissement pour marcher sur le trottoir trempé d'eau de pluie. Je m'accrochai au bras de mon ami, la menant vers un magasin que nous adorions toutes les deux, qui vendait des boucles d'oreilles, colliers, et autres bijoux fantaisistes. Nous rentrâmes et je collai aux chaussures d'Aika.

- Aika, il faut que je te dise quelque chose... ça risque peut être de te choquer, mais au vu de tes capacités, alors peut être... Ne le seras-tu pas autant...

Je la regardai fixement avec un sourire qui se voulait rassurant. Et puis, je repris en murmurant assez fort pour que seule elle m'entende :

- Je... Je suis née 18 ans avant la révolution française. Ce qui fait qu'au jour d'aujourd'hui, j'ai 201 ans...

Je me tus alors quelques secondes, portant mon attention sur deux boucles d'oreilles pendantes...

- ... en réalité, j'ai arrêté de compter il y a peu, donc c'est que si mes calculs sont exactes et pour moi, les jours ne défilent pas comme pour toi... ils n'ont pas autant d'importance, en faite... C'est comme si je ne vieillissais plus, ou plus autant... Naturellement, je fais 18 ans, avec mon physique, car c'est a cette période là de ma vie d'humaine ou je suis morte. J'ai été marié au fils du roi Louis 16 durant presque un an, avant d'être exécuté sous les ordres de Robespierre. N'est-ce pas étrange de parler de ça? On dirait presque un cours d'histoire. Et Ryôsuke étant mon frère... Il doit être le même genre de personne que moi... tout comme Akira.

Un sourire rassurant de plus, je me doutai qu'elle ne me croirait pas...

- Je suis une Shinigamie... et un peu plus que ça en faite. Et comme je doute que tu ne me croiras pas, sur le chemin vers chez moi, je te montrerai et t'expliquerai tout ce que tu voudras savoir...

Je me saisis d'une écharpe couleur milkshake fraise, l'attachant autour de mon cou et entourant celui d'Aika d'une semblable a la couleur de ses cheveux.

- tu es pour moi l'amie que je n'ai jamais eut. Je ne veux pas te perdre, Aika... Et je ne veux pas qu'il t'arrive quelque chose. Tu dégages déjà une forte activité spirituelle et cela pourrait t'attirer des ennuis... Il faut que tu sois au courant...
Revenir en haut Aller en bas
Aika Kuroime
• Humaine à Pouvoir •
• Shadow Discipline •
• Dark Temptation ♥ •

avatar

Messages : 23
Date d'Inscription : 29/06/2009

MessageSujet: Re: * Chocolate? [Pv Aika Kurohime - BTLFA]   Ven 10 Juil - 19:39

    J’écoutais tout… Sans rien dire perdre de la moindre de ses paroles. Ne sachant quoi faire.. quoi dire. Ou juste quoi répondre. Je ne savais pas non plus comment réagir face à de tels mots. Alors je tentais de rester impassible, même si la surprise se lisait sur mon visage, a tout ce qu’elle me disait là. Elle m’avait trainée dehors, en payant elle avait adressé un sourire au vendeur, ce qui causa mon hilarité. Juste avant encore, elle m’avait parlé d’alimentation bien calorique. Sucre et sel.. Me racontant qu’on ferait aussi les boutiques. Arf. Faut pas me le dire deux fois. Elle m’a aussi demandé si passer chez elle ne me dérangeais pas.

      ♫ ♪ Aika :- Bien sûr que nan.. Fin je ne crois pas. Tout dépends si Akira est là…


    Je me souviens encore du regard noir qu’il m’avait donné quand il m’avait vu ne serait-ce que dans l’entrée.

      ♪ ♫ Lenalee :- On pourra même en prendre plus, si Ryô se joint a nous! Ça lui fera peut être plaisir!


    Cette petite attention de sa part me fit énormément sourire. Elle avait un don, celui de ne pas être narcissique. Elle se soucis toujours des autres. Même de son frère. Quoi que dit comme ça… Même d’un inconnu ? Ca passe mieux déjà.
    Bref. Elle ne peux rester de marbres devant une personne en détresse j’en suis sûr. Et c’est là qu’elle s’est levée.. Et qu’elle m’a entrainée dehors alors que sa main tenait la mienne. J’ai été comme projeter en avant. C’était comique à voir ça aussi tiens.. Mais en repensant à l’histoire d’hier, je me devais quand même de lui dire.. Alors qu’on allait dans les rues, elle se mit a me parler de ça.. Dés qu’elle m’a dit : Aika, il faut que je te dise quelque chose…
    J’ai sentis des picotement me prendre, une énorme peur m’envahir.. Alors que dans le magasin je m’étais dirigée vers les boucles d’oreilles, avec Lenalee derrière moi, qui apparemment voulait me parler de quelque chose d’important. Je l’ai donc écouté. Et j’ai cru chacune de ses paroles. Parce que j’ai une grande confiance en elle. Bien sûr elle me dirais qu’elle aurait été enlevée par des extraterrestre je me poserais tout de même certaines questions.. Mais je la croirais quand même. Alors j’ai écoutée. Sagement. Me demandant si oui ou non je me devais de poser des questions. Malgré le fait que je voulais garder un air impassible, mes yeux s’ouvrirent plus que d’ordinaire. Sous le coup de la nouvelle surement. Je savais Lenalee plus jeune que moi, elle a 18 ans moi 22. Et bien là je tombe de haut. 2o1… Rien que ça.. Je restais tout de même sans sourire, trop… Choquée ? Quand vous apprenez que votre amie a 2o1 ans de plus que vous. Que d’un coup elle est beaucoup, mais alors BEAUCOUP plus vieille que vous.. Oui vous êtes choquée. Mes yeux ne se posaient pas sur elle. Ils fixaient un point.. A vrai dire je ne sais pas ce que je regardais. Mais tout me paraissait flou et noir.


      ♪ ♫ Lenalee :- ... en réalité, j'ai arrêté de compter il y a peu, […]


    A parce qu’en plus c’est de l’apriori ? Arf. Bon sang je me sens jeune d’un coup c’est hallucinant. J’écoutais le reste de sa phrase. Toujours sans un mot. Je pense que les questions viendront après. Après avoir tout entendu, tout écouter, jusqu’au dernier son. Elle a été mariée au fils du roi. Un petit :

      ♫ ♪ Aika :- Han la chance… Quoi que..


    S’échappa de mes lèvres. Je reprenais mon air pensif. Réfléchissant si oui ou non être mariée à un fils héritier devait être le pied ou non.

      ♪ ♫ Lenalee :- N'est-ce pas étrange de parler de ça?


    Je la regardais dans les yeux, l’air un peu du genre : Tu te fous de moi ? Histoire de mettre un peu d’humour dans cette conversation bouleversante. Elle a toujours adorer mes mimiques bizarroïdes..

      ♫ ♪ Aika :- Ben si un peu tout de même…


    J’essayais de mettre de l’humour, je ne voyais que ça à faire. Généralement je garde un air calme ou supérieur, mais là je dois avouer que c’est très dur à faire

    ♪ ♫ Lenalee :- Et Ryôsuke étant mon frère... Il doit être le même genre de personne que moi... tout comme Akira.

    Là je pris l’air vachement étonné, me rendant encore plus compte de la situation. Mon petit ami… Ou futur petit ami, bref. Ryôsuke, aurait plus de 2o1 ans… Dire que je les prends pas au dessus de 3o ans.. Putain j’ai le chic pour trouver le truc qui va pas moi. Là je dois avouer j’ai fait fort.. Puis elle m’expliqua le truc en trois mort : Je suis une Shinigami. Bon OK ca fait quatres. Bref. Là je comprenais direct. Pourquoi ne pas être passée par là directement ? Arf. Peut être parce que je lui ai pas dit en avoir vu.. Quoique maintenant que j’y pense, elle s’était renfrognée quand je lui avait dit en avoir vu à Los Angeles.. Comme quoi les shinigami aiment aussi la plage et le sable fin. Et les hollow aussi par la même occasion. J’ai appris que l’un ne va généralement pas sans l’autre. Mais je restais bloquée sur le : Un peu plus que ça. Tu peux être plus que shinigami ? Remarque il y a un roi d’après ce qu’on m’a dit…

    Mes yeux s’ouvrirent en grand !


    ♫ ♪ Aika :- Tu fais partie de la famille Royale ?!

    Avais-je criée en murmurant. Quoi que maintenant plus rien ne m'étonne.. Elle se saisit d’une écharpe qu’elle enroula autour de nos cou. Je repris mon air calme, presque mélancolique…

      ♪ ♫ Lenalee :- Tu es pour moi l'amie que je n'ai jamais eu. Je ne veux pas te perdre, Aika... Et je ne veux pas qu'il t'arrive quelque chose. Tu dégages déjà une forte activité spirituelle et cela pourrait t'attirer des ennuis... Il faut que tu sois au courant...


    Je restais interdite une fois de plus. Et la prenait simplement dans mes bras. C’est tout ce que j’ai trouver à faire… Je suis restée là, juste a l’enlacer de mes bras, la serrant contre moi. Les yeux clos et le souffle court. Puis je suis sortie en payant l’écharpe au couleur de mes cheveux. Un violet blanc.. Mon regard allait un peu partout. Pour enfin se poser sur une boutique du genre Monoprix. Bref, un supermarché, et nous filions au rayon sucrerie, après avoir viré les gamins d’un simple : Ksssss ! Avec un air haineux. Après quoi, je me suis penché vers un paquet de Skittles, parlant assez bas..

    ♫ ♪ Aika :- Tu n’as pas à t’inquiéter de ça.. Tu m’aurais dis direct que tu étais une Shinigami j’aurais compris sans même poser des questions. Arf y’a pas le prix dessus.

    Et je balançais le paquet sur son étagère et en prenais un autre.

      ♫ ♪ Aika :- A vrai dire, ca m’étonne, ok je vais pas te dire le contraire. Ca serrait mentir, et je n’ai pas pour habitude de mentir à mes amis. Surtout que toi et moi je ne sais pas si on peut qualifier notre relation d’amitié.


    Je lui adressais un de mes rares sourires sincères et amical. Sous entendant qu’on était bien plus que des amies. Car c’est vrai quoi.. Quelle amie serait là pour… Pour rien, et pour tout en même temps ? Me relevant avec un et même trois paquet différents dans les même, je lui adressais le même regard mélancolique.

      ♫ ♪ Aika :- Tu pourrais me dire les pires insanités sur toi.. De toute façon je ne vois pas trop comment je pourrais te laisser m’échapper maintenant que j’ai une perle rare entre les mains.


    Maintenant que ce sujet était mis sur table et Classé. Enfin si on veut.. Je décidais de lui parler de mon entrevue chez moi avec Ryô… Son frère.

      ♫ ♪ Aika :- Et au fait… Oui il m’a embrassé.


    Je déviais immédiatement le sujet dur le paquet de gateau au chocolat :

      ♫ ♪ Aika :- Ca ça te vas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: * Chocolate? [Pv Aika Kurohime - BTLFA]   Ven 10 Juil - 21:33

L'attention que j'avais eut au sujet de mon prétendu frère sembla faire plaisir à Aika. Je crois bien que c'est cette partie de ma personnalité qu'elle préférait. Ça me semblait, pour ma part, tout a fait normal d'accueillir une personne si elle était sur mon perron. C'était ainsi que j'avais toujours vu la vie, même en ayant été plongé pendant des années dans un monde de noble qui avait fait les premiers pas de mon éducation. Je mettais un point d'honneur a dire que je n'avais pas suivit a la lettre ce que l'on m'avait enseigné : je ne repoussai pas la veuve et l'orphelin, mais je gardai des gestes étonnements gracieux lors de mes rencontres.
Il m'arrivait encore de faire une révérence, ou bien de parler dans un bon vieux français, ce que, naturellement, personne ne comprenait. J'avais appris le bon langage, comment prendre les gens et les peigner dans le bon sens, comment ne pas froisser ces personnes là. Mais au côté de ma Obaa-san, j'avais aussi appris a ne plus être aussi bourgeoise et à me fondre dans la masse. C'était une bonne chose, lorsque j'y repensai.
Mes yeux se posèrent sur Aika, comme toujours, et je lui déblatérai alors un tissue de vérité que je lui avais trop longtemps caché. Je ne savais pas si je faisais bien, ou pas, mais il fallait qu'elle le sache, a présent. Akira m'en voudrait sûrement, lorsque je lui en parlerai, lorsque je lui dirais a lui aussi, et il m'engueulera, mais je m'en fichais, c'était peut être le cadet de mes soucis, a présent.

Je savais que tout ce que je pourrais lui dire semblerait véritablement grotesque, voir même peut être tiré par les cheveux. Ça revenait sûrement au même si je lui déclarais avoir été enlevé par des Extraterrestres durant mon enfance. Au moins, ça donnerait certainement un sens a tout ce que je lui contais là : ils m'auraient bourrés le crâne d'ânerie en tout genre que j'aurais cru malgré moi et que je lui disais là pour qu'elle le sache. Au moins, ça avait un sens.
Tout sortait, malgré moi, comme une diarrhée verbale que je ne contrôlai pas. Les mots venaient tout seul, les phrases se formaient bien malgré moi et je ne savais plus, a force, comment je faisais pour lui dire cela aussi naturellement. Je n'avais même pas un air penaud, comme je devrais avoir en toute normalité. Mais en faite, je n'étais ni triste, ni vraiment anxieuse de lui avouer tout cela, car ce n'était que la vérité. Et elle saurait a quoi s'en tenir a présent.
Elle semblait, quant à elle, très étonné, limite interdite sur ce que je lui disais. Elle tenta a plusieurs reprises de meubler son silence, mais je ne lui en demandai pas autant. Je savais qu'elle mettrait un certain temps a digérer tout cela, c'était parfaitement logique. Alors, le tout était de lui laisser ce temps. Un sourire de plus pour lui dire qu'elle n'était pas obligé de parler, que je le ferais a sa place, et je passais ma main dans mes cheveux pour les remettre en place après avoir reposer mon écharpe couleur milkshake fraise.

- Oui, Ryôsuke est sans doute un peu plus vieux que moi, de pas très longtemps, ne t'inquiètes pas. S'il est ici, c'est qu'il a du être exclu de la Soul Society. Je ne sais pas ce qu'il a pu faire, par contre.

Je fis l'impasse sur le sujet. Une bêtise ça ne coutait pas autant, il devait avoir fait une très grosse gaffe, alors. Ou peut être était il comme moi, mais j'en doutais. Ça serait un hasard un peu trop bizarre. Je ne savais pas non plus si savoir un secret sur Akira aiderait Aika a l'apprécier un peu plus. D'autant plus qu'elle ne savait pas le plus gros sur lui, mais il s'y ferait, si elle décidait de continuer a nous côtoyer, ce dont je ne doutais pas, au vu de son regard. Elle semblait déterminé à rester a mes côtés, aussi simplement que ça.
Dans un sens, ça m'encourageait, ça me redonnait de l'espoir, d'être encore avec elle. J'eus peur, un instant, qu'elle ne s'enfuit. Mais douter pour ça, c'était douter pour rien. Aika était une battante, elle laisserait fonctionner notre amitié. Pourtant, je savais que cette situation la mettait d'autant plus en danger, vis-à-vis des Hollows et de la dernière espèce trouvé il y a peu : les Arrankars.
Je ne sais pourquoi, mais mon instinct me disait de la préparer a ce qui pouvait éventuellement se produire. Je ne voulais pas qu'il lui arrive quelque chose. Et je me disais que si je partais pour la laisser toute seule et lui éviter tout problème, j'avais plus de chance au contraire de la laisser en proie a des monstres en tout genre qui en voudraient a son énergie spirituelle.

- Tu fais partie de la famille Royale ?!

Je relevai le regard vers elle, dénué d'expression. A l'instant même, je me demandai si tout ce que je lui avais dit était bien rentré dans l'oreille ou si ça l'avait juste contourné. Ou peut être avait elle une mémoire sélective? Enfin, j'hochai la tête, ajoutant :

- Seulement pas Mariage. Mais je suis l'héritière d'une grande famille noble proche du roi et de sa cour, si tu veux. Je suis rentrée dans la famille Royale qu'après avoir épousé le fils du roi, qui, entre-nous, n'était pas très beau. Mais plutôt sympathique.

Comme si c'était normal. Mais on ne parlait pas beaucoup du couple héritier du trône dans les bouquins d'histoire, et ceux, fort heureusement. Surtout que je n'avais pas vraiment changé depuis ma mort en tant qu'humaine. Pas pris une ride. J'eus alors un discourt moralisateur et chargé d'émotion au sujet du fait que je tenais à elle et que je ne voulais pas qu'il lui arrive quelque chose de mal. Et elle me prit dans ses bras.
Du haut de mes 201 ans, j'étais encore plus petite d'elle, ma tête arrivait un peu au dessus de son épaule, et je me surpris a me blottir contre celle-ci, sans savoir pourquoi. Pourquoi me prenait elle dans ses bras? Était-ce une réaction adapté? J'en doutais un peu pour tout dire, mais je passais a mon tour mes bras autour de sa taille, l'enlaçant pour être plus proche d'elle. Elle ne m'en voulait pas, alors?
J'étais agréablement surprise.
Nous étions sortit et rentré dans un magasin qui vendait des sucreries. Voilà que nous étions on ne peut plus comblé. Rayon sucrerie, les sales gamins virés après quelques regards assassins, nous nous penchâmes un peu pour regarder ce que nous pouvions acheter. Elle attrapa deux trois sachets pour les garder dans les bras. Moi, je cherchai les "fraises tadagas", des bonbons que j'adorai. Il y avait d'autres sucreries surprenantes, je m'attardai un peu dessus, gardant une oreille attentive.
Elle me disait qu'elle était surprise et étonnée, mais qu'elle ne s'en souciait pas, qu'elle aurait compris plus tôt. Je lui fis un sourire, avant de lui répondre simplement.

- Aika, je suis une Shinigamie et doutes-toi bien qu'ici n'est pas mon monde. Si je me trouve sur terre, c'est parce que je n'avais pas le choix. Et que notre secret doit être gardé. Je ne peux pas dévoiler mon identité a n'importe qui, et si tu me vois ainsi c'est parce que ce n'est pas mon vrai corps. En réalité, c'est tout autre chose, je suis comme un esprit. (Je crois que tu me verrais, de toute façon.) Mais tu ne dois dévoiler notre véritable identité a personne Aika, tu risquerais de t'attirer des ennuis et de nous en attirer, par la même occasion. Mais je te fais confiance, je sais que tu ne diras rien...

Je me saisis d'un paquet de bonbon pour le mettre sous mon bras, me tournant vers elle avec un regard rassurant. Non, elle sera discrète, je le savais, mais je ne voulais pas qu'un jour, quelqu'un tombe sur elle. Je ne voulais pas qu'elle finisse comme sujet d'expérience pour Mayuri ou alors enfermé dans une cage ou elle deviendrait simplement folle. Je ne pouvais pas tolérer que quelqu'un puisse lui faire du mal.
Et puis, j'ajoutai :

- Je n'ai jamais vécu une relation fusionnelle et aussi réciproque que la notre, Aika-chan. Même avec Akira, ce n'est pas pareil. Je ne supporterai pas que l'on te fasse du mal par ma faute, alors je ferais le nécessaire pour te protéger, d'accord?

Au moins, nous étions toutes les deux aptes a communiquer librement a présent, les gens ne s'intéressaient pas a notre discussion, et n'y comprendraient rien de toute façon. Elle me qualifia de "perle rare" ce qui me fait plaisir. Je me considérai plus comme un monstre pour ma part, mais soit, si elle me voyait ainsi, je m'arrangerai pour qu'elle ne change pas d'avis sur moi, alors...
La conversation continua malgré tout, et elle finit alors par m'avouer une chose importante pour elle :

- Et au fait… Oui il m’a embrassé.

Et ensuite, elle dévia sur tout autre chose. J'hochai la tête lorsqu'elle me demanda si le paquet de gâteau au chocolat m'allait.

- Je ne connais pas Ryô et même si je le connaissais, je ne pourrais pas t'interdire de sortir avec lui. Je peux juste te protéger du mal qu'il pourrait te faire émotionnellement, mais s'il est comme moi, attends toi juste a de l'amour et de la passion. J'espère qu'il t'aimera aussi fort que je t'aime moi, voir plus. C'est le mieux que je peux te souhaiter. Ne t'inquiètes pas de mon avis a votre sujet, tu fais ta vie, et je me contenterai de jouer le rôle de l'amie à qui tu pourras te confier et qui insultera pleinement celui qui te brisera le cœur, dis-je en riant.

Et puis, je partis au rayon des boissons, prenant deux bouteilles de Thé glacé, et une grande coca. Un paquet de chips plus tard et autres friandises, nous arrivâmes en caisse ou je pris soin de payer à mon tour. C'était moi qui organisait, autant que ça soit moi qui paye, non? Nous sortîmes bientôt et je lui soufflai avec une voix douce :

- Ne me cache plus ce genre de chose parce que c'est mon frère, Aika. Je suis toujours ton amie, avant tout, ton amie.

Je ponctuai ma phrase en lui déposant un baiser sur la joue. Et avec un sourire enfantin, je lui proposai de passer dans une boutique de vêtement que nous avions l'habitude de fréquenter.
Revenir en haut Aller en bas
Aika Kuroime
• Humaine à Pouvoir •
• Shadow Discipline •
• Dark Temptation ♥ •

avatar

Messages : 23
Date d'Inscription : 29/06/2009

MessageSujet: Re: * Chocolate? [Pv Aika Kurohime - BTLFA]   Dim 12 Juil - 14:31


      ♪ ♫ Lenalee :-- Seulement pas Mariage. Mais je suis l'héritière d'une grande famille noble proche du roi et de sa cour, si tu veux. Je suis rentrée dans la famille Royale qu'après avoir épousé le fils du roi, qui, entre-nous, n'était pas très beau. Mais plutôt sympathique.


    Elle n’a pas bien du comprendre le sens de ma question.. Quoi que moi non plus a vrai dire.

      ♫ ♪ Aika :-Je parlais du fait que tu sois « une shinigami et même plus » Je ne vois pas trop comment on peut être plus. Désolé j’y connais pas grand choses.. Voir rien, à ces choses là.


    Je fermais les yeux, abordait un sourire désolé et baissais la tête. C’est tout ce que je pouvais faire après tout. Pour l’instant je ne voyais pas trop comment l’aider. Ma meilleure amie faisait partie du monde des esprits. Il me faut juste le temps de m’y faire. Pourtant quand je la vois comme ça. Forcément on dirais pas.. Mais nan je ne peux pas me dire qu’elle est… Morte. J’ai déjà croisée des shinigami par le passé, dans leur tenue noir et toute et toute. Même Kirailla.. Mais bon. J’essaie de l’imaginer depuis, en tenue noire et blanche, avec un Zanpakûto et tout le tralala.. D’un coup ca me parait classe. Tout ce qui se rapporte à Lenalee de près ou de loin, me parait classe.

      ♪ ♫ Lenalee :-Aika, je suis une Shinigamie et doutes-toi bien qu'ici n'est pas mon monde. Si je me trouve sur terre, c'est parce que je n'avais pas le choix. Et que notre secret doit être gardé. Je ne peux pas dévoiler mon identité a n'importe qui, et si tu me vois ainsi c'est parce que ce n'est pas mon vrai corps. En réalité, c'est tout autre chose, je suis comme un esprit. (Je crois que tu me verrais, de toute façon.) Mais tu ne dois dévoiler notre véritable identité a personne Aika, tu risquerais de t'attirer des ennuis et de nous en attirer, par la même occasion. Mais je te fais confiance, je sais que tu ne diras rien...


      ♫ ♪ Aika :-Han… Tu me vexes là Lena-chan.. Bien sûr que je ne dirais rien. Ce n’est pas mon genre, et puis je me vois mal aller crier sur tous les toits que ma meilleure amie est un Dieu de la mort…


    C’est vrai quoi. Je me vois mal dire que ma meilleure amie est morte à l’époque de la renaissance.. Et qu’elle est pourtant bien en « vie » en chair et en os. Aussi tenter qu’il soit en chair et en os ce gigai… Je lui adressais un sourire amical. En tenant deux paquets de bonbon, pesant le pour et le contre. Genre : Y’as plus de bonbon dans celui-là… Ou celui-là ? Alors que sur le paquet y’a marquer : 25.

      ♫ ♪ Aika :-Ne t’inquiètes pas je ne dirais rien. Je ne ferais rien qui puisse te nuire.


    Elle prit un paquet à son tour et marcha m’adressa un regard en se tournant vers moi et me dit alors que je me levais pour voir les paquets en hauteur:

      ♪ ♫ Lenalee :-Je n'ai jamais vécu une relation fusionnelle et aussi réciproque que la notre, Aika-chan. Même avec Akira, ce n'est pas pareil. Je ne supporterai pas que l'on te fasse du mal par ma faute, alors je ferais le nécessaire pour te protéger, d'accord?


    Je ne savais plus quoi dire. Je lâchais mes deux paquets qui s’écrasait par terre. Ce qui me ramena sur terre. Je baissais la tête pour voir les dégâts. Les bonbons avaient explosés dans le sachet.

      ♫ ♪ Aika :-Woops…


    Je me rebaissais pour les saisir et les prendre, les remettre ni vu ni connu et en prendre un autre. Puis on changea de rayon et alla vers les gateau secs. Elle hocha simplement la tête et me dit :

      ♪ ♫ Lenalee :-Je ne connais pas Ryô et même si je le connaissais, je ne pourrais pas t'interdire de sortir avec lui. Je peux juste te protéger du mal qu'il pourrait te faire émotionnellement, mais s'il est comme moi, attends toi juste a de l'amour et de la passion. J'espère qu'il t'aimera aussi fort que je t'aime moi, voir plus. C'est le mieux que je peux te souhaiter. Ne t'inquiètes pas de mon avis a votre sujet, tu fais ta vie, et je me contenterai de jouer le rôle de l'amie à qui tu pourras te confier et qui insultera pleinement celui qui te brisera le cœur.


    Mon sourire se dessina naturellement par d’aussi belles paroles. Elle me touchait en plein cœur.
    J’avais rarement entendue de chose aussi gentille que les paroles de Lenalee. Je l’adorais, aimais même. Mais je ne savais pas trop comment m’y prendre, si je lui disais ce que je ressentais exactement, j’avais peur, qu’elle m’échappe. Qu’elle prenne peur. Je ne parle pas d’ambiguïté ou d’amour a proprement parler. Je parle juste d’une amitié très forte. Je n’espérais qu’une chose, qu’elle soit réciproque. Je n’aimais pas la voir triste, surtout quand j’ignorai la raison. Je me saisie du paquet et la suivie vers les boissons, trainant un peu vers les rayons de chips, où pendant notre passage on pouvait entendre rire et éclat de voix. Après quoi on se dirigeait vers la caisse.

      ♪ ♫ Lenalee :-Ne me cache plus ce genre de chose parce que c'est mon frère, Aika. Je suis toujours ton amie, avant tout, ton amie.


    Elle m’embrassa sur la joue, avec un sourire d’enfant heureuse. Je ne pouvais cacher mon étonnement. Je n’ai pas du tout l’habitude d’avoir des baiser de ce genre. Puis je m’encrai les paroles dans le crâne et regardais le ciel. Maintenant a l’extérieur, on rentrais enfin dans une boutique de fringues digne de ce nom. Pas trop cher avec des vêtements aux gouts de tous. En ce moment je suis dans ma période Punk. Je me dirigeais donc vers le coin veste en cuir et tout le tralala.

      ♫ ♪ Aika :-Hmmm… Je réfléchissais un instant essayant de me remémorer la soirée d’hier. Le truc vois-tu c’est que en effet on a failli aller plus loin. Mais j’ai été prise d’une envie de …. Tendresse. Ca ne m’était jamais arrivé avant. Bref, je lui ai avoué que faire ça avec lui avant de le connaitre plus… M’ennuyais un peu. Je ne peux pas vraiment t’en dire plus. Je ne comprends pas moi-même. Tout ce que je sais, c’est que je n’ai pas voulu aller plus loin.


    Je prenais une veste en cuir noir et la comparais avec celle en cuir blanc. Détaillant les coutures comme pas permis. Ne voyant aucuns défauts je mis les deux à mon bras. Puis prenait quelques T-shirt, robes et pantalons. Et enfin, je me dirigeais vers les jupes et filait en cabine en disant bonjour à notre vendeuse favorite. Elle nous adressa son magnifique sourire de vendeuse et nous laissa seul. Alors que je me mettais en sous vêtements pour essayer des habits d'un genre assez spécial mais définitivement classe.. Je me mis à réfléchir, et c'est en boutonnant le bouton du pantalon que je me demandais si je faisai le bon choix... Non pas par rapport aux fringues, mais par rapport à mes actes d'hier. Ais-je raison de m'être montrée si entreprenante avec Ryôsuke?


    ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: * Chocolate? [Pv Aika Kurohime - BTLFA]   Dim 12 Juil - 17:59

- Je parlais du fait que tu sois « une shinigami et même plus » Je ne vois pas trop comment on peut être plus. Désolé j’y connais pas grand choses.. Voir rien, à ces choses là.

Oh. Elle parlait donc de ça. Moi qui avait tenté d'esquiver le sujet me trouvait devant le fait accompli en si peu de temps. Bien... Comment contourner la chose, esquiver l'interrogatoire. Je devais lui expliquer d'autre chose pour qu'elle comprenne tout ce qu'il y avait a comprendre, mais le mieux était sûrement d'en parler ce soir, devant le film que nous aurions choisit.
C'était certainement mieux que je ne réponde pas immédiatement. Elle avait beaucoup d'informations a assimiler d'un coup, il était donc normal que je lui dise tout au fur et à mesure pour être sur qu'elle n'oublie rien. Normal donc de tenter vainement d'éviter de répondre a cette dernière interrogation, d'autant plus qu'elle me posait beaucoup de problème. Oui, j'étais une Shinigamie, mais j'étais aussi un Hollow, et ceux, même si ça me dégoutait profondément.
Et ne souhaitant pas étaler mon dégout de moi-même devant la personne a laquelle je tenais le plus au monde, je lui fis un simple sourire. Mon statut de Vizard me semblait bien lourd a porter, cela faisait certainement de moi une personne dangereuse. Je me battais pour être plus forte, et vaincre si il le fallait une seconde fois celle qui habitait mes entrailles. Et cela impliquait le fait que je puisse un jour blesser Aika, dans un moment sans m'y attendre. Je ne tenais pas à ce qu'un jour, sans que je ne m'y attende, Aika se retrouve nez a nez avec ma pire ennemie sous les traits de sa meilleure amie. C'était la pire des situations possible, le pire de mes cauchemars en tout cas.
Mais pour l'instant, je me contrôlai plutôt bien, même si parfois, je me demandai si elle comptait réellement revenir me hanter sous son plus mauvais jour. Je serais de nouveau dans une pure galère. Et comme vous pouvez vous en douter, c'était la dernière des choses que je souhaitais. Je pense qu'être un Vizard et sous le contrôle d'un soi maléfique était la dernière des pires choses a souhaiter a un ennemi. Avec pour lui une chance sur deux d'y rester. Atroce, n'est-ce pas?

- Disons que c'est compliqué. Mais je t'expliquerai du mieux que je pourrais ce soir, d'accord?

De toute façon, elle n'avait pas le choix. Disons plutôt que je ne lui laissais pas le choix. Hors de question de parler de ça maintenant, je devais me préparer psychologiquement d'abord, même si cela peut vous sembler stupide et débile et sans importance. Pour moi, ça en avait beaucoup plus que l'on ne pouvait l'imaginer. Enfin, mieux valait ne pas trop s'attarder sur ce sujet épineux, je n'avais pas que ça a faire.
Ceux pourquoi, je réussi a esquiver la chose avec brio en m'engageant dans une autre allée histoire de terminer mes emplettes de la journée. Magnifique journée qui se passait mieux que je ne l'espérai. Ce qui voulait clairement dire que mon amie était particulièrement génial et fantastique, bien qu'il y avait des tâches sombres sur le tableau. L'anxiété me tenait depuis que je savais que j'avais un frère et a présent, tandis que j'avançai dans les rayons entre celui de nettoyage et d'hygiène, je me demandai si je désirai vraiment le rencontrer et savoir qui il était.
Mais bien Lena, que tu voulais le savoir. C'était important et il n'était pas question que tu te défiles!

~~~


Nous ne tardâmes pas a sortir du magasin pour nous diriger vers un tout autre au coin de la rue que nous fréquentions souvent. Une boutique de vêtements par excellence ou nous avions l'habitude d'aller parce qu'ils vendaient d'à peu près tout. Cela passait par différents styles : rock, punk, fashion, classe, BCBG. Et comme j'étais moi-même un mélange de tout ces types de styles, j'étais a la fois ravie et enchantée de pénétrer dans le magasin et de saluer la vendeuse qui avait l'habitude de nous voir et de s'occuper de nous. À force, elle connaissait nos gouts et nos couleurs préférées, et n'hésitait d'ailleurs pas a nous donner son avis et à nous conseiller dans nos choix.
Je trouvai cela très sympa de sa part, d'autant plus qu'elle aurait pu faire comme si nous n'étions pas des clientes régulières... Ce qui aurait été très difficile, vu que nous étions très souvent présentes et que nous étions a nous deux au moins un deux dixième du chiffre d'affaire du magasin, ce qui était très conséquent. Aika achetait souvent beaucoup plus que moi, plutôt dépensière. Et elle ne lésinait pas sur le prix parfois.
J'allai au rayon des jeans tandis qu'Aika s'aventurait a celui ou se trouvait des vestes en cuir. J'avais envie d'acheter mais pas forcément d'essayer. Étant une couturière dans l'âme, je savais moi-même rapiécer, raccourcir, rallongé, déchiré, changer, découdre, recoudre et autres mes affaires lorsque j'en achetais pour les mettre comme je voulais les avoir. On me demandait souvent mes services pour ça d'ailleurs.

-Hmmm… Je réfléchissais un instant essayant de me remémorer la soirée d’hier. Le truc vois-tu c’est que en effet on a failli aller plus loin. Mais j’ai été prise d’une envie de …. Tendresse. Ca ne m’était jamais arrivé avant. Bref, je lui ai avoué que faire ça avec lui avant de le connaitre plus… M’ennuyais un peu. Je ne peux pas vraiment t’en dire plus. Je ne comprends pas moi-même. Tout ce que je sais, c’est que je n’ai pas voulu aller plus loin.

Je levai les yeux vers elle, regardant un peu plus tôt un jean rayé à ma taille qui me plaisait fortement. Je lui fis un sourire, ravie d'entendre ce genre de chose aussi noble de la bouche de mon amie. Ajoutant alors toujours en souriant d'une voix douce :

- Je vois qu'il te fait de l'effet dit-donc! Peut être était-il temps de définitivement tourner la page au sujet de Tonyo, n'est-ce pas, Aika-chan?

Oui, j'osai parler de Tonyo devant elle. Et même si je savais que ce nom la faisait tressaillir a chaque fois, je voulais qu'elle comprenne qu'il était temps pour elle d'aller de l'avant et de voir d'autres gens pour s'engager pleinement dans une relation avec le sexe opposé. Les coups d'un soir, ça n'avait pas autant d'attraie que l'amour a proprement parlé. Je le savais très bien moi-même, même si l'amour que je désirai n'était pas réciproque, ou du moins, pas à ma connaissance.
Je me hâtai d'acheter le pantalon que je désirai, en embarquant un autre au fond bas pour aller le payer a la caisse avec un sourire aimable et agréable. Aika, quant à elle, partit essayer ses achats et de tarda pas a revenir avec tout en main avec l'idée de tout acheter. Tant mieux pour elle. Nous sortîmes ravis de nos trouvailles, marchant encore quelques mètres avant d'arriver a une intersection qui nous mener d'un côté, vers chez elle, et d'un autre, vers chez moi. Je lui fis un sourire, et lui soufflai :

- écoute, je vais passer a la maison déposer mes affaires et prendre de quoi dormir. Peut être as-tu besoin de temps pour ranger toi aussi tes achats et ta maison. Je te rejoins disons dans... une heure, avec plusieurs films qu'on choisira ensemble. Je préparerai le repas, je crois que j'ai de quoi faire chez moi des plats mexicains, je viens juste d'y penser. On va sûrement prendre quelques kilos, mais c'est pour la bonne cause!

Elle obtempéra et je la saluai d'un signe de main avant de me mettre en route chez moi. Je laisserai peut être un mot a Akira, si j'y pensais, ce qui n'était pas certain. Il m'engueulerait sûrement, mais tant pis, mon esprit était ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: * Chocolate? [Pv Aika Kurohime - BTLFA]   

Revenir en haut Aller en bas
 
* Chocolate? [Pv Aika Kurohime - BTLFA]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chopper CHOCOLATE
» Simply chocolate // FBL
» Chocolate voice
» Chocolate 2011 | 17-18 juin | Pyramides de Vidy, Lausanne
» Chocolate Cosmos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach The War Of Soul :: • Monde des Humains - Karakura Town • :: Zone Centrale-
Sauter vers: